Le média des professionnels du digital
Le média des professionnels du digital

Une opération de crowdfunding pour financer des projets solidaires

Flavien Chantrel, le 20 novembre 2013

Au menu du jour, nous vous proposons un focus sur une opération de crowdfunding qui a lieu actuellement, le défi solidaire de Babyloan. Conduite chaque année depuis deux ans, elle consiste à récolter des fonds pour financer un maximum de micro-entrepreneurs situés partout dans le monde, l’objectif étant d’arriver à 500. Ces derniers rembourseront ensuite les investisseurs avec l’argent gagné par leur projet. Une manière de donner un vrai coup de pouce à l’économie solidaire. Les projets sont nombreux et de tous types, de la cuisine de bons petits plats aux cosmétiques bio en passant par la fabrication de souvenirs jusqu’à un atelier de mécanique, pour citer quelques exemples. Choisissez votre continent ou le type de projet à soutenir et donnez ce que vous souhaitez ! L’opération se déroule de 15 au 25 novembre sur un site dédié. Pour en savoir plus, nous avons interrogé Arnaud Poissonnier, le Président-Fondateur de Babyloan, et Quentin Bévan, Responsable médias & communication du site, qui nous en disent plus.

Pouvez-vous commencer par vous présenter ?

Arnaud Poissonnier : Je suis un homme du nord de la France (né à Roubaix) où j’ai fait mes études de notaire et de gestion d’entreprise. Je suis arrivé à Paris en 1993 pour travailler pendant 12 ans dans des banques de gestion de fortune. C’est en 2006 que j’ai découvert le microcrédit grâce l’ ONG française ACTED, j’ai alors décidé de quitter la banque pour consacrer ma carrière à la MicroFinance. J’ai aussi à cette époque découvert le premier site de crowdfunding de microcrédit aux Etats-Unis, j’ai adoré et donc décidé de lancer un truc équivalant pour la France et l’Europe. On a ainsi lancé Babyloan en septembre 2008.

Quentin Bévan : J’ai une formation de communicant spécialisé dans les entreprises médiatiques. Après quelques piges comme journaliste économique puis des passages chez Cdiscount et au journal « Le Monde », j’ai rejoint l’équipe de Babyloan début 2013. Je suis en charge de notre communication à destination des médias, qui sont un relai essentiel pour faire découvrir ce nouveau mode de financement de l’économie qu’incarne le crowdfunding !

Vous travaillez pour le site de crowdfunding Babyloan, de quoi s’agit-il exactement ?

On parle beaucoup du crowdfunding, autrement appelé financement participatif en bon français. Babyloan est l’un des plus anciens sites de ce type en France, c’est donc une plateforme de financement participatif de microcrédit, c’est-à-dire un site qui permet aux internautes de parrainer des micro entrepreneurs en France et aux quatre coins du monde, en leur prêtant tout ou partie de la somme dont ils ont besoin pour lancer une petite activité commerciale (dans l’artisanat, l’agriculture ou les services.) Vous êtes ensuite remboursé sans versement d’intérêts, c’est le principe du prêt solidaire. En pratique nous sommes une start-up sociale (un social business) installée dans une jolie maison près de Paris, et qui compte 9 salariés en CDI !

Vous menez actuellement une opération pour le prêt solidaire. De quoi s’agit-il exactement ?

On cherche sans arrêt à diffuser le plus largement possible cette nouvelle forme de solidarité qu’est le prêt solidaire. Pour cela nous avons créé tout un tas de petites applications qui sont construites autour de défis de collecte qui se diffusent un peu partout, des défis entreprises, des défis étudiants etc… L’an passé nous avons également lancé un grand défi national : dix jours pour financer 500 micro-entrepreneurs, qui avait très bien fonctionné. Nous avons donc décidé de relancer cette opération. Elle se déroule donc en ce moment, du 15 au 25 novembre via un site créé spécialement pour l’événement : www.revolutionsolidaire.org. Ce défi est soutenu par une trentaine de partenaires et une campagne digitale assez originale qui capitalise sur le thème de la révolution (solidaire.)

Quels sont les objectifs pour cette édition ?

Mobiliser au maximum le grand public pour permette le financement de 500 micro-entrepreneurs dans nos 14 pays d’action (dont la France). Cela représente un soutien à plus de 2000 personnes en tenant compte des foyers bénéficiaires. Une occasion unique de soutenir un entrepreneur qui vous remboursera dans quelques mois, c’est la force de notre mécanique !

Quels sont les avantages pour les prêteurs ? Pour ceux qui bénéficient des fonds ?

Pour les prêteurs, nous proposons une nouvelle forme de solidarité qui rencontre un grand succès : aider en prêtant. C’est une nouvelle forme de solidarité loin des mécaniques habituelles de don : sur Babyloan je prête et je serai remboursé. L’intérêt réside surtout dans l’effet de levier que cela génère : avec la même somme d’argent je vais pouvoir aider une, deux, dix personnes sur la durée grâce aux remboursements successifs ! Pour le micro-entrepreneur et l’institution de microfinance partenaire qui l’accompagne, cela permet d’apporter une ressources financière à laquelle ils n’auraient pas accès sans l’engagement des internautes sur Babyloan.

Les sites de crowdfunding sont très nombreux en ligne et connaissent un succès croissant. En quoi Babyloan se distingue-t-il ?

En effet il y a 800 plateformes de crowdfunding dans le monde, une nouvelle tous les jours qui déploie ses services sur les trois grands métiers du secteur : le don, le prêt et l’équity. Parmi ces plateformes il en est une petite trentaine à développer leur activité sur le microcrédit, c’est un domaine très particulier à la fois hyper social et très financier. ça nous impose une très grande rigueur et beaucoup de pédagogie. Le secteur, vous avez raison, est en pleine croissance et le gouvernement prépare un projet de loi qui permettra à la France d’être à la pointe du sujet en Europe, c’est suffisamment rare pour ne pas le souligner… Babyloan se distingue par sa dimension internationale (14 pays d’action.) Par ailleurs nous allons lancer une opération totalement inédite en France : ouvrir notre capital au grand public et à nos membres prêteurs, en utilisant nous-même le crowdfunding ! Ce grâce à un partenariat inédit avec une plateforme de crowdfunding d’équity, Anaxago, via laquelle les investisseurs pourront prendre part à l’aventure Babyloan en entrant au capital de l’entreprise sociale.

Quels sont les chiffres clés d’activité de Babyloan ? Son business model ?

En 5 ans, ce sont près de 27 000 membres à ce jours qui sont venus prêter près de 7 000 000 d’euros à 16 000 micro entrepreneurs. Babyloan assure ses revenus par les commissions payées par l’internaute lors de la réalisation de leur prêt et par les institutions de microfinance partenaires, qui payent un droit d’accès à la plateforme. Enfin nous vendons à des entreprises des opération de mobilisation des salariés en interne : des défis solidaires Entreprises, qui permettent aux collaborateurs de soutenir des projets sur Babyloan et de promouvoir notre plateforme, en fédérant l’ensemble des salariés autour de cette forme innovante de solidarité.

Quel avenir voyez-vous pour le secteur du crowdfunding ? Y-a-t-il un réel potentiel à long terme pour prendre une place importante dans les levées de fonds, petites ou grandes ?

C’est encore un peu tôt pour se prononcer, néanmoins si l’on regarde les courbes de progression c’est très impressionnant : rien que cette année la croissance du secteur en France devrait être de près de 200%, avec une collecte estimée à 70 M€ par une petite cinquantaine de sites ! Mieux, la collecte cumulée dans le monde sur ces dix dernières années sera à la fin de l’année de 6 milliards de dollars, alors que certaines études estiment le potentiel à 8/10 ans à 1 000 milliards de dollars, imaginez ! Plus étonnant et selon les pays, ce sont entre 10 et 20% de la collecte qui est affectée à des projets d’impact social, ce que l’on appelle le crowdimpacting. En d’autres termes le crowdfunding, au-delà de la révolution qu’il apporte dans le financement de l’économie, est peut être aussi le futur du financement de l’économie sociale et solidaire en France : un secteur qui pèse déjà 10% du PIB et 10% de l’emploi salarié dans l’hexagone.

Recevez nos meilleurs articles
Commentaires
  1. Fab dit :

    Juste pour signaler une erreur dans le titre de votre article « Une opération de crowdsourcing… » au lieu de « Une opération de crowdfunding… » ou alors je n’ai pas tout compris ?

    Sinon, bravo pour cette interview de Babyloan, site que j’ai découvert il y a de nombreuses années avant de connaître le concept de « crowdfunding » justement… Des précurseur qui ont bien progressé et à qui je souhaite longue vie !

  2. Flavien Chantrel dit :

    @Fab : merci pour ce retour ! Plus la coquille est grosse, et moins on la voit parfois…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *