Enquête sur les réseaux sociaux et le recrutement, les résultats

Nous avons mené du 13 avril au 2 mai dernier une grande enquête sur l’utilisation réelle des réseaux sociaux dans le recrutement. Les raisons étaient simples : dépasser le stade du fantasme pour mettre des chiffres concrets sur cette tendance. Les discours actuels sur le sujet sont fortement divergents. D’un côté, certains s’accrochent au passé et réfutent totalement l’idée d’un intérêt des réseaux sociaux dans le recrutement. De l’autre, on annonce déjà la fin du CV et des sites emploi, sensés avoir déjà laissé leur place à des réseaux aux résultats miraculeux. Ces deux excès sont bien sûr plus drôles que crédibles. Qu’en est-il vraiment ?

2 208 candidats et 157 recruteurs ont donné leur avis et partagé leurs pratiques et leurs résultats. Cette double portée de l’enquête permet de mettre en relation les deux aspects de la réalité et de voir s’ils se rencontrent. Les résultats sont très instructifs.

Oui, les réseaux sociaux sont utilisés dans un cadre de recrutement par les candidats. Il sont 36% à le faire, ce qui n’est pas négligeable. La pratique reste tout de même loin derrière les jobboards (97%), les candidatures spontanées (77%) ou encore le réseau personnel (44%). Phénomène intéressant, les utilisateurs de réseaux sociaux sont beaucoup plus actifs que les autres (utilisation de 4,8 outils pour chercher un emploi contre 3,3). Plus de la moitié des personnes interrogées pense même qu’ils vont prendre de l’importance dans le futur (57%). Ceux qui ont déjà franchi le cap ont une vision plus tranchée (78%).

enquête
Qui utilise le plus les réseaux sociaux dans leur recherche d’emploi ? Les hommes (à hauteur de 40%) plus que les femmes (33%). Ils sont plus nombreux chez les personnes en poste que chez les chercheurs d’emploi. C’est donc visiblement un bon moyen de se placer en veille active. Sans surprise, quand on est issu d’un cursus Communication ou Marketing, c’est devenu une quasi-obligation (53% de présence). Et la barrière de l’âge n’est si grande, même si les 25-34 ans sont plus enclins à s’inscrire (40%). Enfin, il semblerait que la durée des études joue un rôle déterminant, les Bac+54 étant plus de 56% à les utiliser.

La connaissance des différents réseaux sociaux est immense : plus de 50% pour tous (Facebook, Viadéo, LinkedIn, Twitter, les blogs), jusqu’à 92% pour Facebook. Pour l’utilisation, on reste pour le moment cantonné aux plus simples et à ceux dont la portée professionnelle est la plus évidente. Les réseaux professionnels sont donc en tête. 89% de ceux qui utilisent les réseaux sociaux dans leur recherche d’emploi sont inscrits sur Viadéo, 51% sur LinkedIn. Le réseau américain, arrivé il y a peu en version française, semble déjà avoir conquis une bonne partie de la population. Twitter et les blogs sont plus complexes au niveau de l’usage voir de la technique, ils séduisent donc moins, à 15% et 14% d’utilisateurs.

Et Facebook ? Si 92% des personnes interrogées connaissent le service, peu de personnes l’utilisent professionnellement : 6% du panel. Ils sont également peu à le considérer comme pertinent (7% du panel, 8% des utilisateurs). Et seuls 5% des répondants ont été contactés par ce biais. La conclusion à son propos est don,c catégorique : non, Facebook n’est pas adapté à une recherche d’emploi.

Pour finir, il semble que l’identité numérique soit une notion désormais prise en compte par les internautes. Plus des deux tiers des sondés ont fermé leur profil Facebook. 54% vérifient régulièrement les traces qu’ils laissent sur leur nom/prénom sur Google (68% chez les utilisateurs de réseaux sociaux). Ils sont tout de même 8% à savoir qu’un poste leur a été refusé suite à des résultats négatifs en ligne. Les utilisateurs de réseaux sociaux sont moins touchés (5%).

enquête

Reste la question de l’utilité et des résultats. Là encore, les réseaux professionnels dominent (logique), avec 52% des utilisateurs de LinkedIn et de Viadéo qui trouvent un intérêt au service. Les blogs et Twitter ont convaincu presque un utilisateur sur quatre. Là encore, l’utilisation plus compliquée et forcément un peu plus élitiste fait de ces chiffres une demi-surprise : ceux qui ont compris comment cela fonctionne y trouvent un intérêt, pas les autres ! Côté contact, Viadéo et Libnkedin dominent également (56% et 34%) devant Twitter (20% de personnes contactées) et les blogs (12%). Attention, les contacts ne sous-entendent pas la présence de recruteurs, cela peut aussi bien concerner des anciens ou actuels collègues, des clients, des offres de services… Ne reste que la transformation. Et là, les réseuax sociaux s’en portent bien, avec 30% des contacts qui ont abouti sur un entretien téléphonique, écrit ou mail. Mais entretien ne veut pas dire embauche…

Recrutement et réseaux sociaux côté recruteurs

Et du côté des recruteurs ? Là encore, les jobboards dominent largement (88%) devant les candidatures spontanées (80%). Les réseaux sociaux se placent bien, mieux même que chez les candidats, avec 47% d’utilisateurs. Niveau importance, c’est moins çà… Alors que les jobboards sont importants pour 77% des sondés, les réseaux sociaux ne sont utiles qu’à hauteur de 19%. Bien loin du site RH d’entreprise (50%) et des candidatures spontanées (42%). Ce type de support n’est donc pas placé en haute estime. Cela devrait s’améliorer dans le futur, avec un bon à 44% à la question « Dans un futur proche, quels outils auront le plus d’importance pour vos recrutements ? » Mais pas au détriment des autres outils, puisque les jobboards voient leur importance bondir à 87% et les sites RH à 66%. Globalement, seules la presse et le Pôle emploi voient leur importance diminuer à l’avenir.

enquête

L’âge est une variable plus importante chez les recruteurs que chez les candidats. 63% des 25-34 ans ont recours aux réseaux sociaux pour recruter, alors que la part baisse à 27% chez les 45-54 ans. Les hommes (49%) sont toujours plus utilisateurs que les femmes (44%). Les petites entreprises de 0 à 49 employés (67%) sont fortement représentées. Les dirigeants d’entreprise (67%) également, sans doute ceux des PME citées plus haut. Cela s’explique par le fait que les recrutements sur les réseaux sociaux peuvent paraitre gratuits (si on ne tient pas compte du temps homme), et que quand on a deux embauches seulement à faire dans l’année, les réseaux sociaux peuvent tirer leur épingle du jeu. C’est plus difficile quand on a 3 000 recrutements de prévus dans l’année…

Pas de doute, les recruteurs connaissent les réseaux sociaux. Encore mieux que les candidats ! Entre 80% (Twitter et LinkedIn) et 97% (Facebook et Viadéo), c’est énorme. Leur utilisation à titre professionnelle est moins récurrente. Les réseaux professionnels tirent encore une fois mieux leur épingle du jeu (53% pour Viadéo, 28% sur LinkedIn). Twitter a du retard (6%) mais le type de profils qu’on y trouve y est pour beaucoup.Facebook est étonnement haut (12%). La crédibilité accordée reste dans les mêmes proportions : 58% d’opinions positives pour Viadéo, 41% pour LinkedIn, 10% pour Twitter et 7% pour Facebook.

enquête

Qu’en est-il de la googlisation des candidats, fantasme médiatique ultime ? Elle existe mais reste assez limitée : 32% des recruteurs ont avoué faire des recherches nom/prénom sur les candidats qui postulent chez eux. Mais ses retombées sont plus positives que négatives : si 5% des osndés ont avoué avoir écarté quelqu’un à cause des résultats, ils sont 8% à avoir recruté un candidat pour la même raison ! Les retours positifs sont donc majoritaires, voilà qui est rassurant.

La grande différence entre recruteurs et candidats demeure celle des profils recherchés. Si du côté candidats nous avons une majorité de personnes issues de la communication/marketing et une minorité de commerciaux, c’est exactement l’inverse que les recruteurs recherchent. C’est d’ailleurs probablement le principal problème des réseaux sociaux, ils sont peu utilisés par les profils pénuriques qui n’ont aucun mal à trouver un emploi sans passer par eux… Au final, 24% des recruteurs ont tout de même finalisé un recrutement via un réseau social.

Le mot de la fin

Globalement, on peut tirer plusieurs conclusions de cette enquête. Tout d’abord, côté candidats comme recruteurs, ils restent en phase de démarrage. Tout le monde s’accorde à leur donner plus d’importance dans le futur, mais la confiance actuelle reste assez faible. Ils sont pourtant assez efficaces, mais restent cantonnés à une utilisation complémentaire des autres solutions proposées (jobboards, candidatures spontanées). Les réseaux professionnels sont plus utilisés, leur but étant clairement affiché et leur utilisation étant beaucoup plus simple. Ouvrir un profil prend quelques minutes, alimenter un compte Twitter ou un blog est beaucoup plus long. Ces deux derniers outils ont toutefois un succès significatif du côté des candidats et les retours sont globalement bons. La suite est à dessiner, rendez-vous dans quelques mois pour la deuxième édition de notre enquête !

enquete_a_retenir.JPG

OFFRES D'EMPLOI WEB

Concepteur Développeur H/F

CMRE Logiciel, Société de Services du Numérique depuis plus de 40 ans, a 3 établissements situés respectivement à Ceyzériat dans l'Ain (15km de Bourg en Bresse), Arbent (01) et Saint ...

Développeur IOS – Android H/F

Acteur de l'ingénierie informatique depuis 2005, Philaë Technologies répond aux exigences de qualité et de performance des systèmes d'information et de communication autour de 4 pôles d'innovation : AMOA / ...

Alternant Développeur Web H/F

Le CESI recrute, pour le compte d'un de ses clients, un Développeur Web H/F en alternance. Vous intégrerez en alternance la formation diplômante de responsable en ingénierie des logiciels permettant ...

Commentaires

  1. Evy
    21 juin 2010 - 16h18

    Ah ça fait du bien de pouvoir lire une étude sur l’utilité des réseaux sociaux dans la recherche d’emploi et de comparer tout cela. Merci beaucoup pour cette étude complète !

    Ps : 2% des recruteurs ont aVoué (plutôt que aCoué) faire des recherches nom/prénom sur les candidats…

  2. Modérateur
    21 juin 2010 - 16h24

    @Evy : merci, je corrige !

  3. Nadia M.
    22 juin 2010 - 10h14

    Attention aux chiffres, il y a quelques « bugs » dans les indications de tranche d’âge dans le texte, mais ça ne perturbe pas trop la lecture ni la compréhension de l’article, très instructif. Merci!

  4. Pascal
    25 juin 2010 - 17h01

    Voila une étude très intéressante et pertinente.

    Elle permet de situer plus efficacement le rôle et les enjeux liés aux réseaux sociaux dans une recherche d’emploi.

    Merci à l’équipe du Blog du Modérateur.

  5. 7H99
    25 juin 2010 - 17h19

    Parfait, j’en fait la promotion sur le blog Crok Intérim en y ajoutant un volet pour ceux qui souhaitent entreprendre, à défaut d’être employés 😉

  6. VDN
    29 juin 2010 - 10h53

    Merçi pour cette étude très instructive. Enfin on peut vraiment voir quelle est l’utilité de ces plate-formes pour les recruteurs et véritablement réfléchir à leur l’impact dans la recherche d’emploi.
    Bonne continuation.

  7. Marie
    3 juin 2011 - 9h48

    Merci pour toutes ces informations, je fais un mémoire sur l’optimisation du recrutement, et cette enquête est une mine d’or pour moi !

Laisser un commentaire

Il est possible d’utiliser ces balises HTML :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar