Le média des professionnels du digital
Le média des professionnels du digital

La Commission Européenne publie un rapport sur l’état d’avancement numérique de la France

Thomas Coëffé, le 25 mai 2016

La Commission Européenne met régulièrement à jour l’indice DESI (Digital Economy and Society Index). Objectifs : observer la digitalisation des pays d’Europe, comparer facilement les avancées de chaque pays et mesurer l’usage du numérique par les citoyens. En février, nous avions décrypté le DESI 2016 de la France, qui mettait en exergue quelques faits singuliers. Nous apprenions notamment que la France est le pays qui utilise le moins les réseaux sociaux en Europe. Pour compléter le DESI, la Commission Européenne vient de publier un « Rapport sur l’état d’avancement de l’Europe numérique » (EDPR). Voici comment l’Europe perçoit la France du numérique.

edpr-desi-france-2016

La Commission Européenne rappelle que la France se classe à la 16e position parmi les 28 États membres : « la France appartient à la catégorie des pays accusant à retard » avec la Bulgarie, Chypre, la République tchèque, la Hongrie, la Pologne et la République slovaque. Cocorico. Dans le détail, voici les points forts et les points faibles de la France.

Connectivité

Nous sommes en dessous de la moyenne européenne – et nous ne sommes pas en rattrapage pour autant (la croissance est inférieure à la moyenne de l’UE, les écarts se creusent). Tout le monde a accès au haut débit fixe, mais la couverture fibre est encore trop faible (45% des ménages vs. 71% dans l’Union Européenne). Une faiblesse expliquée en partie par la taille conséquente du territoire national et la faible densité des zones rurales. En revanche, le haut débit mobile progresse : 73% de la population l’a adopté (+9 points par rapport à 2015).

Capital humain

Le capital humain fait partie des points forts de la France – mais nos progrès sont limités sur ce sujet. 81% de la population est internaute, 57% des Français possèdent des compétences de base dans le numérique. Le marché des professionnels du numérique est relativement tendu : 42% des entreprises ayant (tenté) de recruter des profils spécialisés IT/web ont rencontré des difficultés. « La France manque de professionnels TIC qualifiés […]. Elle est, de ce fait, l’un des pays qui devrait voir l’écart entre l’offre et la demande s’accroître jusqu’en 2020 » . Pourtant, la France est le 2e pays européen en termes de taux de diplômés STEM (23 pour 1000 sur les 20-29 ans). On peut donc se poser la question de l’adéquation entre les compétences acquises pendant les cursus post-bac et celles attendues par les entreprises.

À ce sujet, la Commission Européenne rappelle que la France fait des efforts – notamment via le « Plan numérique pour l’éducation » présenté le 7 mai 2015. Mais l’idéal serait de rassembler tous les acteurs du numérique (entreprises, éducation, emploi) pour résoudre l’équation des compétences numérique et réduire la tension sur ce marché.

Vous souhaitez recruter un(e) pro du digital, de la communication, du marketing ou du développement ? Vous devriez jeter un œil à emploi.blogdumoderateur.com 😉

Utilisation d’Internet

Nous sommes en deçà de la moyenne européenne, concernant l’utilisation d’Internet (et nous ne rattrapons pas notre retard). Notre classement est contrasté : en avance pour le paiement en ligne, mais bien loin de nos voisins européens pour l’usage des réseaux sociaux (la France est 28e sur 28) ou l’accès à la presse en ligne. Ainsi, seuls 50% des internautes ont lu des journaux ou des magazines en ligne durant ses 3 derniers mois. Nous sommes également en queue de peloton vis-à-vis de l’écoute de musique en streaming, de la vidéo en streaming et des jeux vidéo.

Intégration de la technologie numérique

On parle beaucoup de la transformation numérique des entreprises. On apprenait récemment que la plupart des salariés et des chefs d’entreprise considérait qu’il s’agissait simplement « d’un phénomène de mode » . Ce triste constat va de pair avec celui de la Commission Européenne : « l’intégration des technologies numériques par les entreprises est le domaine dans lequel les résultats de la France sont les moins bons » .

La Commission Européenne rappelle les initiatives de l’État et évoque le Tour de France digitale, qui devrait faire resurgir quelques propositions bienvenues pour les prochaines élections présidentielles.

Services publics en ligne

Terminons sur une bonne note : les services publics français ont bien pris le virage du numérique – bien qu’aujourd’hui, la progression soit plus lente que les autres pays. La Commission Européenne conseille simplement à la France d’adopter une approche « Numérique par défaut » pour consolider sa position.

Pour aller plus loin, vous pouvez accéder à l’EDPR de la France à cette adresse.

Recevez nos meilleurs articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *