Combien gagne un stagiaire chez Facebook, Twitter ou Google ?
glassdoor
Les sites web et les réseaux sociaux préférés des Français
reseaux-sociaux-france
Identité numérique

Un jeu sérieux pour découvrir la veille : interview de Marie Armand

veilleJ’ai eu l’occasion de participer il y a quelques jours à un jeu sérieux consacré à la veille. Le principe ? Comprendre l’intérêt et les bénéfices d’une veille en entreprise à travers un jeu de plateau. Allier ludique et pédagogique, un positionnement gagnant ? L’expérience est intéressante et originale. Parmi l’équipe qui a mis en place le projet, on retrouve Marie Armand, qui interviendra ce soir (20 avril) lors des Ateliers du web consacrés à la veille à la Cantine Numérique Rennaise. Elle nous explique dans cette interview le concept de ce jeu sérieux, sa mise en place ou encore les premiers retours obtenus. Le jeu étant placé sous licence Creative Commons, n’hésitez pas à le reprendre et à l’adapter ! Je verrais bien un serious game sur le community management personnellement. Vous devriez en tout cas réentendre parler de ce projet bientôt puisque d’autres sessions devraient voir le jour. En attendant, bonne lecture !

veille se la jour sérieux

Tout d’abord, peux-tu te présenter toi et ta structure L’OEil au Carré ?

Je suis gérante et fondatrice de LʼOEil au Carré, société spécialisée dans la veille, lʼe-réputation et les usages 2.0. En dʼautres mots, je réalise des prestations de veille sur internet (concurrence, image, sectorielle…), et jʼanime des communautés en ligne pour des acteurs publics et privés (rédaction de contenus, modération, animations en ligne et… veille pour rechercher des thématiques à développer, mais aussi pour «prendre le pouls» de ce que nous avons diffusé sur internet).

Je suis aussi co-fondatrice du VeilleLab Ouest, qui est pour le moment une association informelle de professionnels de lʼinformation dans toute la France. Lʼobjectif des rencontres que nous organisons, avec Caroline Thibault (chargée de veille à la CCI du Maine et Loire) est de réunir des professionnels de lʼinformation et des personnes intéressées par ces métiers, pour échanger et partager. Et puis, je blogue depuis un petit bout de temps maintenant. Jʼai commencé avec LʼOEil sur le Net en 2007, qui est devenu LʼOEil au Carré en 2010. Mon but est de partager mes réflexions, mes retours dʼexpérience et des témoignages qui touchent à la veille et au web social. Je participe aussi au blog Veille & TIC, avec Marie Mulé sa fondatrice, qui répertorie les offres dʼemploi dans les métiers de la gestion de lʼinformation (veille, intelligence économique, knowledge management, community management, etc.)

Tu viens de réaliser un serious game sur la veille. Peux-tu nous présenter le concept du jeu ?

Ce serious game consacré à la veille a été conçu dans le cadre du VeilleLab Ouest, qui est aussi un laboratoire dʼidées et de pratiques. Lʼobjectif de ce jeu est dʼaborder la veille et ses enjeux dʼune manière différente, au travers du jeu. Nous partons du constat avec Caroline (avec qui je co-organise le VeilleLab) que la veille reste un sujet bien mystérieux et souvent abordé de façon trop théorique. La première version du jeu est très généralise, son objectif est de démontrer lʼintérêt de faire de la veille intelligemment : récolter des infos et sʼen servir pour avancer et innover. Dans le principe du jeu, les équipes qui ne récoltent pas dʼinfos se trouvent pénalisées face à un obstacle, celles qui au contraire préfèrent amasser beaucoup dʼinfos et ne pas s’en servir nʼobtiennent pas non plus dʼavantage concurrentiel sur les autres équipes. Car faire de la veille, cʼest bien, mais elle ne sera efficace que si elle est utilisée pour innover et en appui des décisions stratégiques. Dʼautres versions du jeu pourront aborder dʼautres thématiques, que nous avons envisagées : recouper et qualifier ses infos, protéger son «patrimoine immatériel», etc.

veille

Quel lien peut-on faire entre la veille et ce plateau de jeu ?

Le contexte du jeu est celui des grands explorateurs : les équipages doivent faire le tour dʼune île pour découvrir les trésors et embûches quʼelle recèle. Nous avons créé différents types de cartes : les cartes Sacrebleu sont les informations collectées (par exemple un bulletin météo) qui permettent de contourner des embûches contenues dans les cartes Mille Sabords (par exemple une tempête), mai aussi dʼobtenir des cartes Eurêka, des innovations (comme par exemple une longue vue pour anticiper les attaques en mer). Parmi les cartes Sacrebleu (positives donc) nous avons ajouté des cartes «A vous de voir» : une information donnée par un tiers indique aux équipages lʼendroit où ils peuvent trouver une carte Eurêka. Ceux-ci peuvent décider dʼinterroger le Maître du jeu sur la véracité de cette information, où passer leur chemin. En fin de partie, les équipages peuvent faire appel à un expert quʼils payent pour obtenir des innovations (cartes Eurêka). Il y a aussi des espions, des pirates, etc..

Qui a travaillé sur ce projet ?

Au total une bonne quinzaine de personnes ont participé à la conception de ce jeu, issues dʼunivers différents (pas uniquement de la veille donc). Lʼidée de ce jeu a été proposée par Karine Sabatier, directrice de la Cantine Numérique. Nous avons ensuite organisé une séance de brainstorming en décembre 2010 avec une dizaine de personnes pour définir les objectifs du jeu, son public, et comment le réaliser. Sur les quatre mois de conception du jeu, des personnes ont apporter leurs idées ponctuellement ou sur la durée. Je tiens dʼailleurs à remercier ici Karine, qui sʼest beaucoup investi, mais aussi Gael-Ian Havard (développeur chez LunaWeb) qui est lui-même passionné de jeux de rôle et qui a beaucoup apporté dans lʼévolution des règles et dans la conception des cartes. Guillaume Genest (graphic designer chez LunaWeb) a lui aussi beaucoup participé à ce jeu en créant tout lʼunivers visuel des cartes et du plateau. Sur le site dédié à notre jeu, La veille se la joue sérieux, nous avons consacré une page (http://www.laveilleselajoueserieux.com/remerciements/) à toutes ces personnes qui ont fait de ce projet ce quʼil est aujourdʼhui : un serious game collaboratif et qui rencontre son public !

Pourquoi avoir choisi de le placer sous licence CC ?

Nous avons choisi dès le départ de placer le fruit de notre travail sous licence Creative Commons pour deux raisons. Tout dʼabord parce-que ce jeu est un projet collaboratif de A à Z : les idées, la phase de conception et même les tests ont été réalisés grâce aux personnes qui ont souhaité apporter leur pierre à lʼédifice. Sans eux, nous nʼaurions pas eu cette idée, et sans eux le jeu nʼaurait pas été aussi abouti. En le proposant sous CC, ils pourront se lʼapproprier et le faire évoluer sʼils le souhaitent. Ce qui mʼamène à la seconde raison : cette expérience a été très riche (tant pour les concepteurs que pour les joueurs je crois) et nous aimerions quʼelle sʼenrichisse encore plus de lʼapport dʼautres personnes qui nʼont pas pu participer (parce-quʼelles nʼétaient pas sur place, les concepteurs étant rennais, ou parce-quʼelles ne connaissaient pas ce projet). Pour imaginer dʼautres versions et dʼautres évolutions du jeu, il nʼy avait à mon sens pas dʼautres moyens que de passer le relai, et pourquoi pas dʼen faire un projet collaboratif de plus grande ampleur !

Nous allons très prochainement mettre en ligne tous les éléments du jeu (support, règles,réflexion…), le temps pour nous de préparer les documents pour quʼils soient exploitables par tous ! Du côté du VeilleLab Ouest, nous prévoyons de faire un nouveau test à Nantes avant lʼété. Et puis le réseau du VeilleLab sʼétend un peu partout en France, dʼautres «antennes» régionales tenteront certainement lʼaventure. Un projet est déjà en cours, mais on vous en dira plus sur La veille se la joue sérieux !

veille

Une première session a été réalisée, quels ont été les premiers retours ?

Très positifs ! Les joueurs se sont pris au jeu, et les observateurs ont beaucoup apporté à notre réflexion de départ. Nous avions prévu deux plateaux de jeu pour une dizaine de joueurs, les autres participants avaient pour mission dʼajouter leurs idées à la mind map collaborative que nous leur avions préparé. Nous lʼavons retranscrite et publiée sur MindMeister. Le test du 09 avril dernier à la Cantine Numérique Rennaise nous a conforté dans la conception du jeu : les équipes sont entrées dans la peau des explorateurs et ont usé de beaucoup de stratégie pour remporter la partie. Grâce à eux, nous avons aujourdʼhui beaucoup dʼidées à creuser pour perfectionner ce jeu, pour le rendre plus intuitif et encore plus pédagogique. Les premières améliorations que nous allons apporter concerneront le rôle du Maître du jeu, le «facilitateur» dans tout bon serious game. Le Maître du jeu a un rôle central car qui fait le lien entre la veille (le message quʼon souhaite faire passer) et sa métaphore (le jeu). Pendant le jeu, il consulte les joueurs sur leur stratégie, et sur ce quʼils ont appris. A lʼissue, il échange avec les équipage sur le rôle de la veille et leur dévoile les mécanismes du serious game. Lʼobjectif : que le jeu ne reste pas quʼun jeu, et que le côté sérieux ne soit pas non plus trop sérieux.

Penses-tu que ce type de concept peut-être étendu à d’autres métiers du web ?

Tout à fait ! Le serious game est applicable à pas mal de métiers, et peut prendre des formes multiples. Nous avons réalisé un jeu de plateau, mais il pouvait se limiter à des cartes (comme dans les ateliers de rétrospectives) ou être développé sous forme de jeu vidéo. Le principe du jeu peut être décliné à lʼinfini. Il peut-être utilisé lors de séances de brainstorming (le live Gamestorming est très intéressant à ce sujet), pour faire le point sur une période ou une expérience passée (la rétrospective), pour recruter (comme lʼa fait récemment la banque LCL), pour se projeter dans lʼavenir (comme par exemple le jeu sur les choix énergétiques), etc. etc. Donc métiers du web ou pas, lʼessentiel pour concevoir ce type de jeu est de bien définir son objectif et dʼy intégrer au mieux la composante ludique tout en conservant lʼaspect pédagogique.

Le site du jeu sérieux consacré à la veille
Le blog de Marie
Le blog Veille & TIC

Commentaires

  1. olybop
    20 avril 2011 - 17h00

    c’est marrant les palettes du plateau de jeu ressemble au jeu « coloms de catane »

  2. Auregann
    21 avril 2011 - 9h52

    En fait, ce sont exactement les tuiles du jeu Colons de Catane. D’ailleurs, ça ne pose pas un problème pour la mise du contenu sous licence CC ? Il n’y a pas de copyright sur les éléments du jeu par les éditeurs ?

  3. Marie
    21 avril 2011 - 10h34

    Oui c’est une des raisons pour lesquelles les fichiers ne sont pas encore partagés sur notre site http://www.laveilleselajoueserieux.com/
    Nous sommes en discussion avec la société éditrice (http://www.filosofiagames.com/) en espérant que nous pourrons utiliser leur concept pour le plateau. Sinon on en refera un autre ;)

2 commentaires supplémentaires

Laisser un commentaire

Il est possible d’utiliser ces balises HTML :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar