L’importance de l’identité numérique pour les jeunes diplômés

Notre débat du mois sur l’insertion professionnelle des jeunes diplômés touche à sa fin ! Aujourd’hui, nous accueillons Anthony Babkine, au sujet de l’importance de l’identité numérique.

Anthony_Babkine.pngSpécialiste en stratégie digitale et e-réputation, Anthony Babkine évolue en tant que chef de projet web et enseigne parallèlement dans à l’université. Anthony a co-écrit deux ouvrages «  Réussir l’organisation d’un événement » avec Adrien Rosier aux éditions Eyrolles et « Bien gérer sa réputation sur Internet. E-réputation personnelle : mode d’emploi » avec Mounira Hamdi et Nabila Moumen aux éditions Dunod. Il est actif sur des blogs qu’il a co-créé : www.ma-ereputation.com, www.evenementor.com. Retrouvez le sur Twitter et son blog.

Pourquoi, pour un jeune diplômé, est-ce important de s’assurer une bonne présence en ligne ?

La question de la présence numérique concerne une très grande partie de la population et particulièrement les jeunes professionnels et jeunes diplômés. Toute notre vie nous devons démontrer que nous sommes à la hauteur de nos actes, de nos actions et cela de manière encore plus importante au début de notre carrière. En ce sens, la présence numérique peut être un allié de taille ou à l’inverse nous desservir lorsque nous la délaissons.

Avant de préciser l’importance de la présence numérique, il me semble nécessaire de définir ce que ‘bonne présence en ligne’ signifie.

Si nous devions vulgariser cette notion de ‘bonne présence en ligne’, nous pourrions dire qu’elle correspond idéalement à l’image numérique que nous souhaitons renvoyer à l’individu qui nous Googlelise. Cette personne qui de manière spontanée et volontaire souhaite en savoir plus sur nous en tapant notre ‘prénom+nom’ sur les moteurs de recherche. A l’issue de cette recherche en ligne, quels éléments ont été consultés par le googlelisateur : notre Facebook ? notre LinkedIn ? notre Blog ? nos anciennes publications? Dès lors, quelle image de notre personne avons-nous renvoyé à ce Googlisateur de passage ?

Selon les personnes qui nous googleliseront, recruteurs, amis, collègues, clients, les opinions ne seront pas unanimes, mais globalement quelles sont les principales opinions qui émergent suite à ces visites en ligne ? Quelle impression avez-vous donné à votre interlocuteur ?

En somme, s’assurer d’une bonne présence en ligne, c’est s’assurer que l’image souhaitée soit aussi proche de l’image perçue. Cette réflexion assez globale sur l’image en ligne nous renvoie à la notion d’e-réputation qui se définit par la somme de la gestion de son image en ligne (personal branding) et de son identité numérique.

Mais pourquoi cela est-il devenu aussi important ?

A l’heure où plus de 60% des internautes français sont sur Facebook (source : Comscore), il est légitime de se demander ce que l’on peut trouver nous concernant sur la toile ou les traces laissées lors de navigations antérieures sur Internet.

Cette question de présence numérique est importante pour un jeune diplômé car la période de fin des études est souvent synonyme de recherche active d’emploi et/ou d’opportunités professionnelles. C’est aussi un moment important durant lequel nous nous attachons à développer notre réseau professionnel. Bénéficier d’une image numérique positive et proche de nos personnalité et image de marque réelles est alors un enjeu fondamental. En 2012, la présence numérique est encore un moyen de se démarquer parmi la masse de plus en plus colossale de jeunes diplômés sur un marché de l’emploi sensible aux crises économiques et financières. Les blogs, les réseaux sociaux spécialisés, les applications, les outils du web, peuvent être autant de moyens détonnant lors d’une recherche d’emploi.

Les fondamentaux de la gestion de notre présence en ligne ne demandent pas une très grande expertise, mais nécessitent d’investir un peu de temps et de prendre en main certains outils afin d’optimiser son référencement et sa visibilité.

La tendance à la ‘googlisation’ des personnes marque aussi cette importance : une grande partie des recherches sur Internet concernent des personnes en 2012 (entre 7 et 12% selon les sources). Quoi de pire que de renvoyer des traces mensongères, usurpées, dévalorisantes (commentaires avec des fautes d’orthographe, photo en présence de drogue/alcool) ou encore d’être confondu avec un homonyme? En effet, même si chacun est unique à sa manière, il est possible que nous ayons un homonyme auquel sont rattachés des résultats de recherche peu reluisants et qui pourraient être mal interprétés par un recruteur potentiel. Ainsi, il en va de notre bon sens numérique de prendre en main notre présence digitale pour nous distinguer de ce dernier. Cette distinction peut notamment s’opérer via différentes actions : acheter son nom de domaine, ajouter sur ses CV, blog, carte de visite en ligne et réseaux sociaux professionnels des photos de vous afin de marquer une frontière précise entre vos homonymes et vous-même.

identites.PNG

L’identité numérique s’adresse-t’elle à tous les jeunes diplômés ?

On constate que les étudiants issus de formations Bac+4/ Bac+5 spécialisées dans le marketing, la communication, les nouvelles technos et le graphisme sont beaucoup plus sensibles à l’importance de la gestion de leur présence numérique. Cela s’explique sans doute par les actions de sensibilisation menées par leurs équipes pédagogiques, mais aussi par la forte représentation des professionnels issus de ces filières sur les différents réseaux et médias sociaux. Une vision parfois quelque peu élitiste des réseaux sociaux, dont les bienfaits ne seraient, pour le moment, démontrés et réservés qu’à une petite partie des jeunes diplômés.

Je suis personnellement contre l’idée qui consiste à dire que les opportunités sur les réseaux sociaux ne s’offrent qu’à un type de profession ou de formation. La plateforme Pinterest (plateforme sociale spécialisée dans le partage d’images et de vidéos) nous prouve encore un peu plus le contraire. A quand un apprenti pâtissier, chocolatier, ébéniste sur ce réseau ?

Il est important de prendre conscience dès aujourd’hui qu’avec la démocratisation des usages numériques, nul ne pourra ignorer son identité numérique : aussi bien les adolescents et jeunes diplômés que les professionnels et personnes âgées… C’est un fait, l’identité numérique devient de plus en plus le prolongement de son identité réelle, à nous de savoir gérer le lien entre les deux.

Les campagnes de communication récentes de la C.N.I.L ou encore de l’assureur Axa, n’aident pas à appréhender l’importance de l’identité numérique sous un angle positif. En effet, l’accent est plus souvent mis sur les dangers et risques du web plutôt que sur les opportunités que représente Internet.

Lorsqu’on est jeune diplômé, on a très peu d’expérience professionnelle, hormis les différents stages que l’on a pu effectuer durant ses études. Dès lors, que mettre en avant en ligne ?

Lorsque j’interviens auprès d’étudiants de première année de DUT, je les entends souvent me dire qu’ils manquent d’expériences professionnelles et qu’ils ne peuvent donc pas être positivement visibles sur Internet.

Les étudiants doivent être réalistes et savoir que ce qui fait la différence c’est surtout la capacité de chacun à montrer qu’il est actif dans les domaines qui le passionnent, qu’il sait mener des projets en parallèle de ses études et qu’il apprécie les mener à bien, qu’ils soient de nature associative, sportive ou professionnelle. En somme, savoir valoriser ses activités extrascolaires, son goût prononcé pour une passion ou un sport, ses premiers jobs étudiants, son investissement sur des projets associatifs sont de véritables forces que beaucoup d’étudiants ignorent.

C’est d’autant plus regrettable pour les étudiants qui l’ignorent que les responsables RH ont conscience que les réalisations associatives nous permettent de

  • développer notre intérêt ou notre curiosité pour une activité donnée
  • apprendre à évoluer et entreprendre en équipe
  • faire des rencontres qui nous permettent de grandir, de se découvrir
  • attester d’une certaine maturité et de ne pas arriver totalement inexpérimenté dans sa future entreprise.

Ainsi, il est important de savoir valoriser ces fameuses passions et activités, aussi bien sur son CV numérique que papier (vous savez, la petite case  » activités extra-professionnelles  » en bas du CV que les étudiants et jeunes diplômés ont tendance à négliger).

A titre d’exemple, un passionné de photographie pourrait très bien créer une carte de visite en ligne (voir ci-dessous) avec une de ces photographie en fond et y lier une galerie Flickr et Pinterest afin d’y intégrer ses différents shootings photo. Il pourrait également tenir un Tumblr pour partager sa passion, ses exécutions avec le plus grand nombre en le liant de près avec un compte Twitter où il pourrait partager régulièrement ses meilleurs clichés. En somme, l’idée est relativement simple : sur Internet c’est l’occasion d’être vu, entendu ou lu, alors que le CV traditionnel dit  » 1.0  » est non conversationnel, statique et passif.

Il est donc important dans un premier temps de se poser les bonnes questions :

  • Quels sont les projets extra-scolaires/extraprofessionnels que je souhaite montrer ?
  • Quelles sont les réalisations personnelles que je peux mettre en avant ?
  • Ces éléments ont-ils leur place en ligne ?
  • Le fait qu’ils soient visibles auprès de professionnels du recrutement peut-il m’avantager ?
  • Quels outils sont les plus pertinents pour la valorisation de mon parcours ?
  • Quels outils peuvent-ils utiliser pour se construire une bonne présence en ligne ?

Pour ne citer que les grands classiques, voici une liste des outils fondamentaux à utiliser pour les jeunes diplômés :

– Les réseaux sociaux professionnels LinkedIn et Viadeo
On distingue souvent les deux pour leur envergure, ergonomie et origine différentes, mais on y retrouve parfois des contacts sur l’un et non sur l’autre. Pour ma part, j’invite fortement à être présent sur les deux.

– Le réseau social Twitter
Il permet, entre autres, de suivre l’actualité sur les entreprises qu’on convoite d’intégrer, les professionnels qu’on connait ou qu’on souhaiterait connaitre, les leaders d’opinion qu’on apprécie. L’intérêt est également d’être suivi en retour en publiant des actualités liées à nos domaines de prédilection.

– Les réseaux sociaux étudiants : Yupeek et Wizbii

– Le CV en ligne : DoYouBuzz

– Les plateformes de blogging : WordPress, Blogspot ou Tumblr

– Les cartes de visite en ligne, afin de réunir toutes ces présences numériques en un seul lieu: Aliaz, Tiki’mee, Flavor’me, About-Me

– Les outils de veille : Google Alerts, Alerti, Pickanews

– Les outils pour partager ses réalisations : Slideshare pour partager ses présentations (mémoire, dossier…)

– La plateforme pour partager ses images et vidéos : Pinterest

– La plateforme pour partager ses lectures, ses articles sur un sujet précis : Scoop.it

Quels conseils as-tu à donner aux jeunes diplômés ?

Foncez ! Le web fourmille de gens ouverts et intéressants, mais aussi d’opportunités grandissantes pour les jeunes diplômés. Tous les sondages récents le montrent, les entreprises vont multiplier leurs actions de recrutement sur les médias sociaux pour recruter leurs talents et dénicher des profils ciblés. La génération Y est considérée comme habile avec les nouvelles technologies et plus généralement le Web. Pour la génération X, la maîtrise du digital est considérée comme acquise, voire en caricaturant, innée chez la génération Y. Les jeunes professionnels doivent donc se servir du web pour valoriser le plus adroitement possible l’ensemble de leurs réalisations ou, à minima, être présents sur un ou deux réseaux sociaux professionnels mis à jour régulièrement.

L’encouragement des proches, de l’école, des amis sont de bons points, mais ils ne permettent pas toujours de trouver un emploi. Ainsi les réseaux sociaux peuvent devenir sur le moyen /long terme des leviers intéressants.

Toutefois attention, comme dans la vie réelle, il n’y a pas de formule magique sur le web, les résultats viennent sur la durée. En somme, la logique est de relayer sur ses plateformes sociales toutes actions intéressantes, valorisantes aux yeux des professionnels de votre secteur et des recruteurs potentiels. Un judicieux mélange de 50% de savoir-faire et de 50% de faire-savoir.

Enfin, je conclurais sur les dérives à éviter car le Web créé cette formidable opportunité de communiquer en toute liberté sur ses réalisations et réussites mais attention toutefois aux comportements mégalomanes et au manque d’humilité. Ces comportements peuvent s’avérer très rapidement contre-productifs et, quoiqu’on en pense, très rapidement percés à jour.

Les maîtres mots pour une bonne présence en ligne restent donc : bonne volonté, pro-activité, patience, écoute, modestie et naturel. Depuis l’émergence des réseaux sociaux et l’ascension du web participatif, ces bons principes s’appliquent aussi bien à la gestion de son image réelle que virtuelle. Se glorifier en tant que jeune diplômé, c’est prendre le risque de s’exposer de manière inconsidérée et créer l’effet inverse de celui initialement souhaité. Il ne faut pas perdre de vue que toutes les actions menées sur le web laissent des traces et que c’est à l’internaute d’en prendre conscience pour s’investir quotidiennement sur le Web avec discernement et lucidité.

OFFRES D'EMPLOI WEB

Chef de Projet Monétisation H/F

Cdiscount, qui sommes-nous ? Pionnier du e-commerce en France, nous n'avons eu de cesse d'évoluer pour nous adapter et anticiper les besoins et aspirations des consommateurs. En nous engageant à démocratiser ...

Concepteur Développeur C# Dot Net H/F

APSIDE, 1ère ESN indépendante de France (+2000 salariés sur + 20 agences en France et à l'international) développe son activité en 1998 sur Rennes, qui regroupe aujourd'hui près de 100 ...

Chargé de Communication H/F

Promoteur Immobilier National recrute en CDI un Chargé de Communication H/F.Au sein d'une équipe de 5 personnes et sous la responsabilité directe de la responsable marketing et communication, vous serez ...

Commentaires

  1. […] Source : blogdumodérateur.com […]

  2. bruno
    28 mai 2012 - 0h22

    Article génial !

    Je suis étudiant, et j’utilise de plus en plus les réseaux sociaux, et de plus en plus, je me dis que c’est important d’avoir une bonne image sur ceux-ci, sur le web en général ! Cet article est de bon conseil, et me conforte dans mon sentiment.

    Merci !

  3. Anthony Babkine
    5 juin 2012 - 19h21

    Bonjour Bruno,

    Merci de votre commentaire et je suis très heureux que ce petit article vienne vous rassurer dans votre démarche sur le Web.

    Bonne continuation,
    Anthony Babkine

  4. eRéputation VS premier emploi (round 1) | Arnaud M.
    20 juin 2012 - 9h11

    […] Source : blogdumodérateur.com […]

Laisser un commentaire

Il est possible d’utiliser ces balises HTML :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar