Quiz : maîtrisez-vous vraiment votre identité numérique ?
identite-numerique
Quand Google fait dans l’offre d’emploi originale
doge-job
Identité numérique

Etude sur l’utilisation des réseaux sociaux dans le recrutement et la recherche d’emploi

Logo EnquêteAprès la première grande enquête RegionsJob sur le recrutement et les réseaux sociaux, réalisée l’an passé, nous sommes heureux de vous présenter les résultats de la deuxième édition de cette étude. Quels sont les moyens utilisés actuellement pour la recherche d’emploi et le recrutement ? Est-ce que les réseaux sociaux, dont on parle énormément, sont devenus des outils incontournables ? Qui les utilise vraiment ? Comment sont envisagées les problématiques d’e-réputation et d’identité numérique, aussi bien pour les personnes en recherche d’emploi que pour les employeurs ? Telles sont les questions auxquelles ont répondu 2526 candidats et 379 recruteurs, permettant de dresser un tableau des problématiques actuelles liées au recrutement.

Les moyens utilisés pour le recrutement

Qu’il s’agisse des candidats ou des recruteurs, chacun utilise plusieurs outils pour le recrutement. Les sites Internet d’offres d’emploi restent les moyens les plus utilisés, par 98% des candidats et 87% des recruteurs interrogés. Suivent les candidatures spontanées et l’APEC, puis le réseau personnel et la cooptation (d’ailleurs davantage mis à profit par les recruteurs – à 58% – que par les candidats, à 41%). La presse et l’intérim sont en revanche les moyens les moins utilisés, surtout côté recruteurs.

Les réseaux sociaux sont beaucoup moins utilisés par les candidats que les recruteurs. Les premiers ne sont que 30 % à les mettre en œuvre pour leur recherche d’emploi, tandis que presque la moitié des professionnels des ressources humaines interrogés les utilisent.

Moyens utilisés

Cependant, utilisation n’est pas forcément synonyme de préférence. En effet, lorsque l’on demande aux candidats et aux recruteurs de classer les moyens qu’ils utilisent selon leur ordre d’importance, les réseaux sociaux ne tirent pas leur épingle du jeu. Seuls 9 % des candidats les classent parmi leurs trois moyens préférés, soit le même score que la presse ! Les sites Internet d’offres d’emploi restent plébiscités, par 91 % des personnes interrogées. Côté recruteurs, les chiffres sont sensiblement les mêmes : 22 % considèrent les réseaux sociaux comme l’un des trois moyens favoris, et 79 % d’entre eux citent les jobboards.

Comme on le verra par la suite, les réseaux sociaux sont davantage perçus comme un complément au recrutement, plutôt que comme un élément central dans la recherche de postes et de candidats.

Pas de décollage prévu pour les réseaux sociaux

Nous avons également demandé aux personnes sondées leur sentiment sur le futur : quels sont les moyens qui selon elles vont prendre de l’importance à l’avenir ? Si les sites Internet d’offres d’emploi resteront l’outil préféré des candidats et des recruteurs (pour respectivement 81% et 78% d’entre eux), les réseaux sociaux en revanche ne semblent pas prendre beaucoup d’ampleur. Seuls 22% des candidats et 39% des recruteurs estiment qu’ils feront partie de leurs moyens favoris pour le recrutement. Les services publics de l’emploi chutent assez lourdement, tandis que les sites Internet RH des entreprises et le réseau personnel et la cooptation sont sur le podium.

Moyens dans le futur

Une inadéquation entre les profils recherchés et ceux présents sur les réseaux sociaux

Quel est le profil type du candidat qui utilise les réseaux sociaux ? C’est plutôt un homme : 31% des candidats interrogés les utilisent, contre 29% des femmes. Il est en veille sur le marché de l’emploi, et a plutôt entre 25 et 34 ans, bien que toutes les tranches d’âge soient représentées. Les personnes vivant dans des villes de plus de 200 000 habitants sont davantage enclins à utiliser les réseaux sociaux (à 39%), ainsi que celles possédant un bac +5.

Profil

Profil

Sans surprise, le candidat présent sur les réseaux sociaux dans le but de recherche un emploi travaille plutôt dans la communication et le marketing, à 48%. Pourtant, ce sont les profils dit pénuriques que les recruteurs recherchent sur les réseaux sociaux. Ainsi, les commerciaux sont les plus demandés : 61 % des professionnels RH les chassent sur les réseaux sociaux, alors qu’ils ne sont que 27% à y être présents.

Profils

Identité numérique et recherche d’emploi

L’an dernier, nous avions demandé aux candidats s’ils avaient fermé leur profil Facebook au grand public. 68% des personnes interrogées l’avaient fait ; cette année, ce chiffre s’élève à 75%. Même si cette statistique n’est qu’un indicateur parmi d’autres, on peut tout de même parler d’une certaine prise de conscience vis-à-vis de la réputation en ligne. En effet, la « googlisation », c’est-à-dire la requête sur le moteur de recherche de ce qui apparaît lorsque l’on tape son nom et son prénom, n’est pas un phénomène réservé à quelques uns. Même si 37% des répondants ne se googlisent jamais, ils sont 33% à le faire au moins une par mois. Et 8% des personnes interrogées admettent chercher leur nom et prénom sur Google tous les jours…

Les utilisateurs des réseaux sociaux sont un peu plus conscients que les autres de leur e-réputation, puisque seuls 21% d’entre eux ne se googlisent jamais.

googlisation

Pour quels résultats ? 7% des personnes interrogées estiment que des traces en ligne négatives les ont empêchées d’obtenir un travail. Un chiffre à prendre avec des pincettes, puisque basé sur un ressenti.

Contrairement à certaines idées reçues, la recherche d’informations sur les candidats par les recruteurs n’a pas nécessairement des conséquences négatives ! De même, le phénomène semble un peu amplifié par rapport à sa réalité. Si 44% des recruteurs que nous avons interrogés effectuent des recherches sur Internet pour se renseigner sur les candidats, seuls 8% ont déjà écarté un postulant suite à des traces négatives. Mais 8% ont déjà recruté un candidat parce qu’ils avaient trouvé des traces positives !

Quels résultats pour le recrutement sur les réseaux sociaux ?

Quasiment la moitié des recruteurs interrogés (48%) a déjà contacté un candidat via un réseau social – qu’il s’agisse d’un réseau social professionnel, personnel, ou d’un blog. Cependant, ce chiffre global est à pondérer par la sur-représentation des consultants en ressources humaines, qui sont 71% à avoir déjà approché quelqu’un par les réseaux sociaux. Au final, 22% des recruteurs ont effectivement embauché quelqu’un qu’ils avaient contactés via les réseaux sociaux.

Bilan recrutement

Mais il ne s’agit pas d’un recrutement à grande échelle : 65% des recruteurs ayant finalisé une ou plusieurs embauche via les réseaux sociaux ont ainsi recruté moins de 5 personnes.

On retrouve la notion de profil pénurique, puisque ces recrutements ont en majorité concerné des commerciaux, à 54%, suivi par des postes de direction, d’ingénierie et d’informatique. A contrario, les métiers du marketing et de la communication, dont les candidats sont très représentés, n’ont intéressé que 22% des recruteurs. Les cadres sont, de loin, les profils les plus recrutés sur les réseaux sociaux : ces derniers ont en effet été impliqués à 94% dans les embauches !

Recrutement et réseaux sociaux

Et du côté des candidats ? Tous réseaux sociaux confondus, seuls 3% des répondants de notre enquête utilisateurs ont été recrutés par ce biais. Sans surprise, c’est Facebook qui offre les moins bonnes retombées (1 %) : logique, puisqu’il s’agit d’un réseau personnel. Le blog professionnel a le meilleur taux de transformations, 5% des blogueurs emploi ayant été recrutés par ce moyen.

Conclusion

Les réseaux sociaux, s’ils sont désormais connus par la majorité des personnes, sont loin de constituer un moyen primordial pour le recrutement et la recherche d’emploi. Les résultats de notre enquête indiquent qu’ils jouent davantage le rôle d’un outil complémentaire, mais pas central. En premier lieu, les réseaux sociaux personnels ou professionnels ne sont pas jugés d’une importance cruciale. Un constat confirmé par le faible nombre de recrutements ayant effectivement été finalisés par ce biais. Bien qu’ils représentent un outil à prendre en compte, notamment pour des questions de visibilité et de réputation en ligne, ils ne sont pas utilisés massivement, et jouent davantage à la marge. Ils concernent en effet des profils très ciblés, pénuriques, difficiles à chasser autrement.

L’utilisation des réseaux sociaux dans le recrutement et la recherche d’emploi reste un sujet à suivre, et dont l’évolution est très intéressante. Très prochainement, nous vous livrerons davantage de résultats sur la deuxième édition de l’enquête RegionsJob à ce propos !

Commentaires

  1. Simon
    18 mai 2011 - 11h54

    Super bon dossier : la conclusion montre bien que quelque part la maturité du modèle « social » est encore loin de notre réalité matérielle :) ouf !

  2. LeCanard76
    18 mai 2011 - 17h20

    3 % d’internautes (inscrits) ont trouvé un emploi par les réseaux sociaux… Mieux que rien mais quelle réalité minable ! Le rêve du relationnel est loin d’être porteur pour un job. Le plus grand intérêt en est donc la curiosité qu’ils permettent d’exercer par les DRH et autres… sur l’ensemble d’une population demandeuse de travail.

  3. loutro1990
    18 mai 2011 - 19h09

    Ne pas se décourager, nous n’en sommes qu’aux prémices. Et d’ailleurs, les choses bougent énormément en ce moment. RV dans 1 an, il y a fort à parier que le bilan sera bien différent.
    A mon avis, la question n’est pas aussi simple que ça à cerner car tous les outils sont liés les uns aux autres et il est rare qu’ils fonctionnent seuls. En effet, les annonces d’emploi FB, twitter et des autres réseaux ne servent bien souvent que de vitrines et d’affichages supplémentaires pour les annonces des sites internet, qui sont plus détaillées. Les réseaux sociaux, en matière d’emploi, ne fonctionnent que comme des zones d’affichage. En clair, on repère un tweet qui parle d’une offre, qui renvoit à un blog qui lui-même renvoit au site institutionnel….
    Pour exemple, mon dernier emploi, je l’avais obtenu grace à FB.
    Je n’ai désormais qu’un objectif : être dans les 3% !

5 commentaires supplémentaires

Laisser un commentaire

Il est possible d’utiliser ces balises HTML :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar