Le média des professionnels du digital
Le média des professionnels du digital

Étude : l’usage des réseaux sociaux par les journalistes, en France et dans le monde

Thomas Coëffé, le 22 novembre 2016

Cision publie les résultats détaillés de son étude sur l’usage des réseaux sociaux par les journalistes. Les pratiques des professionnels des médias ont été analysés dans 7 pays dont la France. Des bouleversements du métier aux habitudes des journalistes, on constate des similitudes et un certain nombre de différences d’un pays à l’autre.

L’utilisation massive des réseaux sociaux

Quel que soit le pays, l’usage des réseaux sociaux dans le cadre du travail est massif. 91% des journalistes français utilisent les réseaux sociaux, contre 94% à 96% de leurs confrères. La fréquence d’accès est également plus faible en France que dans les autres pays analysés, alors que les pays nordiques sont les plus addicts.

frequence-reseaux-sociaux-journalistes

Cision remarque que cette utilisation, légèrement plus faible, des réseaux sociaux par les journalistes français, n’est pas due à un manque de compétences. À ce sujet, les pays nordiques décrochent, les Français sont dans la moyenne et ceux domiciliés aux USA, au Canada et au Royaume-Uni sont les mieux formés.

competences-social-media-journalistes

Les pratiques des journalistes sur les réseaux sociaux

Les journalistes soulignent 3 avantages des réseaux sociaux : l’engagement de l’audience, la promotion du contenu et la veille. Les journalistes semblent tous d’accord sur ce point, sauf en Suède ou l’engagement des lecteurs n’est visiblement pas une priorité. Ce schéma résume leurs pratiques sur les réseaux sociaux.

pratiques-medias-reseaux-sociaux

On remarque quelques différences d’un pays à l’autre. Les journalistes de Suède et de Finlande sont relativement peu nombreux à poster du contenu original, relayer des posts existants ou répondre aux commentaires sur les réseaux sociaux. Les journalistes français sont dans la moyenne pour la plupart des usages, mais mobilisent moins de plateformes que leurs confrères (seuls 41% utilisent au moins 3 plateformes Social Media pour source et publier, alors que 68% des journalistes américains utilisent au moins trois réseaux sociaux pour promouvoir leur contenu).

L’impact des réseaux sociaux sur le métier de journaliste

54% des journalistes français « ne pourraient plus se passer des réseaux sociaux pour exercer leur métier » et 65% d’entre eux considèrent que les réseaux sociaux ont changé leur métier. Mais l’impact n’est pas forcément positif : 89% d’entre eux considèrent que les réseaux sociaux encouragent les journalistes à se concentrer sur la rapidité au détriment de l’analyse.

impact-social-media-journalisme

Les journalistes français sont particulièrement critiques quant à l’influence des réseaux sociaux sur les transformations de leur métier. Seuls 31% estiment qu’ils ont eu un impact positif sur le journalisme ; 62% pensent qu’ils dégradent les valeurs traditionnelles du journalisme. Si l’impact des réseaux sociaux n’est plus à démontré, ils n’ont pas totalement bouleversé les relations entre les journalistes et les RP. Ils communiquent encore beaucoup par email ou par téléphone, voire par courrier. Leur importance a néanmoins diminué pour 37% des journalistes français, qui considèrent que leur dépendance aux attachés de presse est moindre grâce aux réseaux sociaux.

Recevez nos meilleurs articles
Commentaires
  1. mingozzi dit :

    Les faits sont les faits. Les journalistes sont sensés les relater. Les reseaux sociaux s’en chargent, et vite. Quant à l »analyse », cela reste subjectif. Et d’autant plus si l’info est « retenue », « déformée » ou « omise ». Si cette profession continue a être exercée comme aujourd’hui, elle devrait être vouée à disparaître.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *