Dossier : la stratégie digitale de Game of Thrones

Game of Thrones est la série qui suscite le plus d’engouement en ligne depuis le début de sa diffusion il y a deux ans. Avec des records d’audience, mais aussi de téléchargements, elle attise les foules et les passions. C’est l’apanage des grandes séries, à l’image de Lost, Mad Men ou encore Battlestar Galactica. Mais quand celle-ci entraîne avec elle une telle mythologie et un univers aussi complet, les téléspectateurs se transforment en une véritable communauté d’adeptes que les chaînes se doivent de prendre en considération. Les médias sociaux ont amplifié le phénomène et nous commençons à observer de véritables stratégies d’engagement tirant parti de l’enthousiasme collectif pour plus de viralité et donc une captation constante de nouveaux téléspectateurs.

Dans ce cas précis, l’identité de la série joue un immense rôle dans le développement des stratégies d’engagement. Game of Thrones est tirée d’une série de livres (« A Song of Ice and Fire » en VO) au    succès mondial (plus de 20 millions de livres vendus). Bien plus qu’un simple ersatz du Seigneur des Anneaux, la saga est une épopée aux innombrables personnages et conspirations politiques. Complexité et profondeur en sont la marque de fabrique.

Toute adaptation bénéficie de la notoriété du matériel de base mais aussi de l’exigence du public quant à sa fidélité. Cela a créé une immense attente lors de l’annonce d’une série télévisée, sur HBO de surcroît, chaîne réputée pour la qualité de ses productions. Avec un budget conséquent (la première saison a coûté entre 50 et 60 millions de dollars pour 10 épisodes), Game Of Thrones a su s’imposer comme la série à ne surtout pas rater. Son univers dense, ses dizaines de personnages aux punchlines mémorables et son côté sulfureux ont forgé une identité forte à la série. Bien plus qu’une simple série médiévale, Game Of Thrones ajoute une dimension politique présente tout au long des deux saisons, à laquelle s’ajoute progressivement un aspect fantastique. Tous ces ingrédients ont formé un objet télévisuel extrêmement populaire sans pour autant être simpliste.

Nous verrons ici comment HBO a su utiliser le web et les médias sociaux pour, d’une part, rassembler toute une communauté autour de Game of Thrones, et d’autre part, l’entretenir en appliquant des stratégies engageantes sur le long terme. Un modèle du genre.

Sommaire

  1. Owned Media : charité bien ordonnée commence par ses sites
  2. Social Media, le bras armé de la maison GOT
  3. Social TV : le second-screen comme moteur d’engagement
  4. Campagne de la saison 3 : faire naître l’attente sur le web
  5. Game of Thrones en chiffres

 

Owned Media : charité bien ordonnée commence par ses sites

Le site d’HBO est à la base de toute sa stratégie digitale. Loin d’être délaissé au profit des médias sociaux, il est la plateforme centrale pour s’informer sur l’actualité de la série. Nous verrons ici comment la chaine entend combattre le piratage, notamment avec son service de streaming HBO Go.

Site officiel

La dimension communautaire est réduite à son strict minimum avec la présence de sujets de discussion pour chaque épisode. Très visuel, il est entièrement développé en Flash et fait la part belle aux vidéos (trailers, making-of, interviews), les news étant essentiellement reprises de sites comme The Hollywood Reporter ou Variety. Une plateforme de base donc, à la dimension Social media réduite à son minimum. Le visiteur ne se voit jamais redirigé vers les profils sociaux de la série.

Blog Behind the Scenes

En parallèle, un blog sous le nom de Making Game of Thrones relate l’envers du décor avec de la production. Mêlant billets écrit et making-of de tournage, il est l’œuvre de Cat Taylor, assistante des 2 showrunners de la série, David Benioff et D.B. Weiss. C’est un véritable point d’entrée sur les coulisses de la série avec notamment des interviews des acteurs et des membres de l’équipe de tournage. Le blog est très actif, avec 2 à 3 posts par semaine et ce quasiment toute l’année. Il fournit un contenu inédit qui ne sera pas systématiquement présent sur le DVD/Blu-Ray de la série. C’est donc un espace indispensable pour les fans désireux d’en savoir plus sur la conséquente machinerie mise en place pour chaque épisode.

HBO Go : les séries d’HBO partout, tout le temps

HBO dispose de sa propre plateforme de diffusion, permettant d’accéder à tous les contenus de la chaîne depuis tous les supports : PC, smartphone, tablette et même Xbox 360. Conscient que la consommation de série se fait maintenant beaucoup sur ces seconds écrans, la chaîne propose donc l’intégralité des épisodes qu’elle diffuse en streaming pour ses abonnés, le tout en haute définition. Le fait est qu’HBO Go ne soit disponible qu’à ses abonnés a cependant créé une petite polémique. Un webdesigner américain, Jake Caputo, qui a créé le site takemymoneyhbo.com, se faisait le porte-parole de toutes les personnes souhaitant un abonnement à HBO Go séparé de celui de la chaîne payante. La série étant la plus piratée de l’année 2012 (3,9 millions de téléchargements par épisode), bon nombre de fans sont prêts à donner de l’argent à HBO pour pouvoir regarder les épisodes en streaming. L’investissement pour un abonnement n’étant pas à portée de tous, une formule pour un accès web-only semblait être un compromis plus qu’honnête. Répondant à la clameur populaire, HBO a déclaré sur Twitter qu’il remerciait tous les fans de la série pour leur support mais que concernant #takemymoneyHBO, TechCrunch était dans le vrai.

 

Dans l’article auquel il est fait référence, Ryan Lawler explique que la chaîne aurait tout à perdre en proposant un abonnement individuel à HBO Go : elle perdrait le support marketing des fournisseurs de câble (Time Warner, Comcast) et ne pourrait contrebalancer ses pertes avec les seuls abonnés sur le web. Le modèle de HBO n’est pas celui de Netflix. Si la situation ne risque pas de bouger pour les abonnés, les choses évoluent pour les fans du monde entier regardant la série par des moyens plus au moins légaux.

HBO et le piratage : une évolution nécessaire

Comme il a été dit, la saison 2 de Game of Thrones a été la série la plus téléchargée de l’année. Plus de personnes la regardent illégalement que depuis un abonnement HBO. On assiste ici à la confrontation d’un service premium à la disponibilité restreinte avec une consommation de contenus mondialisée, grâce à Internet. Les épisodes sont rippés en différents formats (SD, HD) dans l’heure et des sous-titres sont disponibles peu de temps après dans des dizaines de langues. Il est devenu très facile de regarder Game of Thrones en même temps que sa diffusion aux Etats-Unis.

En France par exemple, la série est disponible sur le bouquet OCS (Orange Ciné Séries), qui propose les épisodes le lendemain de leur diffusion avec sous-titres français. OCS n’est cependant disponible que pour les personnes disposant d’un abonnement TV par leur fournisseur d’accès (Numericable, SFR, Orange). Un pré-requis bloquant pour les abonnés ne disposant que de la TNT. Les coffrets DVD/Blu-Ray des 2 premières saisons sont sortis 8 mois après leur diffusion outre-Atlantique.

Mais ne nous voilons pas la face : depuis deux ans, entre avril et juin, une masse considérable de personnes regarde la série en la téléchargeant illégalement. Le décalage est d’autant plus important quand Canal+ annonce la diffusion de la première saison en janvier dernier. Difficile de ne pas se dire que cela arrive bien trop tard (presque deux ans après). Malgré tout, la diffusion du 1er épisode a attiré plus d’un million de téléspectateurs.

Le mois dernier (février 2013), David Petrarca, réalisateur pour la série, a déclaré que le téléchargement illégal n’était pas dommageable pour la série, dont le succès repose sur le buzz et les discussions en ligne qu’elle génère, notamment sur les réseaux sociaux. Sa déclaration, sortie de son contexte, n’a pas tardé à se répandre comme une traînée de poudre. Malgré son démenti quelques jours après (sûrement poussé par HBO), le débat fut relancé. Coïncidence (ou non), la chaîne a annoncé une semaine plus tard qu’elle allait rendre disponible les épisodes pour 176 pays en même temps que leur diffusion aux USA. Le délai de disponibilité dépendra des diffuseurs locaux. À noter que la chaîne s’est implantée en Europe il y a plus de 20 ans, elle est maintenant disponible dans 14 pays.

HBO a cependant voulu préciser que cette décision n’est pas le résultat du piratage massif de la série mais une simple évolution technique. Difficile à croire tant la pression du public international était importante, portée par les chiffres de téléchargement. En France, les droits appartiennent à Canal+ et OCS, il est donc fort probable que cette diffusion se fasse une semaine après, soit en même temps que l’épisode suivant. Comme le dit un commentateur sur The Verge «qui veut attendre une semaine, quand on peut l’avoir à peine une heure après sa diffusion ?». Les choses évoluent, mais ces changements sont soumis aux limites des marchés nationaux, indépendants de la volonté d’HBO.

HBO Viewer’s Guide : l’encyclopédie interactive de Westeros

HBO le sait : sa série dispose d’un univers dense et parfois peu accessible de par la multiplicité de ses personnages et de ses intrigues. Il était alors nécessaire d’accompagner le téléspectateur dans ce monde inventé de toutes pièces afin qu’il puisse se repérer dans l’espace, mais aussi dans les relations (entre autres familiales) d’une vingtaine de personnages. C’est dans cet objectif que HBO a élaboré une carte interactive permettant de parcourir tous les lieux de la série et les différents points d’intérêt que l’on retrouve dans les épisodes. En parallèle, toutes les maisons ont leur arbre généalogique avec une brève présentation pour chaque personnage et leurs liens avec les autres maisons (par exemple Baratheon ou Lannister). Ce Viewer’s Guide est conçu de sorte qu’il ne dévoile aucun élément de l’intrigue, car il est possible de définir une saison et un épisode pour en avoir les différents points de repères.

Une section spéciale s’intéresse plus particulièrement à trois aspects de l’histoire :
– Les zones de contrôle des différents rois
– Le périple de Daenerys Targaryen dans sa quête de vengeance
– Les batailles qui ont façonné le continent de Westeros

Enfin, à l’occasion de la saison 3, le guide propose un récapitulatif de la saison 2 avec une sorte de BD animée, proposant de revivre les moments forts dans l’ordre chronologique des épisodes. Une alternative aux traditionnelles vidéos récapitulatives. Il en existe cependant une de 10 minutes relatant les évènements des 2 saisons précédentes.

Social Media, le bras armé de la maison GOT

HBO a intensifié ses efforts sur les médias sociaux lors de la diffusion de la saison 2 de Game of Thrones. La chaine a opéré quelques virages stratégiques et de nombreux partenariats afin d’entretenir l’engouement communautaire et favoriser l’engagement sur les seconds écrans.

Facebook

La page Facebook de Game of Thrones est clairement axée sur le contenu visuel. Mise à jour tout au long de l’année, et pas seulement pendant la diffusion, elle fait la part belle aux vidéos et photos. Couplée avec un compte YouTube qui a maintenant 186 vidéos pour 76 millions de vues, elle distille des informations sur la série : bande-annonces des épisodes, vidéos récapitulatives, interview des acteurs, making-of, etc. Lors de la saison 1, les vidéos et liens étaient omniprésents. Au fur et à mesure, la stratégie a changé pour un contenu au plus fort potentiel de viralité : les images. Ainsi, de quelques centaines de partages, les posts sont passés à plusieurs milliers de feedbacks. Conscient d’avoir une série marquante de par ses punchlines, HBO a pris un tournant comme bon nombre d’autres séries : poster des citations. Certaines répliques restent gravées dans les mémoires après les épisodes, HBO se doit alors de surveiller les conversations en ligne pour y puiser les dialogues les plus cités. Une fois sur Facebook, ces images ont une portée virale conséquente, certaines ayant plus de 20 000 partages. Dans le cas d’une série comme Game of Thrones, cela sert deux objectifs : entretenir l’attention entre les épisodes et surtout capter de nouveaux publics. Plus de viralité, c’est une omniprésence sur les newsfeeds des fans et de leurs amis. Avec plus de 30 000 nouveaux fans par jour, la page accueille constamment de nouveaux adeptes.

Petit détail qui a son importance: les commentaires accompagnant les contenus ont pour la plupart le même ton que la série. Ainsi, le page devient le « realm » (royaume) et de nombreuses références sont faites à de fameuses répliques (brace yourselves, winter is coming, etc.). L’univers fort de la série est donc aussi présent dans le discours pour être cohérent avec la stratégie de contenu.
Tout au long de l’année, HBO n’hésite pas à profiter des moments de fête (Noël, Thanksgiving) pour poster du contenu avec des images de la série. Cette prise en compte du contexte permet de faire irruption dans la vie des fans avec l’univers de Game of Thrones. À ce petit jeu, des marques comme Oasis ou Oréo ont bien compris l’importance de mêler contenu et contexte.

Faisant la part belle au contenu visuel, la page Facebook de Game of Thrones regorge d’images de la série. Et cela aux dépends de certains téléspectateurs, puisque fonctionnant au rythme de sa propre diffusion, HBO poste parfois des images pouvant dévoiler des éléments de l’intrigue. Ainsi, le lendemain de la diffusion du dernier épisode de première saison, la page arborait la toute dernière image de la saison en photo de profil. Ceux qui n’avaient pas regardé le season finale ont pu le découvrir sur Facebook, on pense notamment aux publics internationaux (exceptés ceux qui téléchargent la série illégalement).

En parallèle, un social game appelé «Game of Thrones Ascent» est sorti en version beta le mois dernier. Tirant parti du social graph de Facebook, le jeu est développé par le studio DisruptiveBeam en étroite collaboration avec HBO et l’auteur des livres, George R. R. Martin. C’est un jeu de stratégie reprenant des éléments de l’histoire, permettant au joueur de choisir sa Maison d’allégeance et de conquérir des territoires. Une des ambitions des développeurs est de proposer aux joueurs de nouveaux contenus au fur et à mesure de la diffusion des épisodes de la saison 3, leur permettant ainsi de prolonger l’expérience depuis une toute nouvelle perspective.

Twitter

Sur Twitter, une série télévisée se doit de tirer parti d’un élément fondamental : le hashtag. Plusieurs campagnes ont été lancées, comme #GOT140 ou encore #GOTDay qui concernait le 1er avril 2012, HBO ayant auto-proclamé cette journée le «Game of Thrones Day». Ainsi, les fans et followers étaient invités à utiliser le hashtag dans leurs discussions, regarder le marathon de la 1ère saison diffusé à l’occasion ou encore se rendre sur HBO Connect pour des tchats avec les acteurs et la production. L’objectif était d’ici de célébrer le retour de la série en alimentant le maximum de canaux possibles.

Le hashtag est utilisé par le compte Twitter constamment. À chaque initiative son hashtag : #GoTExhibition, #GoTMusic,GoTFanArtChallenge ou #GoT331 pour le retour de la série le 31 mars prochain. Il y a une dizaine de jours, le hashtag #OnlyinWesteros a été lancé pour inciter les followers à s’exprimer sur ce qui n’arriverait que dans le royaume de Westeros. À la clé, des posters de la saison 3 à gagner mais aussi des retweets. Véritable monnaie d’échange dans cette économie du don, le retweet et plus généralement la mention sur les réseaux sociaux est une des principales récompenses faite aux fans. Sur Twitter, la proportion de retweet est de près de 50%. Ce sont souvent des tweets de fans mentionnant @GameofThrones, avec des photos ou créations en rapport avec la série. Interagissant avec les utilisateurs mais aussi les acteurs de la série (Kristian Nairn, Hodor, fait partie des plus mentionnés).

HBO a aussi pris contact avec quelques célébrités sur Twitter afin de leur envoyer de mystérieuses boîtes en bois contenant les 2 premières saisons en Blu-ray/DVD (avec leur nom). Ainsi, Jon Favreau ou encore Eli Roth ont reçu ce cadeau personnalisé à leur nom. C’est l’occasion pour HBO de retweeter ces acteurs faisant l’éloge de la série, une stratégie marketing classique portée ici dans la sphère Twitter.

Tumblr : user-generated content

Depuis près d’un an, HBO tient un Tumblr avec les meilleures créations proposées par les fans. Régulièrement, des concours sont organisés afin de faire gagner des goodies tels que des posters, figurines ou encore coffrets blu-ray. Ces créations sont, pour certaines, postées sur les pages Facebook et Twitter de la chaîne, afin de leur donner une audience supplémentaire. La série doit beaucoup à cet engagement créatif, les médias sociaux ont grandement participé au développement du user-generated content et beaucoup de séries ont aussi choisi de prendre en considération ces créations dans leur stratégie de présence. Breaking Bad utilise aussi Tumblr pour agréger tous ces contenus. La différence ici est qu’HBO entretient cette activité en organisant des concours.

Social TV : le second-screen comme moteur d’engagement

Game of Thrones a réuni 3 à 4 millions de téléspectateurs chaque semaine lors de sa seconde saison l’année dernière. HBO a su capitaliser sur cet engouement en appliquant des stratégies efficaces sur les seconds écrans (smartphone, tablette).

Tout d’abord avec Miso, une application mobile dédiée à la télévision. Grâce à sa plateforme SideShow, il est possible de créer du contenu lié à l’épisode en cours, en étant synchronisé sur le direct. Ces contenus peuvent être une simple citation ou une image, ils se greffent à une conversation plus globale dans laquelle il est possible de participer à tout moment, à la manière d’un live-tweet. La différence est qu’ici, HBO sélectionne les meilleurs contenus et récompense les utilisateurs en leur offrant des goodies et des mentions sur les pages Facebook et Twitter de la série. Conscient de la communauté importante autour de Game of Thrones, la chaîne a même fait appel aux sites de fans Westeros.org et Winteriscoming.com pour créer les premiers contenus, afin de susciter l’engagement sur l’application. Cette démarche pro-active fait partie de l’effort de HBO pour soigner sa base de fans actuelle, mais aussi en attirer de nouveaux, comme l’explique Sabrina Caluori (VP Social Media) dans cette interview chez Lostremote.

GetGlue est une autre plateforme utilisée pour la série. C’est une application mobile permettant de faire des check-ins, à la manière de Foursquare, devant des émissions télévisées et des films. La plateforme dispose d’une surcouche de gamification avec des récompenses pour les utilisateurs les plus actifs : badges et promotions pour des DVD/Blu-Ray. Grâce à un partenariat avec HBO, des badges exclusifs ont été offerts ainsi que des offres spéciales pour leurs produits. Aux Etats-Unis, GetGlue est très utilisé, tellement qu’à la diffusion du premier épisode de la saison 2, les quelques 50 000 checks-ins ont fait crasher ses serveurs.

Dernier maillon de la chaîne, la plateforme HBO Connect. Celle-ci agrège toutes les discussions sur Twitter à propos de ses séries afin de créer un véritable espace d’échange. Pour Game of Thrones, le but est de réunir les fans autour de différents hashtags, avant qu’ils ne les choisissent eux-même. Cela a pour objectif de mieux mesurer l’engagement sur Twitter, mais aussi de pouvoir lancer des campagnes basées sur les tweets. Ainsi, juste avant la diffusion de la saison 2, le hashtag #GOT140 incitait les fans à décrire Game of Thrones en seulement 140 caractères, les meilleurs tweets étant ensuite diffusés dans une promotion pour la saison 2 sur HBO ainsi que dans une vidéo YouTube.


HBO utilise donc à la fois ses propres plateformes et des services extérieurs afin d’agréger un maximum de discussions. De là, elle peut mesurer l’engouement et développer des stratégies tirant parti de cet engagement.

Campagne de la saison 3 : faire naître l’attente sur le web

La campagne de communication autour de la troisième saison s’est progressivement mise en place l’année dernière avec les annonces de nouveaux personnages ainsi que des making-of de tournage. Mais c’est depuis quelques semaines que les choses se sont accélérées avec plusieurs initiatives s’inscrivant dans une campagne transmédia. L’engouement grandissant avec les saisons, il n’est donc pas surprenant que la bande-annonce de cette troisième saison ait pulvérisé les records d’HBO sur les réseaux sociaux : 163 000 likes, 6500 commentaires, 96 000 partages, 4500 retweets et près de 20 millions de vues sur YouTube. Contenu le plus attendu en ce qui concerne une série, ce trailer reste un élément d’une stratégie plus globale. A noter que la série a maintenant son compte Instagram, à voir comment celui-ci sera utilisé lors de la diffusion de la saison 3.

L’ombre du dragon

Tout a commencé par le poster de la saison 3 présenté en exclusivité par Entertainement Weekly. Après avoir fait 6 fois le tour du web, cette ombre de dragon s’est retrouvée 3 jours après sur une double page du New York Times, dans une publicité déguisée composé de faux articles adaptant des éléments de la série à notre époque. Fastcompany a été le premier à en parler, leur photo ayant aussi été massivement partagée (BuzzFeed, Business Insider, Adweek).

Le lendemain même, cette ombre s’est retrouvé sur le bâtiment de HBO à Los Angeles, une photo partagée sur reddit  a elle aussi fait le tour du web et des réseaux sociaux. Cette ombre s’est retrouvée sur des panneaux publicitaires ainsi que des bus. Ces publicités, appartenant à l’univers du print, ont vite vécu une autre vie sur le web. HBO le sait bien : ce genre de campagne ne passe pas inaperçu. Pour preuve, la page Facebook de Game of Thrones n’a pas hésité à en faire une galerie photo.

Concours sur tumblr

Un concours a été lancé en janvier dernier sur le Tumblr de la série, invitant les fans à créer leur propre poster pour la saison 3 de Game of Thrones. Un excellent moyen d’encourager la créativité des utilisateurs avec, à la clé, de nombreux lots. Dans le cas présent, la série suit les nombreux livres et il existe un décalage entre les fans des livres, en avance sur l’histoire, et les autres qui suivent l’intrigue uniquement devant un écran.

HBO veut donc à tout prix éviter les révélations et a établi des règles qui consistent à ne pas dévoiler des éléments de l’intrigue de la saison 3 tout en interdisant d’inclure des personnages morts dans les saisons précédentes. L’objectif : pousser à la création de contenu en accord avec le contexte de diffusion.

Character posters

Début mars, la campagne pour la saison 3 bat son plein et HBO décide de dévoiler une série d’affiches. Celles-ci représentent chacun des personnages avec une double tonalité de couleur chaude et froide (pour rappel, la série de livres s’appelle « A Song of Ice and Fire », le premier tome étant « Game of Thrones »).

Il est intéressant de noter que ces affiches ont été postées sur Twitter quelques minutes après avoir été envoyées aux journalistes et blogueurs. Twitter a donc été privilégié comme vecteur de viralité, avant que ces affiches ne fassent l’objet d’une photo de couverture sur Facebook. Cela peut sembler anecdotique mais cela prouve une véritable réflexion sur l’utilisation des différents canaux.

Game of Thrones en chiffres

Cette stratégie se visualise notamment à travers les chiffres : audience, fans, followers, requêtes sur les moteurs de recherche ou encore conversations. Voici donc les chiffres et leurs évolutions depuis le début de la série :

Audience

Saison 1 : moyenne 2,5 millions (season finale : 3,2 millions)
Saison 2 : moyenne 3,8 millions (season finale : 4,2 millions)

Google Trends

Chiffre site HBO

15,70% du trafic référent moteur de recherche est dû à Game of Thrones selon les estimations d’Alexa.

Chiffres réseaux sociaux

Facebook :

  • 5 300 000 fans
  • 326 500 personnes en parlent
  • Post le plus populaire : Trailer saison 3 (163 000 likes, 96 000 partages, 6500 commentaires)

Twitter :

  • 589 556 followers
  • 10 148 tweets 
  • 43 490 following 
  • 589 556 followers
  • Tweet le plus populaire : Trailer saison 3 (4487 retweets)

 

Hashtags :

#GOT331 : 61 000 tweets
#GOT140 : 1413 tweets
#GOTDay : 9013 tweets

Tendances Twitter depuis janvier 2011 :

Tumblr :

799 posts depuis mars 2012

GetGlue :

  • 2 millions de check-ins 
  • 50 000 checks-ins GetGlue pour le direct du 1er épisode de la saison 2

Chiffres diffusion épisode 1 saison 2 : 58,845 commentaires sur les réseaux sociaux (cf. Bluefin Labs)

 

HBO a donc développé une stratégie d’engagement basée sur l’entretien et l’acquisition de nouveaux fans. Cela s’est progressivement intensifié pour, en 2013, faire converger tous les médias possibles afin de parler à la fois à la communauté des fans mais aussi aux nouveaux arrivants. Il y a fort à parier qu’HBO redoublera d’effort pour cette 3ème saison, les audiences progressant année après année. Les producteurs de la série continueront tant que George R. R. Martin publiera des livres, le 6ème et 7ème tome étant en cours d’écriture. Game of Thrones n’a donc pas fini de faire parler.

Commentaires

  1. Rhalph
    20 mars 2013 - 17h08

    On dit « numérique », pas « digital(e) ». Bordel.

  2. Aurélien
    21 mars 2013 - 21h59

    Très beau travail de recherche et d’analyse. Maintenant j’ai mal au crâne merci. Complet et édifiant, bravo !

  3. julien
    22 mars 2013 - 16h50

    Hooo, ça c’est du travail de passionné, vraiment fouillé dis donc, bravo! Les records de pîratage risquent encore d’être une fois battus pour cette série. En effet, cela fait près d’un an qu’on attend cette saison 3 et je crois bien que tout le monde va se jeter dessus…

6 commentaires supplémentaires

Laisser un commentaire

Il est possible d’utiliser ces balises HTML :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar