Le média des professionnels du digital
Le média des professionnels du digital

Panorama des métiers du web

Fabian Ropars, le 23 mai 2013

De l’idée d’un projet web à la visite des internautes sur le site depuis un moteur de recherche, les compétences à mettre en œuvre sont multiples. Du développement au design, en passant par la création de contenus, de nombreux métiers sont mobilisés. Nous pouvons les diviser en 5 familles : la conception et la gestion de projet, le développement et la programmation, la production et la gestion de contenu, le graphisme et le design, la communication et le marketing. Sans ces différentes ressources, un projet web ne peut voir le jour. Et plus le web se complexifie, plus les métiers se précisent et se segmentent. On est bien loin du temps où le « webmestre » concevait, créait et administrait le site internet. A l’heure actuelle, avec la multiplication des technologies, et le nombre croissant d’internautes, les « métiers du web » sont bien plus nombreux et en perpétuelle évolution.

 

 

La conception et la gestion de projet

Avant de se lancer dans la création d’un projet il convient tout d’abord de déterminer les besoins induits. Le Chef de projet a la délicate tâche de gérer et d’articuler les différentes ressources nécessaires à la création du site ou du projet web. Il doit tout d’abord identifier les besoins de son client ou de son entreprise puis établir un cahier des charges, tout en prenant garde à tenir les délais impartis sans dépasser le budget qui lui est alloué.  Il a un vrai rôle de « manager » puisqu’il est le liant entre les différentes compétences mises à contribution. Il existe plusieurs types de chefs de projet selon les supports ou le client : chef de projet e-crm (spécialisé en relation client), chef de projet fonctionnel, ou chef de projet technique. Avec l’émergence des technologies nomades, il faut par ailleurs des chefs de projets mobiles spécialisés dans les contraintes techniques liées aux smartphones ou tablettes.

Programmation et développement

Une fois le projet défini dans un cahier des charges, planifié et budgété, il faut le développer. C’est là que les professionnels du code entrent en jeu ! Le développeur web est chargé de la réalisation technique du cahier des charges. Il programme les fonctionnalités du site qui sera livré au client ou à l’entreprise. A l’aide des différents langages web  (HTML, PHP, SQL, Java, ASP, CSS…) il donne vie au site. Une fois le site codé, l’intégrateur traduit les maquettes des graphistes en langage HTML. L’intégration concerne tous les éléments du site : textes, sons et images. Autre maillon indispensable à la naissance du site, l’administrateur de bases de données. Il est en charge des informations stockées dans les bases de données du site : catalogues, état des stocks, profils utilisateurs, adresses… Il doit permettre aux utilisateurs d’accéder aux informations du site à tout moment et le plus rapidement possible.

Interfaces et graphisme

Un site internet c’est aussi un habillage graphique, des icônes, une identité visuelle et sonore, et bien sûr une ergonomie qui doit être la plus pratique possible. La gestion de cet aspect visuel et interface est d’une importance primordiale : un site bien réalisé et bien référencé mais pas abouti visuellement aura du mal à s’attirer les faveurs des internautes. Pour créer cette identité, plusieurs métiers sont mis à contribution.

Le webdesigner réalise les pages du site web telles que l’internaute les voit depuis son navigateur. Il décide des différents éléments à intégrer aux pages : graphisme, visuels, typos… Il est aussi impliqué dans la réflexion sur l’ergonomie du site et de son « rendu » final. C’est lui qui décide comment capter l’internaute une fois que celui-ci est sur le site. Le graphiste conçoit la partie graphique du site pour lequel il travaille : charte, logo, image… Une pièce importante dans le projet car il est le garant de l’identité visuelle. L’ergonome  va chercher à mettre en place l’interface web la plus facile d’utilisation tout en respectant les normes et contraintes imposées par le projet. Il doit faire en sorte que l’internaute soit à l’aise sur le site et puisse naviguer efficacement. Les internautes sont volatiles, sans une ergonomie bien pensée, les visiteurs vont rapidement aller voir du côté des sites concurrents. Le développeur Flash et le motion designer sont quant à eux chargés de réaliser de vidéos. A l’aide de différentes technologies et logiciels ils créent des animations intégrées au site. Ils participent à l’identité du site. Si l’image est au cœur du processus de création d’un site web, le son a lui aussi un rôle à jouer. Le designer sonore doit créer l’identité sonore du site. Du bruit du clic de souris sur une icône à la musique intégrée à certaines pages, il réfléchit à créer un accompagnement sonore qui soit en parfaite adéquation avec l’image du site.

Production et gestion de contenu

Un site sans contenu, c’est une coquille vide ! Pour le rendre intéressant et le référencer sur les moteurs de recherche, plusieurs compétences interviennent. Le rédacteur web créé du contenu en lien avec la thématique du site pour lequel il travaille. Que ce soit pour décrire les produits d’un e-commerçant ou pour travailler l’e-réputation d’une entreprise via les blogs, il est indispensable.

Mais pour trouver l’information recherchée sur les moteurs de recherche, il faut d’abord qu’elle soit référencée et indexée. C’est le rôle du référenceur : donner de la visibilité au contenu et aux pages web. Le but étant d’apparaître dans les premiers résultats de recherche afin d’optimiser le trafic. Le community manager va diffuser le contenu sur les différents réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Google+, Pinterest, Instagram, mais aussi sur les blogs et les forums. Il est chargé de donner de la visibilité à sa marque sur les différents espaces communautaires. Il cherche constamment à créer de l’interaction avec les internautes.

Communication et marketing

Une fois que le site est mis en ligne, il faut encore assurer sa promotion sur différents canaux de communication. C’est là que la communication et le marketing entrent en jeu. Les différents acteurs doivent aider à le populariser auprès des consommateurs, de la presse, ou des autres professionnels du secteur.

Le webmarketeur a 2 missions principales : augmenter le trafic et les ventes. Il mesure l’audience, le trafic, et les taux de conversion des sites dont il a la charge. Il doit pouvoir analyser son marché et savoir comment impacter le consommateur avec les outils web dont il dispose. Ses missions sont vastes et dépendent de son environnement. Elles vont de la création de campagne e-mailing aux campagnes publicitaires ciblées, en passant par la définition d’une stratégie globale. C’est lui qui « vend » le site, ses services, ou ses produits. Le chargé de communication web  organise et conçoit la communication digitale de l’entreprise ou de la marque en respectant la stratégie de communication globale. Il est en charge de la promotion de l’image de l’entreprise et utilise pour cela les différents outils à sa disposition : relations presse, publicité, concours, partenariats avec d’autres acteurs du secteur… Une valeur sûre en termes de retombées et de visibilité reste les relations presse. Avec l’émergence du web 2.0 on parle aujourd’hui de RP 2.0.

Le chargé de RP digitales s’occupe des relations de son entreprise ou des clients de son agence avec les influenceurs web tels que les blogueurs. Il pourra ainsi être amené à négocier des articles sponsorisés sur des blogs influents pour vanter les mérites de tel ou tel produit auprès d’une communauté définie. Le chargé de RP 2.0 doit évidemment connaître tous les rouages du web social : réseaux sociaux, forums, blogs, journalistes spécialisés et être à même d’identifier les bons relais d’informations. Autre maillon important du marketing web : l’acheteur d’espaces. Il est en charge de la campagne publicitaire d’une marque ou entreprise. Il suit le plan media et cherche à optimiser les retombées en achetant de la publicité sur les meilleurs canaux. Il devra donc identifier les formats publicitaires pour sa campagne et trouver le meilleur ratio entre les coûts et les retombées.

Il ne s’agit là que des principaux métiers en lien avec un projet web, il en existe beaucoup d’autres selon l’entreprise et ses besoins ! Les évolutions constantes de cet environnement laissent de plus la place à l’apparition de nouvelles missions. Le web a de beaux jours devant lui !

Recevez nos meilleurs articles
Commentaires
  1. Manu dit :

    « la musique intégrée à certaines pages »
    Ah bon ? En 2013 ? 😉

  2. Ah ! Le bon vieux concept de « webmaster » ! C’était l’intitulé de mon dernier poste quand j’étais salarié …

  3. Thomas dit :

    Dommage même pas une toute petite référence au community manager.

  4. Céline dit :

    Un article qui me semble bien complet et résumant de manière concise en apportant les éléments essentiels à savoir sur ces différents métiers.

  5. Marjorie Soutric dit :

    Le Portail des Métiers de l’Internet (http://metiers.internet.gouv.fr) présente un panorama de plus de 60 métiers sous forme de fiches métiers détaillées. Cela permet de découvrir l’éventail complet des nombreux métiers du Web.

  6. Thomas,

    On a fait un article dédié au métier de CM. Pour le lire c’est ici : http://www.blogdumoderateur.com/definition-community-manager/

  7. Marie dit :

    La définition du métier d’intégrateur web ne pourrait être plus minimaliste et incomplète, alors qu’il s’agit d’un métier fondamental du web !

    L’intégrateur maîtrise non seulement HTML mais aussi CSS et JavaScript. En outre, il est le garant des projets web responsive, c’est à dire des sites qui s’adaptent à tout périphérique, notamment aux périphériques mobiles.

    L’intégrateur web veille également à soigner les performances d’un site web, au respect de la charte graphique établies par les directeurs artistiques, web designers et graphistes, mais aussi à l’application de bonnes pratiques de codage, de qualité et d’accessibilité web.

    Il a aussi un rôle de conseil auprès des développeurs.

    En somme, c’est un métier un chouïa plus complexe que ce que vous décrivez dans votre panorama.

    Par ailleurs, vous citez HTML et CSS comme des technologies qu’un développeur web est censé maîtriser : si la plupart des développeurs web ont en effet des notions dans ces domaines, ils ne sont pas experts en la matière comme les intégrateurs, dont c’est le cœur de métier.

    De même, chaque développeur a ses langages de prédilection, un développeur PHP ne fait pas forcément du Java, par exemple.

    J’ajouterais que l’organisation des différents pôles de métiers dans votre article me laisse songeuse : d’un point de vue pédagogique, je les aurais présentés dans l’ordre d’intervention au sein du cycle de création d’un projet web, en inversant le développement et la conception / création. De même, l’ergonome intervient en amont de la création graphique…

  8. nicolas f. dit :

    Marie +1

  9. William dit :

    Pour rebondir sur le commentaire de Marie, il faut aussi préciser que l’intégrateur est responsable de la qualité d’un site : accessibilité, évolutivité, respect des standards, supports des navigateurs, terminaux, etc…

    Et quand je lis ça : « Une fois le site codé, l’intégrateur traduit les maquettes des graphistes en langage HTML ». Je me dis qu’on a encore du chemin à faire…

  10. Motivator dit :

    Je crois qu’on a fait le tour ! Il y a juste le designer sonore, on se demande ce qu’il fait là :p

    Peut-être manque-t-il sinon les métiers liés à l’analyse d’audience. C’est entre autres le boulot du webmarketeur, mais des postes à part entière peuvent être dédiés à cette tâche.

  11. François dit :

    Le content manager a sa place dans ce palmarès, je pense. Même si le poste reste souvent trop vague et mal identifié.

  12. raphael dit :

    Et oui les métiers du Web ne connaissent pas la crise, à condition d’être bon !

  13. Il manque aussi le responsable éditorial 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *