Les contre-vérités d’Envoyé Spécial sur le métier de community manager

Hier soir, Envoyé Spécial, l’émission de France 2, diffusait un sujet sur le métier de community manager (le replay est sur ce lien) et l’e-réputation des marques. On avait la chance de pouvoir écouter plusieurs intervenants de qualité, dont Sebastien Defrance et Stéphanie Laporte, dont la connaissance du métier, n’est plus à démontrer. Mais la magie du montage, les généralisations, les assertions sans aucun fondement et certains exemples douteux ont fait réagir les CM et professionnels du web. Le reportage diffusait en effet plusieurs contre vérités, que nous souhaitions corriger :

Un CM gagne 2 500 € net par mois

C’est le point qui a fait le plus tiquer : un CM gagnerait un salaire confortable de 2 500 euros net mensuel. C’est faux. Dans notre dernière étude sur le métier de CM (623 répondants), le salaire médian est de 26 250€ brut, soit près de 1 700 euros mensuel net. Les disparités Paris / Province et le niveau d’expérience ont évidemment un impact sur cette rémunération.

Un CM n’a pas besoin de faire d’études

Le reportage jouant bien à fond la carte du cliché présente le CM comme un geek qui a juste besoin d’un smartphone et d’aimer se faire insulter par les clients. Dans les faits, la plupart ont un BAC+5 ou un BAC+3. 57% ont un Bac+5 et 84% ont au moins un Bac+3. Seul 1% des CM n’ont pas de diplômes…

Le CM ne quitte jamais Internet. JAMAIS (sinon il meurt)

Continuons dans le cliché avec l’idée que le CM ne déconnecte jamais. C’est bien connu, les contrats de travail c’est pour les autres, un CM c’est comme un esclave ça bosse tout le temps. S’il faiblit, il suffit de lui offrir un Redbull. Dans les faits, la plupart des CM ne font pas du service client toute la soirée pour le plaisir quand ils rentrent chez eux… Surprise, ils arrivent même à déconnecter du travail 1 journée par semaine.

Les CM travaillent depuis l’Île Maurice

L’exemple d’Allo Resto est un exemple tout à fait marginal. Dans les faits, le CM travaille en France, depuis le bureau (ou en télétravail) ou en freelance (plusieurs offres d’emploi de community manager en CDI sont à pourvoir ici). Mais il est très peu courant de voir des postes de CM externalisés dans des pays où le coût du travail est plus faible. On peut d’ailleurs se demander si on parle vraiment du métier de CM ou plutôt de conseiller client en ligne… Ce qui n’est absolument pas la même chose.

Les grands méchants bad buzz

Selon le reportage « Le bad buzz arrive sans prévenir, c’est un virus capable d’anéantir les géants » (LOL). On ajoute une musique angoissante, et on sent presque la peur et l’angoisse nous tirailler. Dans les faits, ces « bad buzz » n’ont pas d’impacts si négatifs que cela sur les marques. Ils n’en n’ont même généralement aucun. On vous invite à lire les explications de Nicolas Vanderbiest sur le sujet, et sa mise en perspective sur ce qu’est vraiment un bad buzz. Cela dit quand le mot « bad buzz » est lâché dès la 2ème minute du reportage, on sait que la suite va être pénible…

Ah l’infuence…

On a aussi bien ri sur le traitement fait de l’influence et sur ce qu’on a vu sur le sujet. Des comptes avec 200 followers feraient donc trembler les marques ? Sérieusement… L’exemple donné par ce fort sympathique @jesuisclient est quand même tout à fait anecdotique (et relève dans ce cas quasiment de la psychiatrie…).

Un tissu d’imprécisions et des réactions

La vue du reportage nous rappelle que lorsqu’on connaît un sujet, et que celui-ci est vulgarisé par des journalistes, le résultat est évidemment décevant. Le reportage ne reflète absolument pas la réalité du métier de CM. Tout juste présente-t-il de la relation client 2.0, ce qui est une partie des missions du CM, mais absolument pas représentatif de l’ensemble du métier. On vous épargnera le « Top 10 des meilleures réactions » pour alourdir le cliché, mais certains tweets étaient néanmoins très révélateurs de la piètre qualité de ce qu’on a pu regarder hier soir. Si vous voulez en savoir un peu plus sur ce qu’est le métier de CM, son salaire, son quotidien, ses missions ou ses employeurs, on vous invite à relire notre étude sur le sujet. Elle ne prétend pas être « la » vérité sur le métier mais elle compile les informations données par plus de 600 d’entre eux.

Pour aller plus loin : Comment les community managers perçoivent leur quotidien et imaginent leur avenir ?

Commentaires

  1. Swijah
    4 mars 2016 - 12h07

    Me destinant à devenir Community Manager, j’envisageait ce reportage comme une opportunité de mieux expliquer les tenants et aboutissant du métier à mon entourage ainsi qu’à ma conseillère Pôle Emploi (pour appuyer ma demande de financement de formation).

    Or, dès les premières minutes dudit « reportage » la réalité m’a rapidement ramené sur terre. Un peu comme un petite voix dans ma tête qui me disait d’une voix amusée : « C’est Envoyé Spécial, tu t’attendais à quoi ? »

    C’est pourquoi je tiens à vous remercier de cet article clair et complet, comme à votre habitude, qui, lui, me permettra de contrer l’intox de France 2.

    Merci.

  2. nicolas
    4 mars 2016 - 12h31

    Bonjour, Belle mise à jour du reportage car je veux bien prendre les 2500 euros nets, oublié mes études, n’avoir aucune stratégie média, m’occuper que de la partie émerger de l’iceberg et puis au final ne servir à rien.
    Avis aux recruteurs du rien, je suis votre homme
    Maintenant, il est de notoriété public que de nombreux reportages (hors expertise) survoles les sujets et ne sont qu’une image d’une réalité et non LA réalité.

  3. chabro
    4 mars 2016 - 14h02

    Je déteste cette émission. soit disant de l’investigation… C’est de la désinformation pure et dur ! Là, parce que le sujet nous concerne, qu’on le connaît on se rend compte de toutes les absurdités qu’ils racontent. C’est le même délire à chaque fois pour chaque reportage.

  4. Joe
    4 mars 2016 - 14h44

    Comme tu dis, on sort toujours déçu d’un reportage sur un sujet que l’on connait bien car il ne met pas forcément en avant les informations qui nous semblent essentielles ! Personnellement, j’aurais aimé qu’on insiste plus sur les compétences nécessaires pour être un bon CM. Tous ceux qui sont dans le métier savent bien que ça ne se résume pas à connaitre les réseaux sociaux. Et pour avoir fait travailler plusieurs personnes en CM, je sais ô combien il n’est pas simple de trouver un bon CM. Après avoir vu le reportage, j’espère surtout ne pas trouver un client comme @jesuisclient ! -Tweet: il y a de la poussière sur vos meubles. Ce mec est fou ! J’espère que ça lui a fait du bien d’avoir l’occasion de s’exprimer publiquement sur sa pathologie.

  5. laurent dupin
    4 mars 2016 - 15h40

    Très bien reparcouru et résumé en effet, dans la trame. On ne peut s’empêcher de penser, en relisant tout cela, qu’une bonne enquête de terrain préliminaire de la part des deux journalistes, aurait sans doute permis de révéler ces points avant de tourner… et donc d’éviter le raccourci continu. Ou bien alors, ils étaient dès le départ dans la cécité et la méconnaissance crasse ?

    Pour ma part, je me suis attaché sur mon blog à remettre en perspective cette « dérive », au sein d’un certain « contexte » et d’un historique déjà observé par ailleurs vis à vis de la fonction de CM dans les médias et en entreprises… https://laurentdupin.wordpress.com/2016/03/04/cm-objet-non-identifie-des-medias-reportage-envoye-special/

  6. Swann Le Moigne
    5 mars 2016 - 7h23

    Merci pour cet article qui résume également mon ressenti.
    Une partie du CM consiste aussi à élaborer des stratégies pointues afin de répondre aux attentes des internautes. Une expertise marché est nécessaire. Le reportage met trop l’accent sur la seule gestion des réseaux sociaux.

  7. Isabelle Bouttier
    5 mars 2016 - 15h32

    Le problème de ce type d’émission télé, c’est qu’elle s’adresse au grand public. Les raccourcis narratifs sont donc de mise ! Seuls les professionnels du secteur sont à même de relever les incohérences que vous relevez, à juste titre.

    Et je crains même, que les « amendements » que vous apportez n’intéressent que peu ce grand public ! Une des preuves étant que les commentaires déposés à la suite de cet article sont rédigés par des professionnels du secteur… L’audience de votre propos est donc professionnelle (sans grande surprise, évidemment).

    Il reste à espérer que le référencement naturel du Blog Du Modérateur amène cet article dans le débat (grand) public en apparaissant sur des mots clés porteurs et idéalement, liés à l’émission télé concernée. Dans le cas contraire, il ne s’agira que d’un débat de plus entre experts, loin de la « vraie » vie !

  8. Patrick
    28 mars 2016 - 14h01

    Ce qui m’a le plus inquiété dans tout ça ? Le consensus absolu autour du fait que 2500€ mensuels soient un « salaire confortable ».

    Pas juste un bon salaire. Un salaire confortable. La notion du confort s’étiole. C’est un signal fort envoyé aux employeurs : voici la barre haute pour vos salariés.

    Et tout le monde argumente sur le fait qu’un CM gagné moins, en se justifiant de ne pas atteindre cet indécent « salaire confortable » ?

    Les entreprises et les médias peuvent être satisfaites. Elles ont défini la barre haute au delà de laquelle il est indécent de se plaindre. La barre à partir de laquelle on dépasse le confortable. La barre qui définit le début de la richesse ?

    .

Laisser un commentaire

Il est possible d’utiliser ces balises HTML :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar