Le média des professionnels du digital
Le média des professionnels du digital
Fermer

Social Media : quel avenir pour le contenu sur les réseaux sociaux ?

Juliette Pignol, le 17 janvier 2017

A l’heure où Facebook est devenu un média plus qu’un réseau social et que les vidéos Snapchat font de l’ombre à celles de YouTube, on peut se demander quels sont les types de contenus qui vont émerger dans les prochaines années. Sur quelles plateformes et à quelles fins ? Car l’enjeu majeur aujourd’hui c’est de faire de l’hyper-fidélisation de l’utilisateur, tout en lui proposant une expérience utile et unique. Ce sont des problématiques auxquelles des acteurs importants du secteur ont répondu au cours de la seconde édition de la Maddy Keynote, ce mardi 17 janvier à Paris.

Si 95% des internautes consomment du contenu sur les réseaux sociaux aujourd’hui en France, 87% estiment qu’il n’est pas « utile ». Partant de ce constat, de nombreux éditeurs de contenu ont choisi de changer de stratégie afin d’essayer de répondre au mieux aux attentes des utilisateurs. Pour Maxime Barbier, fondateur de MinuteBuzz, le virage a été à 360° : en effet, en octobre 2016, le site a définitivement fermé pour ne miser que sur du social content sur Facebook. Convaincu de devoir appréhender une stratégie sociale média de façon agile pour quelle fonctionne, cela ne l’effraie pas d’imaginer qu’un jour Facebook puisse fermer et emporter avec lui son bébé.

« Ce n’est pas le format de la plateforme qui compte, c’est le contenu qu’on produit. On pourrait passer facilement sur Snapchat, Musically… »

La quantité au dépend de la qualité donc ? Peut-être, mais pas que : MinuteBuzz devrait continuer à innover cette année en présentant son premier dispositif de social shopping sur Facebook (f-commerce sur Messenger) pour faciliter la consommation.

D’autres éditeurs tentent quant à eux de faire le grand écart. C’est le cas de Prisma Media, qui a tout misé sur le contenu liquide (un contenu vidéo, photo, live qui peut se traduire sur toutes les plateformes). La force du groupe, c’est de posséder en son sein 22 marques foncièrement différentes. De Gala aux très récents nouveaux venus Ohmymag et Gentside du groupe Cerise, Prisma a dû s’adapter aux cibles quadra et Millennials et inventer des formats qui parlent à tout le monde et cela a payé puisque le groupe est aujourd’hui le leader numéro 1 des producteurs-diffuseurs et éditeurs en vidéo de France. Une des recettes qui fonctionnent bien pour Gala, c’est d’avoir inventé des contenus mobile only : finies les interviews classiques, aujourd’hui, les célébrités se produisent en Facebook Live dans « L’Appartement Gala » situé en proche banlieue. Des shows très largement appréciés qui rassemblent pour certains (Olivia Ruiz, le Jamel Comedy Club…) plus de 200 000 vues et encouragent l’interaction entre internautes.

« Ça ne sert à rien de se servir de la technologie si on ne raconte rien » dit Virginie Lubot, directrice commerciale adjointe de Prisma Media qui souligne l’importance de la cohérence du contenu avec sa cible. Un avis que partage Margot, la blogueuse de youMAKEfashion. Sa stratégie sociale est quant à elle, différente et plus « romantique » que le modèle MinuteBuzz. Bien que blogueuse-Youtubeuse est par essence liée aux réseaux sociaux, la jeune femme a résisté à l’appel de la fermeture de son blog, qui restera toujours « sa vitrine principale ». Persuadée que les gens ont toujours le choix de visiter ou non une plateforme et qu’une vidéo Snapchat sera moins qualitative qu’un tutoriel complet de 20 minutes. « Quand on a compris l’influence qu’on a, on ne peut pas faire n’importe quoi et laisser tomber les gens ».

Pour elle, ce n’est pas non plus le nombre de fans qui compte mais plutôt leur profil : ceux qui aiment vraiment ses contenus, qui reviendront… et surtout que l’on n’a pas payé. Car le problème aujourd’hui, c’est l’acquisition de fans tarifée très pourvue chez les concurrents de MinuteBuzz (dont nous tairons les noms ici) qui se vantent de leur virage réussi sur les réseaux sociaux en confondant trafic naturel et trafic payant. En revanche, Margot est loin d’être la dernière à surfer sur la vague des nouvelles applications mobiles : pour la sortie de son prochain ouvrage en Mars, c’est avec un UberEATS que chaque acheteur et acheteuse recevra à domicile son exemplaire !

C’est pourquoi la question de la gestion de la data Facebook subsiste. Si des sites comme BuzzFeed ou Mashable ont accès aux retombées réelles grâce à leur proximité avec Facebook, ce n’est absolument pas le cas de la majorité des autres éditeurs. S’arrangeant parfois comme ils le souhaitent avec les chiffres en s’éloignant par la même occasion un peu plus de leur cible et de leur sujet de base. Un frein que le groupe Prisma aurait levé il y a plusieurs années en inventant Infonity. En ciblant les centres d’intérêt de chaque utilisateur, cette application est capable de proposer du contenu ciblé tout en recueillant de la donnée pour s’en servir après…

À lire également
medias Pour les médias, le digital n’est pas un risque : c’est une opportunité
Recevez nos meilleurs articles

En vous abonnant, vous acceptez les CGU

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *