Free bloque les publicités Google : un point sur le #adgate

La nouvelle a fait grand bruit hier sur Twitter et sur le web en général. Free vient de prendre une décision très lourde de sens en activant par défaut une fonctionnalité chez ses utilisateurs qui vise à supprimer les publicités sur les sites visités. Toutes ? Non… Certaines régies connues ne sont pas touchées, et la principale victime est facile à trouver : Google. Toutes les pubs du géant américain numéro 1 du marché, seront ainsi bloquées. Cet adblocker sera actif au prochain redémarrage de la freebox. La fonctionnalité est certes en version beta, mais provoque un tollé général et pose des questions beaucoup plus larges.

Le bras de fer entre Free et Google

Mais pourquoi tant de haine ? Google a déjà fort à faire avec les éditeurs de presse, qui veulent eux aussi une part du gâteau, estimant que leurs contenus mettent Google en valeur et que cela a un prix. Free veut aussi profiter du succès du géant américain en se basant sur un constat simple : pas d’accès à Internet, pas de contenu. Il estime donc que les éditeurs de services doivent contribuer au bon acheminement des données en payant un droit d’accès aux abonnés en fonction du volume de données envoyées. Google ne l’entend pas de cette oreille, considérant que ses services sont utiles voire indispensables aux internautes, clients de Free ou pas. Et craignant surtout que cela créé un précédent et que tous les FAI lui réclament de l’argent… Ce bras de fer n’est pas nouveau, il se voit depuis déjà longtemps sur le débit des vidéos Youtube, exécrable pour les freenautes.

Les éditeurs de sites en danger, la neutralité du net mise à mal

Le problème, c’est que beaucoup de sites d’informations, de blogueurs ou d’éditeurs de contenu vivent de la publicité. Ce modèle économique a le mérite de « simuler » la gratuité du côté de l’internaute, qui ne doit pas payer pour y accéder. Mais sans la publicité, impossible de faire vivre une équipe… Free représentant une part non négligeable des abonnés Internet (14% sur ce blog, à titre d’exemple) et la fonctionnalité étant activée par défaut, c’est autant de chiffre d’affaires de perdu pour les éditeurs. De quoi mettre à mal beaucoup de monde… Le modèle économique étant déjà fragile.

Deuxième argument contre ce blocage, la mise à mal de la neutralité du net. Mais, me direz-vous, cela fait déjà longtemps que des plugins existent pour bloquer les publicités. La différence, c’est qu’ils reposent sur un choix de l’utilisateur et qu’ils ne sont pas actifs par défaut. Free ne respecte pas le principe de base de la neutralité du net, à savoir traiter indifféremment les données, quelles que soient leur nature ou leur origine. Avec ce filtrage qui se ferait au niveau des DNS, Free choisit donc la nature des fichiers qu’il veut transmettre (ou non) à ses abonnés. Et c’est cela qui pose problème…

Le gouvernement (et le web) s’en mêle

Fleur Pellerin n’aura pas tardé à réagir. Après une réaction plutôt négative sur Twitter à l’encontre du choix de réaliser ce blocage par défaut, elle a annoncé vouloir rencontrer à la fois les éditeurs et Free pour sortir de l’impasse. Il faut dire que l’affaire a fait grand bruit, notamment sur Twitter et sur les sites et blogs spécialisés. Des dizaines de milliers de réactions, partagées entre ceux qui se réjouissent de la fin de la publicité (probablement sans comprendre les enjeux de cette décision) et ceux qui s’indignent devant cette annonce. Le débat fait rage, au point qu’un hashtag Twitter #adgate a vu le jour et s’est très vite placé dans les mots clés les plus utilisés sur le réseau de micro-blogging. Les gros sites US ont bien sûr repris l’affaire très vite, à commencer par The Verge. L’affaire devrait continuer à faire grand bruit ce week-end.

Contre-attaques et rétablissement de la publicité

La contre-attaque est en marche, tout du moins dans les déclarations. De nombreux webmasters menacent de couper l’accès à leur site aux abonnés de Free. D’autres prévoient d’afficher un message d’avertissement indiquant comment rétablir les publicités ou incitant les visiteurs à changer de FAI pour en choisir un plus responsable. En effet, il est impossible pour un internaute d’établir une whitelist lui permettant de conserver les publicités sur certains sites qu’il souhaite soutenir…

Et si vous souhaitez rétablir la publicité ? C’est possible, mais il vous faudra pour cela réaliser une manipulation dans votre interface Freebox. Tout est expliqué chez Korben. Reste à savoir si Free va faire machine arrière rapidement ou si la situation va s’enliser… En attendant, la grogne est de mise pour beaucoup.

…Dès aujourd’hui

Après la levée de boucliers à l’annonce du blocage des publicités par Free, le FAI fait semble-t-il machine arrière. En effet, les publicités seront de nouveaux accessibles et visibles pour les freenautes « dans les heures qui viennent ». Une annonce confirmée par la ministre de l’économie lors d’une conférence de presse tenue en fin de matinée. Un retour à la normale en attendant le prochain bras de fer entre le FAI français et géant américain ?

Crédit image

Pour aller plus loin : le coup de gueule de Numerama

OFFRES D'EMPLOI WEB

Concepteur Développeur H/F

CMRE Logiciel, Société de Services du Numérique depuis plus de 40 ans, a 3 établissements situés respectivement à Ceyzériat dans l'Ain (15km de Bourg en Bresse), Arbent (01) et Saint ...

Développeur IOS – Android H/F

Acteur de l'ingénierie informatique depuis 2005, Philaë Technologies répond aux exigences de qualité et de performance des systèmes d'information et de communication autour de 4 pôles d'innovation : AMOA / ...

Alternant Développeur Web H/F

Le CESI recrute, pour le compte d'un de ses clients, un Développeur Web H/F en alternance. Vous intégrerez en alternance la formation diplômante de responsable en ingénierie des logiciels permettant ...

Commentaires

  1. Yanna
    4 janvier 2013 - 11h33

    Avec Free, on ne peut pas visionner une vidéo YouTube sans des dizaines de coupures même en 240p ! Merci Xavier Niel, de prendre tes abonnés pour des pigeons !

  2. karl verger
    4 janvier 2013 - 14h03

    L’approche est intéressante, du point de vu de l’utilisateur cela peut apparaître comme confortable, mais se qui saute surtout au yeux c’est que les positions sont en ce moment extrêmement mouvantes sur les modes de « monétisation » du web.

    Tout le monde veut croquer le gâteau Google, Etats, Editeurs de presse, FAI, …

  3. Mikael Witwer
    6 janvier 2013 - 16h00

    Ce petit affrontement Free VS Google devrait prendre fin en début de semaine, c’est intéressant de retenir qu’une nouvelle fois une simple annonce, un simple changement peut à lui seul faire trembler une grosse partie du web.

    Je pense que l’expression « ne pas mettre tous ses oeufs dans le même panier » n’a jamais été aussi d’actualité !

Laisser un commentaire

Il est possible d’utiliser ces balises HTML :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar