Le média des professionnels du digital
Le média des professionnels du digital

20 métiers étonnants qui pourraient exister dans le futur

Fabian Ropars, le 12 septembre 2013

Les technologies évoluent sans cesse, surtout dans le web. Les métiers et compétences nécessaires doivent s’adapter à ces évolutions. Qui aurait par exemple pu imaginer il y a 15 ans qu’aujourd’hui être développeur d’applications mobiles ou expert en sécurité de stockage dans le cloud seraient tout ce qu’il y a de plus normal ? Qu’aurait pensé ma conseillère d’orientation si je lui avais dit que je voulais devenir community manager ou ninja strategist ?

L’agence new-yorkaise Spark&honey s’est penchée sur 20 métiers qui pourraient émerger dans un futur proche. Si certains semblent assez peu crédibles, d’autres au contraire se dessinent dès aujourd’hui. Rappelons que selon certaines estimations, 60% des emplois qualifiés des 10 prochaines années n’ont pas encore été inventés. Alors science-fiction ou anticipation ? Ce qui est sûr, c’est que la grande majorité de ces métiers sont liés au numérique.

  • Conseiller en productivité : dans un environnement où la productivité des employés et leur bien-être sont intimement liés, le conseiller en productivité pourrait être le garant de l’efficacité au travail.
  • Le curateur personnel numérique : derrière ce nom barbare se cacherait en fait la personne chargée de faire votre veille mais aussi de vous sélectionner les meilleures applications, les meilleurs devices ou logiciels. Bref, un assistant pour éviter l’infobésité.
  • L’équilibreur microbien : pour votre santé ou pour prendre soin d’un environnement donné, il serait chargé de trouver le parfait équilibre microbien.
  • Le désorganisateur d’entreprise : un expert du « chaos organisé » pour créer un environnement stimulant de type start-up et œuvrer à la créativité.
  • Tuteur en curiosité : sûrement peu probable, ce métier serait dédié à l’enseignement du goût de la découverte, de l’inspiration et de la curiosité. Utopique mais tellement poétique.
  • Spéculateur en monnaie alternative : les monnaies cryptées et décentralisées telles que le Bitcoin sont déjà une réalité. Ces nouvelles monnaies pourraient créer de nouveaux métiers de professionnels hyper spécialisés dans ces devises qui mêlent finance et technologie.
  • L’imprimeur 3D : besoin de réparer un objet cassé ou d’en créer un à la demande ? L’imprimeur 3D sera votre interlocuteur. Avec l’essor de ces technologies, les métiers liés au scanner et à l’imprimante 3D devraient très vite se développer. Et l’explosion annoncée du chiffre d’affaire de l’impression 3D dans les années à venir pourrait précipiter le processus.
  • Le « digital death manager » : un peu comme le community manager gère les communautés de fans, le digital death manager sera chargé d’archiver ou de supprimer votre image une fois mort. Pas très gai, mais sûrement très vite indispensable…
  • L’archiviste de vie numérique : à l’ère où nous laissons des traces de toutes les étapes de notre vie sur les réseaux, il faudra peut-être à l’avenir des spécialistes pour archiver ces milliers de données.
  • Le thérapeute en digital detox : un métier qui est déjà en train de percer. Il faudra en effet des spécialistes pour gérer les crises des hyper-connectés. 
  • Le spécialiste en crowdfunding : l’expert des mécaniques des campagnes participatives de type Kickstarter ou Indiegogo.
Pour plus de nouveaux métiers, dont certains étaient totalement impossibles à traduire, vous pouvez consulter la très jolie présentation de l’agence. Et pour s’assurer de la véracité des slides, on en reparle dans 10 ans !

 

Recevez nos meilleurs articles
Commentaires
  1. Peck dit :

    Pourquoi tous ces métiers sont digitaux ? Ce sont des métiers qui se font avec des doigts ?

    En anglais un digit c’est un nombre, en français c’est un doigt. Donc puisque je pense qu’il ne s’agit pas de doigtage vous devriez dire numérique.

  2. Bonjour Peck,

    On peut effectivement s’abriter derrière des considérations étymologiques, mais dans l’usage, numérique et digital se substituent. Une évolution du langage qui n’est apparemment pas à votre goût mais qui est déjà bien installée 😉

  3. Mannig dit :

    Définition de  » curateur  » :

    Personne chargée d’assister l’incapable majeur dans tous les actes que celui-ci ne peut accomplir seul. (Il est nommé en principe par le juge des tutelles.)
    Personne qui assistait un débiteur dans la préparation du plan de redressement en cas de suspension provisoire des poursuites.
    Fonctionnaire chargé d’une administration pour le compte de l’État romain.
    http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/curateur_curatrice/21137

    Comme quoi, il seraitr bien de ne aps employer des mots à la mode complétement à côté de la plaque.

  4. Peck dit :

    Vou avé bi1 reson on devré toujour s’adapté a l’usaj

  5. Anne dit :

    Moi j’aimerais être tuteur de curiosité (ou tutrice ?). Ahhhhh pouvoir faire découvrir des milliers de choses, de l’opéra à l’astronomie en passant par la création de site ou la couture… un vrai rêve mais j’ai bien peur que seuls les plus riches puissent se payer ce « titilleur de curiosité » qui ressemble déjà à un précepteur amélioré.
    Si quelqu’un de riche en cherche, je suis partante ! J’ai des dizaines de passions 🙂

  6. rosemarie dit :

    et ben voilà, plus les technologies évoluent plus de nouveaux métiers seront crées, peut être qu’on souffrira plus de chômage au futur.

  7. yanlankou dit :

    un « imprimeur 3D », ça existe déjà. on appelle ça un dessinateur-projeteur. (il faut bien que les imprimantes 3D actuelles soit manipulées par quelqu’un, et il existe déjà des filières de formations spécialisées.) un archiviste numérique, ça existe déjà (toutes les formations d’archivistes à partir de la licence pro et du master forment à l’archivage électronique, et tout les centres d’archives digne de ce nom ont au moins un spécialiste dans ce domaine). tuteur en curiosité: tout instit motivé devrait avoir cette vocation. conseiller en productivité: existe déjà. on appelle ça un qualiticien. je pense qu’on peut trouver un équivalent qui existe actuellement pour les autres, en creusant un peut. je cite ceux ci de tête 🙂

  8. Peretz dit :

    S’il n’y avait que ce mot. Avec le langage informatique, plein de mots anglais sont mal traduits. Même dans la vie courante on change le sens de certains mots, comme « format ». Et les modes d’emploi ? Tiens voilà un métier qu’il serait intéressant à proposer aux entreprises : rédaction de mode d’emploi, rédaction de documents scientifiques…

  9. Michal Benedick dit :

    Merci pour cet article. Non seulement certains métiers n’existent pas encore, mais il est aussi grand temps de donner de l’ampleur à l’orientation professionnelle.
    Nous avançons vers une société où chacun pourra créer sa propre activité, sa propre spécificité !

  10. jojolafrite dit :

    ouais mais bon euh tu vois, curateur maintenant c’est tellement hype dans le milieu de la culture! enfin tu piges quoi! tu vois quoi !

  11. Neuro dit :

    « un « imprimeur 3D », ça existe déjà. on appelle ça un dessinateur-projeteur »
    Faux, car la le travail de l’imprimeur 3D ne sera pas de dessiner, ni même de faire preuve d’une quelquonque créativité. Il se contentera de scanner, et/ou de faire imprimer…

    Pour preuve un dessinateur-projeteur n’est pas un imprimeur ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *