L’avenir s’assombrit pour l’écosystème Twitter

L’un des grands intérêts de Twitter réside dans son API relativement ouverte, c’est-à-dire la possibilité offerte aux développeurs de construire des applications basées sur les données délivrées par le site de micro-blogging. C’est ce qui donne lieu à la kyrielle d’applications et d’outils destinés à améliorer l’utilisation de Twitter. Clients, outils de veille, jeux, statistiques… Tous ces services, développés non pas par Twitter mais par d’autres personnes ou entreprises, ont permis de créer un véritable écosystème en perpétuelle évolution.

Mais il y a un problème, et de taille : ces services reprenant l’API de Twitter profitent à leurs développeurs, et pas au site de micro-blogging lui-même, qui a bien du mal à trouver des sources de monétisation satisfaisantes. Ce qui a fait le succès populaire de Twitter peut également causer sa ruine financière, ou tout au moins l’absence de bénéfices… Ce n’est d’ailleurs pas le seul réseau social à connaître cette tension entre réussite en termes d’usage et déconvenues sur le plan financier : on se rappelle que Facebook, malgré un nombre d’utilisateurs assez conséquent déjà à l’époque, n’a atteint la rentabilité qu’en 2009, après 5 ans d’existence.

La solution ? Twitter vient de l’annoncer : elle était attendue, mais est plutôt sévère. Dans les semaines qui viennent, Twitter va déployer la version 1.1 de son API. Des règles strictes (auparavant, il s’agissait de simples recommandations :  »requirements » a remplacé  »guideline » dans le texte, note Mashable…) vont désormais encadrer l’utilisation de l’API par les développeurs. Avec cette nouvelle version, et pour  »empêcher son utilisation à des fins frauduleuses », les développeurs devront être préalablement identifiés. Certaines des applications réalisées devront être certifiées par Twitter avant d’être publiées.. Oui, tout comme ce qui se passe dans l’Appstore.

L’une des nouvelles règles devrait particulièrement faire parler d’elle, car elle est vraiment très stricte. Pour toutes les applications ayant accès à la timeline, aux paramètres du compte de l’utilisateur et à ses messages privés – les clients, par exemple, la limite fixée est de… 100 000 utilisateurs, soit pas grand chose. Au-delà de ce seuil, il faudra une autorisation spéciale de Twitter !  Les applications déjà existantes ayant atteint cette limite pourront faire grandir leurs bases d’utilisateurs jusqu’à 200% de leur nombre actuel (Twitter ne rend pas les choses simples…). Et après ? Fini ! On pourra maintenir l’existant, mais pas faire croître ses membres au-delà.

En clair, Twitter reprend véritablement la main sur ses usages. Le schéma ci-dessous explique sa vision de son écosystème. La case en haut à droite, à savoir les clients et la curation, sera quelque peu découragée par les nouvelles règles. Twitter identifie d’ailleurs nommément cet axe du mal : dans le viseur, Echofon, Storify…

Il y a quelques semaines, Twitter avait déjà déclaré la guerre aux logiciels favorisant le spam. Puis, le site de microblogging avait coupé l’accès à Linkedin, Instagram… Une stratégie finalement cohérente, mais s’avèrera-t-elle payante ?

Source : ZDnet

Commentaires

  1. erwik
    17 août 2012 - 11h35

    c’est ce qui faisait l’une des grandes forces de twitter
    si l’API se ferme, il est pas impossible que le service ferme aussi à terme

  2. fred de ConseilsMarketing.fr
    17 août 2012 - 12h09

    A mon avis ils sont aussi en trains d’essayer de lutter contre les App qui détournent le système…

    En effet il faut se rappeler le procès avec Tweetadder et cie qui a eu lieu dernièrement…

    Donc OK c’est normal, OK cela va certainement toucher Twitter et l’intérêt du réseau… mais cela a aussi des côtés positifs :D

    a ++

  3. Gaëtan
    18 août 2012 - 10h10

    Il est grand temps que Twitter devienne rentable et si ça doit passer par une limitation des accès tiers alors pourquoi pas…

    Je préfère ça que de perdre définitivement le service pour cause d’insuccès financier !

Laisser un commentaire

Il est possible d’utiliser ces balises HTML :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar