Le média des professionnels du digital
Le média des professionnels du digital
Fermer

Les retailers délaissent les applications mobiles au profit des sites web responsive

Thomas Coëffé, le 21 février 2017

Une étude, menée par Episerver au Royaume-Uni, montre que les applications n’ont plus vraiment la cote auprès des retailers. Les pratiques des 100 marques les plus puissantes ont été observées : si 96% d’entre elles ont intégré le mobile à leur stratégie marketing, elles sont de plus en plus nombreuses à privilégier le développement d’un site web responsive à celui d’une application mobile.

L’optimisation du web mobile, une priorité pour les retailers

Selon comScore, l’audience web mobile représente deux fois celle engagée sur les applications mobiles. Fort de ce constat, les retailers ont de plus en plus tendance à optimiser leurs sites web mobiles au détriment du développement d’applications. Ainsi, près d’un retailer sur deux ne propose pas d’application mobile sur iPhone et Android et deux retailers sur trois ne communiquent pas pour promouvoir leur app. À l’inverse, 98% des e-commerçants proposent une version de leur site web adaptée au mobile et 56% disposent d’un site web responsive. Episerver estime que cette tendance est poussée par Google et son format AMP, qui s’avère de plus en plus complet. Les retailers les plus importants ont déjà adopté ce format, dont eBay qui propose 8 millions de pages ainsi optimisées. L’étude Episerver montre également que les retailers redirigent de moins en moins les internautes vers un site web mobile (20% seulement), préférant proposer directement un site web responsive.

Les consommateurs veulent être livrés (très) rapidement

Du côté de l’expérience, les consommateurs s’intéressent plus à la rapidité de la livraison – près d’un tiers souhaite bénéficier de la livraison en une heure – qu’à la possibilité de scanner un produit physique pour l’acheter sur Internet ou la possibilité d’essayer un produit en réalité virtuelle ou augmentée.

L’achat mobile a souvent lieu à la maison

Le fait que le mobile soit de plus en plus utilisé ne signifient pas qu’on achète systématiquement en déplacement. Environ 1 consommateur sur 5 utilise son mobile pour naviguer sur un site e-commerce au travail ou dans la rue. Ils sont près d’un sur trois à utiliser leur mobile dans les transports en commun. Mais c’est à la maison qu’ils utilisent le plus leur mobile en vue d’effectuer des achats (66%).

Des silos encore trop présents en interne

L’étude pointe également du doigt la force des silos au sein des entreprises. 1 marketeur sur 2 doit contacter le département Informatique une fois par semaine pour effectuer des tâches marketing basiques, telles que la modification d’un texte sur une fiche. Les salariés du e-commerce estiment que la compétition entre les CMO et les DSI est encore très marquée, et ne permet pas aux entreprises d’être efficientes.

E-commerce et stratégies mobiles : les chiffres clés

Voici les autres statistiques connues grâce à l’étude Episerver, disponible ici :

  • 38% des retailers ont adopté une stratégie de personnalisation
  • 70% d’entre eux ont une stratégie d’email marketing
  • 28% d’entre eux utilisent des triggered emails pour ré-engager les clients
  • 1 retailer sur 5 intègre un chat sur son site (assistant virtuel ou humain)
  • 17% des consommateurs sont intéressés par l’automatisation des achats récurrents (exemple : cartouche d’encre)
  • 37% d’entre eux estiment que la vitesse du site et l’aisance de navigation constituent un facteur clé pour acheter un produit
  • Ainsi, 43% des consommateurs délaissent les sites e-commerce trop lents
À lire également
campagnes L’importance de la personnalisation de l’expérience utilisateur

Recevez nos meilleurs articles
Commentaires
  1. Mathias dit :

    Merci Thomas pour cet article pertinent et intéressant !
    J’ai téléchargé l’étude mais je ne trouve pas la date précise à laquelle ils ont collecté leurs réponses, ils parlent bien de 2015 au passé et de tendances pour 2017, on suppose donc que c’est 2016 mais quid d’un mois précis? Une idée?

    Merci encore,
    Mathias

  2. Bonjour Mathias, je n’ai pas d’autres infos à ce sujet.
    Effectivement, on peut penser que les données ont été récoltées en 2016, sans plus de précision.
    L’étude, elle, a été publiée en 2017.
    Bonne journée,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *