Le média des professionnels du digital
Le média des professionnels du digital

« Selon une étude américaine » : les pires études sur Facebook

Flavien Chantrel, le 29 janvier 2014

facebook studyOn vous avait présenté il y a quelques mois une sélection d’études en tous genres qui cherchaient à vous montrer qui vous étiez à travers ce que vous faisiez sur Facebook. Comme les études et analyses les plus farfelues n’ont jamais été aussi populaires, on en trouve pour dire tout et son contraire (il y a même un Tumblr pour ça). La preuve que le contenu change dans son ensemble, et pas seulement avec des modèles à la Buzzfeed. S’il est possible de sortir une enquête se résumant en une phrase facile à tweeter, autant ne pas se priver et éviter de se pencher sur des questions trop importantes ou longues à traiter. Ces « études à la con » (n’ayons pas peur des mots) sont absolument partout et connaissent un succès grandissant. Et comme les réseaux sociaux sont des cibles privilégiées, nous ne pouvions pas passer à côté du plaisir de vous proposer un deuxième best-of de celles qui concernent Facebook. Avant, dans les prochaines semaines, de vous dévoiler un prochain pot-pourri un peu plus général sur les réseaux sociaux !

1 – Les statuts Facebook pourraient avoir des vertus thérapeutiques

Des chercheurs de la Queensland University of Technology en Australie indiquent que poster des statuts mettant en avant des petites victoires du quotidien (comme avoir réussi à cuisiner un bon petit plat ou avoir couru 10 kilomètres) nous aideraient à avoir une meilleure confiance en nous et nous offrirait une meilleure image de nous-mêmes. Oui, bon… Pourquoi pas, mais à quel point ?

2 – Facebook perdrait 80% de ses utilisateurs d’ici 2017

C’est l’enquête qui a le plus fait parler ces derniers jours. Et pour cause, le titre est suffisamment racoleur pour qu’on n’aille pas spécialement voir ce qui se cache derrière tout en étant convaincu que c’est vrai, après tout, c’est cool de détester Facebook. Le problème, c’est que les deux chercheurs de Princeton qui sont arrivés à cette conclusion s’occupent d’habitude de mécanique et que leur raisonnement est totalement biaisé puisqu’il oublie une partie des données. Dommage, Facebook s’est même amusé à retourner l’étude contre eux en expliquant que Princeton allait bientôt disparaître. Bien vu.

3 – Facebook augmenterait les troubles de l’alimentation chez les jeunes filles

Le sujet est un peu plus grave ici. Facebook affecterait la vision qu’on les adolescentes de leur propre corps, selon des chercheurs de l’Université de Washington D.C. Plus elles passeraient de temps à y regarder les photos, et plus elles se trouveraient grosses. En creusant un peu, on voit tout de même que le titre est volontairement alarmiste, l’étude n’ayant été conduite que sur 103 jeunes filles et le lien de cause à effet n’étant pas établi. Une chose est sûre, Facebook joue un rôle de miroir auquel il faut faire attention.

4 – Il faut 70 messages Facebook pour tomber amoureux

Selon une étude menée par PIXmania.com, pour tomber amoureux, il faudrait en moyenne 224 tweets, 163 textos, 70 messages Facebook, 37 emails ou 30 coups de téléphone. Voilà voilà.

5 – Plus vous utilisez Facebook, moins vous êtes heureux

La University of Michigan le déclare, les périodes où vous utilisez plus Facebook que d’habitude résultent sur des moments où vous êtes moins heureux. Dur dans ces conditions d’envoyer les 70 messages nécessaires pour tomber amoureux… L’étude a été menée sur 82 jeunes adultes sur la base de textos leur demandant comment ils se sentaient et combien de temps ils avaient utilisé Facebook, on va dire que la portée scientifique de la chose est limitée, mais la conclusions souhaitée a été obtenue.

6 – Les Selfies peuvent affecter vos relations aux autres

En plus de faire mal aux yeux, les selfies (ces photos où l’on prend soi-même son portrait) pourraient aussi mettre en péril les couples et les amitiés, selon une étude menée par des chercheurs anglais de la University of Edinburgh, de la University of Birmingham et de la University West of England. Ils parlent de perte d’intimité et d’un regard négatif des autres. Cela parait assez logique, au final !

7 – Plus de photos de couple signifierait un plus grand bonheur

Au contraire du selfie, les photos de couple seraient un signe de bonheur. C’est en tout cas ce que dit cette étude de l’UCSF. La même chose s’applique pour ceux qui parlent tout le temps de leur couple. Ils ont par contre oublié de dire à quel point c’était pénible pour les gens qui voyaient ces messages, célibataires ou pas…

Crédit photo : Happy man with laptop as a roof over his head par Shutterstock
Recevez nos meilleurs articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *