Le crowdsourcing au service des serious games

Les serious games constituent un formidable outil dans de nombreuses situations. Ils permettent d’améliorer la formation continue des salariés, ils font connaître les entreprises ou leurs métiers et peuvent dans certains cas assister le recrutement de nouveaux collaborateurs. Mais les jeux sérieux restent assez peu nombreux pour le moment, pour deux raisons principalement.

  • La complexité technique et le coût relatif des serious games,
  • La difficile exhaustivité des scénarios proposés aux joueurs.

Les agences spécialisées dans la réalisation de jeux sérieux ont réussi à minimiser le premier frein. On pense notamment à Dæsign, qui conçoit des serious games pour ses clients. En proposant une technologie semblable pour la réalisation de nombreux jeux sérieux, les prix ont baissé. Mais une fois les problèmes techniques et financiers résolus, un autre soucis persiste : celui des scénarios. Pour qu’un serious game fonctionne, il doit être stable techniquement. Mais il doit aussi être très bien pensé : ses concepteurs doivent imaginer toutes les situations auxquelles le joueur peut être confronté. Si les serious games sont trop simples, ils perdent de leur intérêt. Mais des chercheurs israéliens ont peut être trouvé la solution : utiliser le crowdsourcing pour décupler les scénarios.

Sigal Sina, Sarit Kraus et Avi Rosenfeld prennent en exemple la formation des policiers. Imaginons un serious game pour les former aux recoupements et aux investigations. Les joueurs vont devoir vérifier des alibis, confronter des témoignages, s’assurer que des informations sont exactes… Ces interactions humaines sont particulièrement difficiles à retranscrire au sein de serious games. Et concevoir des alibis crédibles n’est pas aisé, surtout si le programme doit en générer un différent à chaque fois.

Mais les chercheurs ont une solution : utiliser les ressources générées sur Amazon Mechanical Turk, une plateforme de crowdsourcing qui vise à mieux cerner les comportements humains, pour établir des scénarios crédibles. Ils ont vérifié la cohérence de dizaines d’alibis imaginés par les participants. Les scénarios générés par la plateforme ont été jugés suffisamment crédibles pour être utilisés au sein de serious games. Cette technique est d’ores-et-déjà implémentée dans des jeux sérieux réalisés à la demande du Ministère en charge de l’application des lois, pour améliorer les compétences des enquêteurs lors d’interrogatoires. Les chercheurs vont maintenant affiner leur modèle pour que cette technique puisse être utilisée dans d’autres serious games.

Si les serious games vous intéressent, n’hésitez pas à consulter notre ebook sur le sujet : il contient un panorama des serious games, suivi de retours d’expérience d’entreprises.

Recrutement innovant : les serious games from RegionsJob

via le MIT

OFFRES D'EMPLOI WEB

Chef de Projet CRM H/F

22 ans d'existence, plus de 2600 collaborateurs, 137 millions d'Euros de chiffres d'affaires en 2015, Proservia, marque de ManpowerGroup, est un acteur solide et reconnu sur le marché des ESN.Spécialisés ...

Team Leader Cellule Graphique – Intégration Emailing H/F

Associant marketing, création et technologies, Publicis ETO est une agence hybride qui réunit 295 collaborateurs pour 25 millions d'€ de MB en 2015. Spécialisée dans le Marketing Client, ETO conçoit ...

Chargé de Projet Marketing H/F

Disposant d'un réseau national d'agences immobilières et membre d'un Groupe présent sur le marché immobilier depuis plus de 15 ans, son succès repose sur une innovation de logement neuf.Rattaché(e) à ...

Commentaires

Laisser un commentaire

Il est possible d’utiliser ces balises HTML :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar