Le média des professionnels du digital
Le média des professionnels du digital
Fermer

Tech fatigue : 42% des pros du digital envisagent de « quitter Internet »

Thomas Coëffé, le 5 juillet 2017

Avec Hellowork.io, nous avons mené une enquête auprès de 1258 professionnels du digital (mai-juin 2017). Leur situation est souvent enviée : métiers porteurs, bureaux modernes, conditions avantageuses… Nous voulions connaître leur ressenti personnel : sont-ils vraiment heureux au travail ? Les résultats que nous avons obtenus sont contrastés. Bien qu’ils apprécient globalement leur situation professionnelle, beaucoup envisagent de changer d’entreprise ou se reconvertir.

61% des professionnels du digital sont heureux au travail mais 26% exercent un bullshit job

61% des professionnels du digital sont heureux, mais ils ne sont que 10% à se sentir très heureux. Les femmes du numérique sont légèrement plus heureuses que les hommes. Du côté de l’estime de soi, plus d’un répondant sur deux (51%) se sent reconnu à son poste. Notons que plus d’un professionnel du digital sur quatre (26%) estime que son travail n’a pas de sens (bullshit job). Cette tendance touche l’ensemble des métiers du digital.

Les principaux facteurs de stress : la charge de travail, les objectifs trop élevés et les conflits internes

48% des répondants subissent du stress, les principaux facteurs sont les suivants : la charge de travail trop importante (55%), les objectifs trop élevés (53%), les conflits avec les collègues ou la hiérarchie (36%), la nécessité d’être connecté en permanence (32%) et les conflits liés aux valeurs (éthique, 27%). Les métiers de bizdev (62%) et chef de projet (57%) sont les plus stressants, à l’inverse des métiers du design (41%) et de l’acquisition (38%).

Les critères les plus importants : la rémunération pour les hommes, les missions pour les femmes

Aux yeux des professionnels du web, les critères qui déterminent le mieux leur bonheur au travail sont les missions qu’ils exercent (67%), l’équipe avec laquelle ils travaillent (63%), la rémunération qu’ils perçoivent (60%), le cadre de travail (40%), le management (36%) et les perspectives d’évolution (25%). On observe de grandes différences entre les hommes et les femmes à ce sujet. Les hommes sont particulièrement attentifs à leur rémunération (64%) avant de penser à leurs missions (60%) et leur équipe (60 %), tandis que les femmes s’intéressent d’abord à leurs missions (73%), puis à leur équipe (67%) et leur rémunération (56 %).

Satisfaits de leur équipe, en manque de formation et déçus par les perspectives d’évolution

Les professionnels du digital sont satisfaits de leur équipe (76%), du cadre de travail (69%), de leurs missions (66%) et des ressources qui leur sont allouées (54%). En revanche, seuls 49% d’entre eux apprécient leur rémunération, 47% leur management, 37% les formations financées par l’entreprise et 36% leurs perspectives d’évolution. Ceux qui gèrent les projets sont les plus satisfaits par leur rémunération (54%), contrairement aux professionnels de l’acquisition (43%). 76% des professionnels du marketing apprécient leurs missions, contre seulement un développeur sur deux. 58% des professionnels de la communication sont satisfaits du management, contre seulement 38% des business developers. Enfin, les designers sont les plus mécontents des formations proposées et de leurs perspectives d’évolution (respectivement 30% et 27% de taux de satisfaction). À ce sujet, ce sont les métiers de la communication qui s’en sortent le mieux (44% et 43%).

84% des professionnels du digital aiment leur métier

84% des professionnels du web que nous avons interrogés aiment leur métier. 66% aiment leur entreprise et 80% apprécient leur secteur d’activité. Les métiers les plus appréciés par leurs pairs sont :

  • SEO, SEA, 90%
  • Community manager, 89%
  • Les métiers de la communication, 89%
  • Les métiers du marketing, 87%
  • Designer, 84%
  • Développeur, 80%
  • Chef de projet, 79%
  • Business developer, 77%

70% pensent changer d’entreprise d’ici 2 ans, 86% d’ici 5 ans

Les professionnels du digital sont résolument mobiles et s’attendent à une carrière très mouvementée. Ainsi, 70% d’entre eux pensent changer de métier d’ici 5 ans (dont 48% dans les deux prochaines années). Les développeurs web et les designers sont les plus attachés à leur métier, contrairement aux business developers qui cherchent à se reconvertir. La fidélité à l’entreprise est encore plus limitée : 86% des professionnels du digital s’attendent à changer d’entreprise d’ici 5 ans (dont 70% dans les deux prochaines années). Les business developers, les graphistes et les professionnels du marketing sont les moins attachés à leur entreprise.. Enfin, ils sont 62% à penser changer de secteur d’activité dans les 5 ans (dont 45% dans les deux prochaines années).

42% des professionnels du digital envisagent de « quitter Internet »

Doit-on parler de tech fatigue ? Si beaucoup de professionnels du web se sentent stressés par leur connexion permanente, certains vont jusqu’à envisager de quitter le digital. Ainsi, 42% des répondants envisagent une reconversion vers un métier n’ayant aucun rapport avec le web : 10% y réfléchissent dès aujourd’hui, 32% pour une reconversion à plus long terme. Cette tendance touche l’ensemble des professionnels du digital, quels que soient leur métier, leur genre et leur lieu de travail.

Enquête réalisée sur le Blog du Modérateur et Hellowork.io, auprès de 1258 professionnels du digital, en mai et juin 2017.

Recevez nos meilleurs articles

En vous abonnant, vous acceptez les CGU

Commentaires
  1. Charlotte dit :

    Intéressante cette étude !
    Une petite question concernant la dernière rubrique, sait-on vers quel secteur/métier aimeraient se tourner les sondés qui envisagent une reconversion professionnelle ?
    Merci pour vos réponses!

  2. marco dit :

    faut-il comprendre par « pro de l’internet » des « employés d’entreprise au service du numérique » ? si oui alors le turn-over n’est pas du tout étonnant, tant que les pratiques des clients et fournisseurs ne changeront pas.
    quant aux 42% qui envisagent de quitter complètement, tant mieux ça fera moins de « bruit » dans le milieu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *