Le média des professionnels du digital
Le média des professionnels du digital
Fermer

Baromètre : la présence digitale des départements français

Juliette Pignol, le 1 février 2017

1h20, c’est le temps que passent quotidiennement les Français sur les réseaux sociaux. Pourtant, si les marques et les entreprises ont compris l’intérêt de parler à leurs cibles via ces nouveaux canaux de communication, ce n’est pas le cas de toutes les collectivités territoriales. Au même titre que nos administrations essaient de rattraper les pays nordiques en termes de transformation digitale, les départements français essayent aussi de maîtriser à la perfection les outils numériques. Mais tous n’en sont pas au même niveau. A ce sujet, c’est dans les locaux de Facebook France et en partenariat avec l’ADF et l’IFET que Dentsu Consulting a révélé ce matin les résultats de son baromètre sur la présence 2.0 des départements français.

De l’importance de la connectivité des politiques et collectivités territoriales

Dans un contexte où les citoyens ont perdu confiance envers la classe politique, Jean-Jacques Barbaux, Président du Conseil Départemental de Seine-et-Marne et de l’IFET (Institut pour la Formation des Élus Territoriaux) explique la nécessité pour les politiques « d’apprendre et de se modéliser aux réseaux sociaux et plus particulièrement à Facebook ». Pour re-crédibiliser le discours politique et donner du concret aux individus, il faut les cibler là où ils sont. Aujourd’hui, 80% des utilisateurs Facebook se connectent via leur mobile, d’où l’importance de la réactivité, du choix de la cible et du moment, de la production de contenus enrichis et d’accroches qui fédèrent. Pour Dominique Bussereaux, Président du Conseil Départemental de Charente-Maritime et de l’Assemblée des Départements de France, « la communication digitale se doit d’être au premier plan dans chaque département » afin que celui-ci puisse être informé à la même échelle qu’un média. « Grâce à l’information digitale, nous avons pu prévenir et agir très rapidement pendant la tempête Xynthia par exemple, d’où l’importance d’être connectés et réactifs ».

Laurent Solly, le Directeur Général de Facebook France, définit la présence de J.-J. Barbaux dans ses locaux comme le symbole que le monde est en train de changer, que Facebook n’est plus seulement un réseau social ni un instrument marketing pour les entreprises, aujourd’hui « c’est l’affaire de tous ». Avant d’ajouter : « l’avenir pour les administrations françaises, les services publics et les collectivités territoriales c’est de proposer des services aussi rapides et intuitif que Uber ou Airbnb ».

Les Alpes, la Sarthe et Paris au top du classement

Dentsu Consulting a réalisé le premier baromètre sur la présence digitale des 101 départements français en se basant sur 3 dimensions d’analyse : la présence générale de chaque département sur les réseaux sociaux, l’existence de dispositifs à destinations des citoyens et enfin la capacité de chacun à présenter des contenus audacieux et pédagogiques. Il en ressort que ce ne sont pas les départements qui ont le budget consacré le plus important qui sont les plus performants sur le digital. L’ensemble des départements français a bien pris le virage du digital, on constate en effet que 30% des sites départementaux bénéficient d’un référencement parfait puisqu’ils arrivent en première place de la recherche Google.

Mais alors qui réussit quoi ? En termes de maîtrise des outils digitaux ce sont les Alpes Maritimes de part la qualité visuelle de leur site et de leurs contenus en passant par leur présence irréprochable sur les réseaux sociaux. S’en suivent la Ville de Paris, le Val d’Oise, la Haute-Garonne et l’Isère.

Concernant la qualité des contenus mis à disposition, c’est la Sarthe et son site aux articles fournis, son agenda culturel et ses études format PDF qui rafle le titre. Viennent ensuite les départements du Val de Marne, la Ville de Paris, le Val d’Oise et l’Isère.

Enfin, le département qui a le meilleur dispositif de dialogue avec les populations est la Ville de Paris, puis la Gironde, l’Essonne, la Sarthe et l’Ain.

La Ville de Paris, à la pointe de la démocratie participative

Si les départements de l’Eure et l’Ain ont mis en place des applications pour discuter avec les citoyens, c’est sans aucun doute la Ville de Paris qui a supplanté tout le monde en termes de démocratie participative. En effet, le site web de la ville propose un espace dédié aux débats participatifs ainsi que des moyens simples d’interagir avec l’administration. Dans les prochains mois, nous devrions aussi voir arriver un lieu dédié aux applications web ou smartphone visant à redonner du pouvoir aux citoyens, ou plus simplement à améliorer leur vie quotidienne et leurs relations avec l’administration (inspiré du Civic Hall de New York).

Infographie : les résultats du baromètre

Recevez nos meilleurs articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *