Le média des professionnels du digital
Le média des professionnels du digital

Étude : malgré son influence, Twitter n’est pas un apporteur de trafic

Fabian Ropars, le 14 avril 2016

Il y a quelques jours, nous vous présentions une étude qui montrait que Facebook représentait 92% des partages sociaux. NiemanLab, une fondation américaine qui se penche sur les usages médiatiques et le journalisme, vient de mettre en ligne une étude sur l’influence de Twitter. Elle met en lumière des données chiffrées sur un phénomène que l’on peut observer au quotidien : Twitter a une vraie influence dans la propagation de l’information, mais ce n’est pas un apporteur de trafic. L’étude se base sur les données de l’outil de Social media analytics Parse.ly, et sur 200 de ses clients dont de gros publishers comme Upworthy, Slate ou The Daily Beast.

Parsely1

On y apprend que le publisher median, verra 8 tweets pour un post (article), 3 clics par tweets et 0,7 RT par tweet original. Twitter devient alors un référent social pour seulement 1,5% du trafic. Un chiffre très faible qui augmente un peu sur le Top 5 publishers. Ces gros publishers tirent 11% de leur trafic de Twitter, font 180 tweets par article et 18 clics par tweet. Des chiffres qui sont, là encore, très faible.

Pour toucher plus de monde, Parse.ly rappelle qu’il n’y a pas de recettes miracles. Il faut créer du contenu de qualité, engageant, et conversationnel. Ces contenus conversationnels, et les breaking news sont les deux types de contenus qui fonctionnent le mieux. Parse.ly prend pour exemple les attentats de Bruxelles, qui ont suscité un très fort volume de tweets : 92 000 tweets en 24 heures dont le tiers envoyé dans les 6 heures suivant les attentats.

bruxelles

Mais malgré ce rapport fort aux breaking news, Twitter est une source de trafic très limitée. Toujours selon Parse.ly, moins de 5% du trafic référant vient de Twitter. Même Yahoo! est un referal plus efficace…

Parsely3L’information vient de Twitter, elle est sur Twitter, mais les visiteurs viennent d’autres canaux. Notons que cette étude s’intéresse aux médias, mais que ce sont eux qui ont le contenu le plus susceptible d’intéresser les internautes. Il semble donc évident, pour une marque, qu’il sera encore plus compliqué d’utiliser Twitter en source de trafic. Ces chiffres font aussi réfléchir sur l’hégémonie de Facebook qui est devenu indispensable pour les publishers.

 

Recevez nos meilleurs articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *