Les 4 postures-types des entreprises face à la digitalisation

Les technologies bouleversent le monde de l’entreprise, le travail des salariés, les méthodes de management et d’organisation. Face à ces mutations toutes les entreprises n’ont pas le même niveau de maturité. Elles n’ont pas non plus les mêmes réactions : certaines résistent aux évolutions quand d’autres préfèrent les intégrer rapidement pour ne pas se laisser distancer par l’économie numérique.

Etes-vous plutôt engagé, résistant, réservé ou paradoxal ?

Selon l’observatoire des RH et de la e-transformation il existe 4 postures-types des entreprises face à la digitalisation : paradoxale, engagée, résistante ou réservée. Cette typologie, définie par Arctus, une société de conseil spécialisée dans l’accompagnement de la transformation des organisations par le numérique, permet de mieux comprendre comment les entreprises se positionnent face aux bouleversements technologiques. Cette grille de lecture, utilisée lors des précédentes études de l’observatoire, est aussi intéressante pour mesurer les changements dans l‘adoption des technologies par les professionnels.

Postures-digitalisation

 1. La posture réservée : la sécurité avant tout

55% des entreprises sont réservées face à la digitalisation. Elles ont tendance à temporiser devant le changement, sans toutefois le rejeter en bloc. Cette posture « sécuritaire » se retrouve plus souvent chez les entreprises de taille conséquente (entre 500 et 1000 salariés). La préoccupation prioritaire c’est d’observer les changements avant de les intégrer et de basculer dans la catégorie des entreprises engagées. «On sent une population encore assez éloignée des outils numériques et des usages qu’ils portent. Sans doute très mobilisée avant tout par la gestion du quotidien» explique l’étude d’Arctus.

 2. La posture engagée : innovation à tous les étages

31% des entreprises peuvent être classées dans la catégorie des organisations engagées. Elles sont plutôt dans une posture innovante, sur un mode collaboratif. On les trouve surtout dans le secteur des services. Ouvertes à la transformation digitale, elles adoptent un management plutôt participatif avec la mise en place d’outils comme un réseau social d’entreprise ou la diffusion d’informations sur le bien-être au travail. Pour ces organisations pionnières, «le digital constitue une opportunité pour accompagner les réorganisations, la marque employeur, l’engagement des employés, les expertises métiers, la culture de l’innovation et l’efficacité opérationnelle».

3. La posture résistante : on freine des quatre pieds

10% des entreprises ont une attitude de résistance à la digitalisation. Elles pratiquent un management directif avec des DG et Comex peu ou pas ouverts à la transformation numérique. Elles mettent rarement en places des outils collaboratifs et considèrent que les technologies constituent un risque pour le management ou l’engagement des salariés. Cette posture frileuse conduit un nombre non négligeable d’entreprises à bloquer l’accès aux réseaux sociaux par exemple, en justifiant ce choix par des exigences de sécurité ou de productivité.

4. La posture paradoxale : la techno à consommer avec modération

3% des entreprises ont une attitude paradoxale vis-à-vis de la digitalisation. Elles ont intégré en partie le potentiel qu’apportent les technologies numériques et sont prêtes à les tester. Notamment des communautés de pratiques ou les boites à idées pour favoriser la culture de l’innovation. Mais en même temps, elles jugent que leur impact doit être limité ou que leur apport est faible sur la gestion des compétences et des talents. Cette vision paradoxale s’explique par «une lecture techno-centrée des apports liés au déploiement des outils digitaux» qui prend moins souvent en compte les considérations humaines dans ces évolutions.

Par rapport à 2013, Arctus note un léger recul des entreprises passives (les réservées et les résistantes) avec 65% des organisations qui sont dans cette posture en 2014, soit 4% de moins qu’en 2013. Les entreprises s’ouvrent donc progressivement aux changements induits par la digitalisation. Avec un potentiel d’évolution encore important : 55% des entreprises sont dans une posture attentiste (réservée), mais ne demandent qu’à être convaincues pour s’engager.

Commentaires

Laisser un commentaire

Il est possible d’utiliser ces balises HTML :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar