Le média des professionnels du digital
Le média des professionnels du digital

Virus sur WhatsApp : 100 000 utilisateurs infectés par WhatsEspião

Thomas Coëffé, le 10 novembre 2016

Vous utilisez WhatsApp ? Soyez vigilant : un virus circule actuellement via l’application, on estime que 100 000 utilisateurs sont infectés. Voici comment vous protéger contre le dernier virus à la mode, « WhatsEspião ».

whatsapp-virus

Attention aux liens sur WhatsApp

Vous devez faire particulièrement attention aux liens web reçus sur WhatsApp, même si vous avez parfaitement confiance en la personne qui vous envoie ce lien. Le dernier piège en date consiste à recevoir un message d’un contact sur WhatsApp. Cette personne vous fait une confidence alléchante :

J’ai découvert un programme pour espionner les conversations sur WhatsApp. Clique ici pour y accéder !

Évidemment, c’est totalement faux. Les personnes mal intentionnées à l’origine de ce message ont simplement pris possession du compte WhatsApp de votre ami et vous incitent à vous rendre sur un site malveillant. Pour « espionner les conversations », vous devrez installer une application qui ne vous permettra pas d’y avoir accès. Les hackers pourront juste ajouter des publicités sur votre écran pour gagner de l’argent et accéder à votre compte WhatsApp pour permettre au virus de circuler.

whatsapp_hackers

Selon PSafe, 100 000 utilisateurs ont déjà cliqué sur ce lien. Ce virus, surnommé WhatsEspião (WhatsApp / Espion), se répand rapidement. Les utilisateurs ne se méfient pas, car c’est un de leur contact WhatsApp qui leur envoie ce message. En résumé, si vous voulez protéger vos données et permettre à ce type de virus de ne pas circuler : ne cliquez pas sur les liens que vous ne connaissez pas sur WhatsApp.

Recevez nos meilleurs articles
Commentaires
  1. Patrick Huet dit :

    Bonjour,
    En lisant l’article, je me pose une question.
    Sur ces 100 000 personnes qui ont cliqué sur le lien, combien ont-elles téléchargé le fameux logiciel d’espionnage ?

    D’après ce que j’ai compris, ce n’est qu’en téléchargeant cette application qu’on était infecté.

    Citation de l’article : « Pour « espionner les conversations », vous devrez installer une application qui ne vous permettra pas d’y avoir accès. »

    Ce qui signifie que si l’on est d’une honnêteté scrupuleuse, (dans notre cas ne pas succomber au désir d’espionner les conversations des autres) on a quand même beaucoup, beaucoup moins de risques d’être affecté par un virus malveillant traînant .

    Je finis par me demander si une bonne part de virus ne se propage pas en faisant appel à un « bénéfice » douteux, voire malhonnête (comme dans le cas d’espionnage de conversation).

    Bref, si l’on se montre honnête, c’est peut-être un des moyens de rester à l’écart d’un certain nombre de virus. Pas tous, c’est vrai, mais disons qu’on évite un certain nombre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *