Enquête RegionsJob : identité numérique et recherche d’emploi
identite-numerique-recherche-emploi
Quiz : maîtrisez-vous vraiment votre identité numérique ?
identite-numerique
Identité numérique

Les limites du Personal Branding : ce qu’il ne faut pas faire

Le Personal Branding a toujours existé. Faire de notre personne une marque, mettre en avant ses réussites, ses expertises, capitaliser sur notre réputation… Le concept est vieux comme le monde. L’utilisation du terme en lui-même et son omniprésence dans le paysage médiatique web est par contre relativement récent. Son apparition remonterait à 1997 mais son explosion en France date d’il y a quelques années seulement. On parle surtout du Personal Branding en matière de gestion de son employabilité, que l’on soit en poste, en recherche d’emploi ou, plus couramment encore, lorsque l’on propose des prestations (consultant, freelance, …). Mais ce n’est pas tout à fait le sujet, si vous souhaitez en savoir plus sur les théories liées au Personal Branding, je vous laisse consulter le blog de Fadhila Brahimi, entièrement dédié au sujet.

Comme souvent avec les concepts à la mode, celui-ci s’essouffle depuis quelques mois. Non pas dans le fond, qui est toujours présent. Mais dans la forme. Une certaine forme de paranoïa s’est installée, avec par exemple l’arrivée de certains TumblR spécialisés dans la dénonciation des « personal branlers », ces individus qui poussent la logique à l’excès. Brasser du vent, prendre les autres de haut, enjoliver son quotidien pour se sentir vivant… Quand c’est trop, cela peut vite devenir insupportable. Mais quelles sont donc les limites de l’exercice ?

Il parait que toute publicité est bonne à prendre, qu’elle soit bonne ou mauvaise. Dans les faits, ce n’est pas aussi simple. Cela dépend des buts recherchés mais aussi de la personnalité de chacun. Si certaines personnes sont suffisamment fortes pour encaisser des retours négatifs, d’autres ne souhaitent pas s’exposer outre-mesure. Un Personal Branding réussi repose pour beaucoup sur l’équilibre à trouver entre exposition et intimité, entre mise en avant de ce qui peut être positif pour nous et l’humilité nécessaire pour ne pas sombrer dans l’autosatisfaction permanente. Il n’y a bien sûr pas de vérité absolue en la matière, et on peut très bien créer une vague de mécontents tout en tirant très bien son épingle du jeu, les exemples sont nombreux. Il n’en reste pas moins que certaines pratiques sont horripilantes pour tout le monde et risquent de vous desservir, surtout si vous vous y mettez tout juste… Voici donc quelques conseils subjectifs de pratiques à éviter dans la mise en avant de vos atouts.

  • Le Je à toutes les sauces : parler de soi, c’est bien. Mais ne faire que ça, à un moment, cela peut devenir très pénible. C’est valable pour les articles, pour les statuts et pour toutes autres prises de parole. Si vous ne parlez que de vous sans vous intéresser aux autres, pourquoi voulez-vous qu’ils s’intéressent à vous ?
  • L’auto-citation permanente : il y a certaines personnes qui sont très fortes avec ce point. Faire référence à ses analyses passées, c’est très bien. Mais le faire constamment et surtout ne faire que ça, c’est assez limitant. Confronter sa pensée aux autres est nécessaire, et il vous sera difficile de faire croire que vous avez tout inventé dans votre secteur. Comme je le disais en 1997, l’auto-citation c’est bien, mais il ne faut pas en abuser.
  • L’humilité, toujours : l’humilité est une qualité trop rare. Pourtant, c’est une marque de professionnalisme que de savoir parfois s’effacer derrière son travail et de mettre en avant les autres. On réussit rarement seul, alors autant ne pas essayer de capter toute la lumière soi-même.
  • L’autosatisfaction en boucle : parfois, des choses bien peuvent nous arriver. Une interview dans un magazine, un lien sur un gros site, une réussite professionnelle ou une récompense… Et c’est bien de marquer le coup, alors le faire savoir n’a rien de trivial. Le problème, c’est que certains passent leurs journées à ressasser cet évènement. Changements de formulation, relai des messages d’autres personnes qui abordent le sujet, remises en avant régulières… Pas la peine de multiplier les annonces, on a compris la première fois, le reste ne fera que lasser ceux qui ont déjà vu le message.
  • Garder les moments de personal branling pour de vraies réussites : ne nous mentons pas, on a tous envie à un moment ou à un autre de faire dans l’autosatisfaction pure. Et cela ne fait pas de mal. Le problème, c’est quand cela arrive tous les jours… Gardez donc ces moments de « personal branling » pour les évènements qui en valent la peine, et ne grillez pas vos cartouches pour tout et n’importe quoi.
  • Eviter le syndrôme Télé-réalité : certains sont passés maîtres dans l’art de la mise en scène de leur quotidien. Conférences, voyages, rencontres, photos diverses… Le problème, c’est quand on a aucune idée de ce que font ces personnes dans la vie. C’est parfait si on a la télé-réalité comme modèle, mais si on souhaitez utiliser le personal branding à des fins professionnelles, pas sûr que ça fonctionne. Concentrez-vous sur vos réussites professionnelles, cela sera bien plus parlant.
  • Ne pas déborder de la réalité : il y a une limite à ne pas franchir en matière de personal branding : le mensonge. Certains enjolivent tellement la réalité que leurs propos ne sont plus vraiment fondés. Petites phrases ambiguës, déclarations jouant avec les lignes de la réalité, prendre vos libertés avec la vérité peut se retourner contre vous. Et il n’y a rien de pire que de ne pas pouvoir faire confiance à quelqu’un. En ligne ou dans la vie quotidienne.

Oui, tout cela peut faire cliché, mais ce sont des dérives devenues régulières. Encore une fois, le tout est de trouver le bon équilibre, et surtout de mettre son travail en avant, pas sa personne… Cela sera plus efficace, vos résultats parlant d’eux-mêmes. Certains font le choix de plonger dans une stratégie de Personal Branding volontairement provocante en enchainant tous les points cités ci-dessus. Et le pire, c’est que cela peut fonctionner. Dans tous les cas, bon courage pour la construction de votre marque personnelle, quels que soient les buts recherchés. Et en cas de doute, demandez à votre entourage ce qu’ils en pensent, cela peut être très instructif.

Commentaires

  1. LaurentB
    23 octobre 2012 - 12h50

    Surtout, je crois qu’il faut savoir prendre le bon comme le mauvais d’une exposition publique. Mettre en avant sa personne comporte des risques et tes conseils sont tout à fait appropriés.
    Trop de gens prennent la parole sur Internet et ne savent pas gérer les effets négatifs. Se prendre les pieds dans le plat arrive, notamment au travers des dérives que tu décris, mais il faut savoir débrancher le fusible ou assumer jusqu’au bout.
    Connaître les principes de gestion de crise est intéressant.

  2. Fadhila Brahimi
    23 octobre 2012 - 14h12

    Flavien merci pour la mention. Je réponds rapidement entre deux déplacements. Oui, le Personal Branding a ses limites Enfin, ses dangers. Il n’est que le reflet de la personnalité mais il est aussi « communication » et recherche de « visibilité et de reconnaissance ». De ce fait, il peut être le reflet de la véritable personnalité ou de celle que l’on projecte ou encore de celle que l’on pense être désirée par les autres…. etc
    Entre « je dévoile ce qui va servir au mieux à mon image » et « j’exprime ce qui me rend un Super héros », la problématique me semble être dans la question « qu’est-ce que je suis capable de faire et de dire pour être « aimé » de l’autre ? – Etre moi, un autre que moi, un sur-moi …. « 

  3. Cécile Missir
    24 octobre 2012 - 16h24

    Très bon article… Sujet qui me touche… Par contre, désolée, mais je ne pense pas que dans la « pratique de l’exercice » tous les experts soient des références… Avis qui ne regarde que moi bien entendu… Les dérives sont dangereuses…

Laisser un commentaire

Il est possible d’utiliser ces balises HTML :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar