Décryptage : le développement du marché des drones et des objets connectés, par Bionic Bird

A l’occasion de la 2nde édition du Grand Quiz du Numérique, nous avons eu la chance de compte BionicBird comme partenaire. Derrière la start-up se cache un très beau projet de drone imitant l’oiseau. Un objet tech bien sûr, mais aussi très poétique, avec une approche qui change radicalement de ce que nous propose plus généralement l’IoT. Pour en savoir plus sur ce projet, sa naissance, et le futur des drones domestiques en France, nous avons interrogé Edwin Van Ruymbeke l’ingénieur à l’origine du projet. Un décryptage passionnant sur un marché en plein essor.

Pouvez-vous nous présenter Bionic Bird et nous en dire plus sur votre rôle dans l’entreprise ?

Bionic Bird est un drone biomimétique inoffensif qui imite à s’y méprendre le vol de l’oiseau. L’oiseau prend son envol, contrôlé depuis un smartphone et un simple mouvement de main. Il bat des ailes pour rejoindre dans le ciel ses amis les oiseaux. Je suis Edwin Van Ruymbeke inventeur de l’oiseau, ingénieur aéronautique et gérant de XTIM, PME de 4 employés.

 

Comment est né ce projet ?

L’idée remonte à très, très loin. Mon grand père et mon père ont inventé TIM, l’oiseau mécanique à élastique, quand j’avais 6 ans. J’ai moi-même passé 20 ans de ma vie à faire vivre et évoluer ce produit, qui se vend très bien encore aujourd’hui. Pendant toutes ces années, j’ai toujours su qu’un jour, la technologie permettrait d’en concevoir une version électrique, qu’on pourrait diriger depuis le sol. L’attente a malgré tout été longue. Il aura fallu que le gigantesque marché des téléphones mobiles (dont le poids et la compacité sont les caractéristiques majeures) permette l’éclosion des micro batteries (LiPo) et micro moteurs (coreless), dont les performances ont enfin autorisé d’envisager une telle réalisation. Jusque là, il était impossible d’atteindre un poids suffisamment bas pour faire voler un oiseau électrique de petite envergure, à faible vitesse.

Beaucoup de projets de ce type passent par le crowdfunding, comment avez-vous fait pour financer le lancement  ?

Nous sommes aussi passés par une plateforme de crowfunding, Indiegogo. Grâce aux contributeurs de toutes les nationalités nous avons réussi à récolter plus de $150 000, somme rarement atteinte par une entreprise française sur ce site américain. Ces contributions nous ont permis de produire les 1500 premiers Bionic Bird en décembre 2014.

bionicbird2

Les drones sont de plus en plus présents dans le quotidien, pensez-vous que c’est un vrai mouvement de fond amené à s’accentuer  ?

Oui je le pense réellement ne serait-ce que pour son usage professionnel, comme pour la télévision, la poste ou la sécurité. C’est pour cela que j’ai aussi imaginé Bionic Bird car si à l’avenir des milliers de drones sont appelés à voler au dessus de nos têtes autant que cela soit des oiseaux inoffensifs et non des objets massifs à hélices.

Quelle est la maturité du marché pour ce type de produits grands public et domestiques  ?

Pour ce qui est des drones, le marché est dans la phase mature. L’offre est gigantesque, étalée sur toute la gamme du loisir au professionnel. Quant au marché des objets connectés, sur lequel nous sommes connexes, c’est moins net. L’explosion tant attendue peine à arriver. On en parle beaucoup, ça marche fort chez les geeks, mais pour le grand public, ça reste un peu de la science-fiction.

Quels sont les freins à une adoption plus importante par le grand public de ce type de produits  ?

Pour les drones, le marché est déjà important. Mais cela reste des produits qui demandent une bonne maîtrise pour pouvoir être réellement utilisés au quotidien. Il y a de nombreuses contraintes, et notamment en termes de sécurité. Le fantasme est fort de pouvoir se promener dans le ciel et de faire des vidéos de ce qui nous entoure. Mais en pratique, les utilisateurs de loisir trouvent rarement les conditions pour les utiliser. Il faut aller dans des endroits isolés pour pratiquer. Nous espérons dans le futur apporter des solutions avec notre drone sans danger, léger et sans hélice. Notre Bionic Bird peut lui voler dans un salon, au-dessus d’une foule sans aucun danger, et donc sans stress pour son pilote, même débutant.

Pour les objets connectés, le problème est davantage que malgré la simplicité d’utilisation mise en avant par les créateurs, le public doit néanmoins acquérir certaines habitudes et réflexes pour pouvoir réellement tirer profit de leur utilisation. Il faut que le public s’adapte à ces nouvelles technologies.

Vous cherchez à créer des communautés d’utilisateurs, concrètement, comment cela fonctionne  ?

Par l’intermédiaire des réseaux sociaux nous demandons que nos utilisateurs partagent leurs vols avec des vidéos et surtout l’expression de leurs sentiments, notamment quand ils font planer l’oiseau… beaucoup le font d’eux-mêmes. Nous avons par exemple une communauté asiatique passionnée qui nous offrent beaucoup de superbes vols en vidéo sur YouTube. Nous envisageons aussi prochainement de réunir à Marseille plusieurs utilisateurs pour effectuer des vols en commun.

Quelles sont les prochaines étapes du développement de Bionic Bird  : nouveaux modèles, développement de la base utilisateurs… ?

Je travaille actuellement sur le prochain modèle qui sera plus gros puisqu’il devra embarquer une caméra. Toute la recherche actuelle se dirige aussi sur un nouveau type de vol qu’effectuera notre oiseau : le vol stationnaire. Quant à nos utilisateurs nous envisageons bientôt de faire un concours de vidéos pour révéler sa ville ou sa région. Mais je n’en dirai pas plus pour l’instant…

En savoir plus sur Bionic Bird

OFFRES D'EMPLOI WEB

Rédacteur Web H/F

N#1 des services recrutement, emploi et carrière en France, Regionsjob imagine et développe depuis 16 ans des solutions RH à forte valeur ajoutée. Précurseur dans l'application des technologies web au ...

Chef de Projet Digital Commerce-Clients H/F

Le Groupe Pomona (3, 1 milliards d'Euros de CA, 10200 collaborateurs) est leader de la distribution livrée de produits alimentaires auprès des professionnels de la restauration et des commerces spécialisés ...

Chargé de Projet Web H/F

Acteur majeur de la prévention et de la maîtrise des risques, le groupe Socotec (5 000 collaborateurs) exerce ses métiers auprès des entreprises de tous secteurs : construction & immobilier, ...

Commentaires

Laisser un commentaire

Il est possible d’utiliser ces balises HTML :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar