Le média des professionnels du digital
Le média des professionnels du digital
Fermer

Yik Yak : quelle stratégie de déploiement pour la France ?

Fabian Ropars, le 5 décembre 2016

Peu connue en France, l’app Yik Yak connait un important succès aux USA où plusieurs dizaines de millions d’utilisateurs utilisent cette messagerie géolocalisée. Elle a notamment eu un succès très important sur les campus universitaires, avant de se propager dans le reste de la population. L’app commence à communiquer en France et cherche maintenant à se développer dans l’hexagone. Nous avons cherché à en savoir plus sur la stratégie mise en place derrière ce lancement français en interrogeant Lucile Carré, en charge de ce projet.

yikyak

Pouvez-vous vous présenter et nous en dire plus sur votre rôle chez Yik Yak ?

Je m’appelle Lucile Carré, et je suis depuis juillet marketer international et responsable du lancement de Yik Yak en France. Mon rôle consiste à promouvoir Yik Yak auprès des Français et faire vivre la communauté.

Yik Yak est populaire aux USA mais relativement inconnue en France, pouvez-vous nous présenter l’app ?

Yik Yak est un réseau social basé sur l’emplacement et utilisé principalement par les 18-25 ans. L’application vous permet de discuter avec les utilisateurs, ou Yakkeurs, se situant dans un rayon de deux à quatre kilomètres. Si les utilisateurs changent d’emplacement, ils verront donc des posts, ou yaks, des utilisateurs dans cette nouvelle zone.

Quelles sont ses spécificités par rapport à d’autres acteurs comme WeChat, Twitter ou Snapchat ?

Yik Yak n’est ni un concurrent de Twitter ni une nouvelle application de chat. Yik Yak est une application géolocalisée. Elle vous connecte uniquement avec les personnes se trouvant autour de vous. Elle permet également aux utilisateurs de s’exprimer librement en publiant des Yaks (post de 200 caractères) de façon anonyme si ces derniers ne veulent pas révéler leur identité.

En utilisant Yik Yak vous pouvez donc voir les personnes qui se trouvent autour de vous, lire ce qui se dit autour de vous, quelles sont les choses les plus intéressantes que les utilisateurs racontent, et qui sont les Yakkeurs les plus influents de la région. L’expérience est unique et différente de toutes les applications déjà existantes.

Vous arrivez en France, comment va s’organiser ce lancement ?

Nous sommes déjà en France ! Nous avons tout d’abord commencé par étudier le marché. Ensuite nous avons recherché des collaborateurs pour notre campagne marketing (agences marketing, influenceurs, ambassadeurs, bureaux d’étudiants, etc.). En parallèle nous avons revu toutes les traductions de l’app, validé auprès de nos ambassadeurs les meilleures interprétations possibles de notre glossaire et catégorisé tous les mots “critiques” que notre modérateur analyse à chaque fois qu’un utilisateur soumet un Yak.

Le paysage d’apps est de plus en plus saturé, a fortiori dans la messagerie, quels leviers seront actionnés pour vous faire connaître ?

Tout d’abord je souhaite rappeler que Yik Yak n’est pas un outil de messagerie mais un réseau social. Pour nous faire connaître en France nous utilisons différents leviers marketing.

Nous étions dans certaines universités franciliennes avec notre mascotte “le Yak” où l’on échangeait des chaussettes Yik Yak contre des téléchargements. Nous collaborons aussi avec des ambassadeurs présents dans chaque campus pour promouvoir Yik Yak de façon continue. Nous avons également mené quelques campagnes digitales sur les réseaux sociaux (pubs digitales et micro-influencing).

Quels sont les objectifs du lancement en France ? Yik Yak peut-il devenir une app phare dans le paysage français ?

L’objectif principal de Yik Yak en France est d’offrir une plateforme locale aux jeunes afin qu’ils puissent partager leurs pensées, leurs sentiments et leurs observations sans la peur d’être jugé. Les jeunes et adolescents français souhaitent étendre leurs réseaux personnels, et manifestent le désir de parler et de se confier. C’est ce que Yik Yak peut leur offrir : les aider à découvrir et à rencontrer de nouvelles personnes, en fonction de ce qu’ils font, de ce qu’ils aiment, du lieu où ils sont, de leurs croyances et de leurs opinions. C’est une communauté basée sur l’intérêt commun, où ils peuvent s’exprimer librement, découvrir de nouvelles choses, rencontrer de nouvelles personnes et naviguer entre le réel et le virtuel en toute transparence.

Aux USA, Yik Yak a été lancé sur les campus universitaires puis s’est propagé dans le reste du pays, est-ce que de telles actions peuvent fonctionner en France ?

Nous avons déployé la même tactique en France, comme dans d’autres pays tels que le Brésil, l’Indonésie, l’Espagne, l’Allemagne et l’Italie. Dans les facultés françaises, le sentiment d’appartenance à une communauté est beaucoup moins ressenti que sur les campus aux USA. Cependant les 18-20 ans (les Freshers comme on les appelle en Anglais), éprouvent davantage le besoin de se connecter aux autres et de faire de nouvelles rencontres virtuelles et réelles. Il est donc pertinent pour nous, d’aller à leur rencontre dans les universités et leur présenter Yik Yak.

Est-ce que les marques utilisent déjà l’app ? Sous quelle forme ?

Pour le moment pas vraiment. Nous voyons parfois certains bars et organisateurs d’événements faire la promo de leurs soirées auprès des utilisateurs mais cela reste rare. Aux États-Unis et en Angleterre, Yik Yak collabore avec des médias comme la BBC ou le magazine Cosmopolitan pour mener des sondages auprès des 18-25 ans sur différents sujets comme par exemple la participation des jeunes américains aux élections électorales.

Recevez nos meilleurs articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *