Le média des professionnels du digital
Le média des professionnels du digital

Top 20 des raisons pour lesquelles les startups échouent

Flavien Chantrel, le 26 septembre 2014

Le site CB Insights, observateur privilégié du monde des startups, a mené une enquête auprès de 101 d’entre elles qui ont fermé leurs portes pour comprendre leur échec. Pas d’échantillon représentatif, il s’agit d’une enquête menée de façon un peu aléatoire, mais qui a le mérite de dresser un certain nombre de raisons récurrentes. La majorité du temps, les réponses proviennent des fondateurs eux-mêmes, parfois des investisseurs. Si vous ne souhaitez pas rentrer dans le détail de chaque startup, un top 20 a été dressé.

La raison principal d’un échec ? Un produit dont le marché n’a pas besoin, dans 42% des cas. Le produit peut aussi être tout simplement mauvais (17%) ou ne pas sortir au bon moment (13%). L’argent est bien sûr une raison importante. Notamment quand on n’en a plus (29%) mais aussi quand on n’a pas trouvé de business model (17%), quand le coût de production est trop élevé (18%) ou quand les investisseurs manquent (8%). N’oublions pas la compétition qui est parfois simplement meilleure (19%) ou l’équipe recrutée, pas assez compétente dans 23% des cas. Reste à connaître les raisons qui font le succès d’une startup !

top 20 startups

Recevez nos meilleurs articles
Commentaires
  1. Séménou dit :

    Si l’on se fie à cette étude, dés que l’on a :
    1 – le bon produit
    2 – le budget

    On a toutes les chances de réussir.
    Mais la question que je me pose est de savoir comment comment déterminer quel est le bon produit ? Par une études de marché peut être, reste a savoir comment la mener pour qu’elle soit vraiment réaliste.
    Les collaborateurs, on les trouve où, pour qu’ils soit fiables a 100% ?

    En clair, les affaires c’est un peu comme du poker. Si vous pouvez investir, prenez quelques précautions, faites des enquêtes, faites vous conseiller…
    Si vous croyez vraiment dans votre produit, essayez de trouver un bon plan marketing

    Mais au final rien n’est sûr

  2. Bonjour Flavien

    Cette étude fait ressortir de bons éléments mais… Ayant planté une startup je pense qu’ont peut aussi citer les points suivants:

    – Ne pas assez tester: un test sur une landing page et 1000 prospects inscrits ne veut pas dire que ça marchera

    – Manquer de fonds: c’est pour moi déterminant. On a vite fait de cramer 100k€ quand on est pas développeur et qu’on évolue dans du B2C

    – s’associer avec des gens qui ne sont pas 100% disponible. C’est assez souvent le cas et le mythe de « je bosse le soir après le boulot » en fonctionne pas, en général.

    Enfin, je dirais que pour réussir, il faut avoir d’autres sources de cash récurrentes afin de ne pas faire de conneries et de prendre le temps de bien faire les choses. Pour moi, toute startup devrait avoir des revenus récurrents au lieu de perdre son temps à essayer de convaincre des VC avec un Powerpoint et 50 users.

    Ludovic Barthélémy

  3. Greg dit :

    Clairement, monter une startup, c’est avoir une vision différente… Notamment sur la prise de risques. Mais à trop tenter de savoir si on est bordé de tous les côtés, on finit par ne rien lancer.

    +1 avec l’analyse de Ludovic, le cash part très vite (particulièrement en B2C), et les tests doivent se faire tout du long du développement (approche en lean),

    on peut ajouter que ce qu’on vend peut aussi être packagé différent (marque blanche, changement du modèle de revenus, passage du B2C au B2B avec quelques adaptations…), ce qui implique d’être intellectuellement prêt à revirer très vite (et ça tombe plutôt bien vu la souplesse des startups),

    my 2 cents

    GM / Monprochainjob.com

  4. Sulfit dit :

    C’est un sondage pas fait en France.
    En France, il y aurait des lignes en plus en haut

    URSSAF : 60%
    ENTRAVE ADMINISTRATIVE: 40%

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *