Les CNIL européennes s’unissent contre Google

La CNIL, c’est un peu le chevalier blanc de la protection des données. La Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés demande régulièrement des précisions aux géants du web sur leur gestion des données personnelles fournies par les utilisateurs. Quand Google a officialisé la modernisation de ses règles de confidentialité le 1er mars dernier, la CNIL a contre-attaqué avec une série de 69 questions pour mieux comprendre les projets de l’entreprise. Aujourd’hui, l’affaire prend un autre tournure puisque les autorités européennes envisagent une action répressive et coordonnée contre le leader de la recherche.

En octobre 2012, les CNIL européennes se sont unies pour peser davantage dans les négociations. Les autorités de protection des données européennes ont publié un rapport pointant du doigt les risques liés à l’unification des règles de confidentialité. Si Google explique que cette modernisation permet aux utilisateurs de mieux s’y retrouver, la réalité est ailleurs : le géant américain souhaite unifier au mieux ses services et croiser les données récoltées. De cette façon, les utilisateurs intègrent un système complet de services comprenant la gestion des emails, des documents, des relations, de la recherche… Si les avantages liés à l’utilisation de plusieurs outils sont bien réels pour les usagers, ils sont d’autant plus grands pour Google, qui peut désormais croiser les données obtenues sur l’ensemble des services proposés. Votre position GPS détectée sur votre smartphone Android et votre historique de recherche influencent ainsi la publicité proposée sur l’ensemble des terminaux que vous utilisez.

Les autorités de protection des données européennes ont donc transmis leurs recommandations à Google en octobre dernier. Le but était de clarifier certaines règles, comme la durée de conservation de données et le contrôle par les utilisateurs de la combinaison des données recueillies. Les autorités souhaitent également que Google laisse le choix aux utilisateurs de s’identifier sur certains services en particulier, en restant déconnectés d’autres services. On voit mal Google revenir sur ce type de mesures, l’entreprise ayant opté pour une stratégie à l’opposé des recommandations des CNIL européennes…

Google avait quatre mois pour réagir. Ce délai est désormais expiré. Devant l’absence de réponse (l’entreprise réaffirme son respect du droit européen), un groupe de travail piloté par la CNIL devrait être mis en place, pour « coordonner une action répressive » avant l’été. Ce dispositif sera soumis au vote du G29, le groupe des CNIL européennes, le 26 février prochain. Affaire à suivre !

OFFRES D'EMPLOI WEB

Chef de Projet Monétisation H/F

Cdiscount, qui sommes-nous ? Pionnier du e-commerce en France, nous n'avons eu de cesse d'évoluer pour nous adapter et anticiper les besoins et aspirations des consommateurs. En nous engageant à démocratiser ...

Concepteur Développeur C# Dot Net H/F

APSIDE, 1ère ESN indépendante de France (+2000 salariés sur + 20 agences en France et à l'international) développe son activité en 1998 sur Rennes, qui regroupe aujourd'hui près de 100 ...

Chargé de Communication H/F

Promoteur Immobilier National recrute en CDI un Chargé de Communication H/F.Au sein d'une équipe de 5 personnes et sous la responsabilité directe de la responsable marketing et communication, vous serez ...

Commentaires

Laisser un commentaire

Il est possible d’utiliser ces balises HTML :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar