Le média des professionnels du digital
Le média des professionnels du digital

Twitter et les réseaux sociaux signent-ils la fin de la blogosphère ?

Flavien Chantrel, le 30 novembre 2009

high techLa blogosphère a considérablement évolué en quelques années. Annoncée pendant longtemps comme le nouveau média de l’influence, elle a longtemps porté les espoirs d’une démocratisation de la prescription. Le consommateur moyen deviendrait un leader d’opinion à son échelle dès lors qu’il ouvrirait un espace d’expression en ligne. La montée en puissance de ce type de supports a laissé des traces dans l’inconscient collectif, les références à la « blogosphère » dans les médias étant toujours aussi nombreuses. Les choses ont bien changé ces derniers mois. Les dernières semaines semblent même marquer un tournant. Le nombre de liens postés, carburant du blogueur, est en forte baisse chez beaucoup si j’en crois l’indicateur de Wikio. Le nombre de commentaires serait également en baisse. Les échanges prennent visiblement d’autres tournures. Sans parler des fameuses histoires de monétisation et de la (future) prise de conscience sur l’intérêt limité des marques et des agences à infiltrer un milieu qu’elles connaissent mal. Mais alors, qu’en est-il de la blogosphère ?

Nous n’assistons pas, bien sûr, à la disparition de la blogosphère, mais à une mutation des échanges et des communautés. Premier constat, c’est bien la blogosphère high-tech qui évolue en premier. Les échanges se sont fortement délocalisés. Premier coupable, Twitter. Le réseau de micro-blogging a fortement impacté les habitudes de beaucoup. Les RT ont remplacé les backlinks, le compte Twitter s’est substitué au blog en terme d’influence et d’e-reputation. Certains ont donc déserté le blog pour se consacrer pleinement à Twitter. Cela explique l’activité en baisse sans pour autant causer un déficit de trafic. Twitter ne fait qu’aiguiller vers les contenus, ces derniers restant indispensables. Le nombre de doublons est par contre moins important, les news vues autrefois partout étant tout simplement moins reprises, les premiers à s’emparer de l’info deviennent référents et les copiés/collés perdant beaucoup de leur intérêt une fois que l’information s’est propagée sur Twitter. Ce sont bien les échanges qui diffèrent : liens et commentaires ont fait leur temps. La motivation est donc parfois plus difficile, de même que l’analyse des retours et l’esprit d’antan. La blogosphère existe moins dans certains secteurs.

Twitter n’est pas le seul coupable, les réseaux sociaux et Facebook participent également à ce glissement et à l’éclatement des échanges. Mais comme souligné plus haut, c’est principalement les blogs high-tech qui ont souffert de ce transfert. Les nombreuses autres blogosphères n’en sont que plus visibles : politique, blogs féminins, BD, … Les geeks se sont donc fait avoir à leur propre jeu ! Si la blogosphère n’est plus vraiment la même, il reste bien sûr les cercles de connaissance. Les échanges se font donc par affinité entre « blogopotes » ou de manière indirecte sur d’autres réseaux. Comment faire donc pour rester en contact avec la communauté qui nous intéresse ? Prenons le cas de la blogosphère emploi. Les échanges par blogs interposés existent (fort heureusement) encore. Pour optimiser sa présence et ses discussions, il convient toutefois de réorganiser son activité en ligne. Le blog devient la plaque centrale de sa présence mais doit être complété par d’autres outils. Il est important de repérer les endroits fréquentés par les membres de sa communauté pour les rejoindre. Réseaux sociaux professionnels, Facebook et Twitter dans ce cas précis ! Les interlocuteurs restent toujours plus disponibles sur le web, il suffit d’aller à leur rencontre. Une fois en contact avec ces personnes, vous pourrez continuer à échanger, à faire passer vos infos, à en trouver et à développer votre réseau. Publier du contenu reste forcément une priorité (et la base de la plus-value apportée) mais les biais de publicisation se sont multipliés. Il est simplement temps de changer les critères d’analyse.

On va donc assister soit à une changement étymologique du mot blogosphère, qui deviendra une manière d’illustrer les communautés au sens large sur plusieurs supports, soit à l’apparition d’un autre terme plus général. A moins que la blogosphere ne se restructure et renaisse de ses cendres ? Quoi qu’il en soit, avoir une activité sur le web pour gérer au mieux son identité numérique et ses prises d’informations est plus que jamais d’actualité. Les moyens ont évolué, la fin reste la même. A vos outils !

Billet inspiré d’échange Twitter avec Mr Xhark et Weetabix

Recevez nos meilleurs articles
Commentaires
  1. Camille A dit :

    Bonjour,

    Merci pour cet article qui pose les bonnes questions sur les possibles changement d’usages sur le web.

    Je suis tout à fait d’accord sur le constat des backlinks, je m’en suis aperçus après seulement 1 mois de Twitter ! Hausse des visites, baisse des liens…

    De même, les commentaires sont de + en+ laissés par le biais d’autres outils de socialisation. A force, ne court on pas vers une certaine stérilité des échanges en nous enfermant dans une micro-communauté accessible des seuls initiés ?! Je ne l’espère pas en tout cas…

    Merci pour ces réflexions du lundi 🙂

  2. Modérateur dit :

    @Camille : stérilité, peut-être… A force de devoir jongler entre différents réseaux, on limite les bénéfices de la présence en ligne… D’où l’importance de bien filtrer et de ne pas s’éparpiller, en ciblant les réseaux importants et les groupes d’utilisateurs qui nous intéressent (professionnellement ou personnellement). L’heure n’est plus au quanti mais au quali, et çà c’est déjà pas si mal…

  3. Véronique dit :

    Merci pour cette analyse qui s’adresse à plusieurs niveaux d’utilisateurs et peut être bien utile du côté des blogs emplois. En ce qui me concerne, j’apprécie toujours autant de bloguer. 😉

  4. Pauline dit :

    tout à fait d’accord pour dire que twitt et facebook nous font diminuer nos commentaires. Je trouve cela très dommage. en ce qui me concerne, je préfère largement le contexte blog que le contexte twitter. (pis d’abord, j’y comprends pas grand chose). je trouve les blogs bien plus captivants.

  5. Mr Xhark dit :

    Très bon résumé et synthèse de la situation. Nous assistons effectivement à de nombreux changements que peu de monde sinon personne n’avait vu venir à l’avance.

    De nombreux indicateurs tels que ceux de Wikio permettent de mesurer ces changements, mais ces outils devront également s’adapter pour capturer et suivre ces nouveaux mouvements.

  6. schloren dit :

    remarque sur la forme : mettre des passages en gras pour signifier… (quoi au fait ?) est totalement inutile et insupportable. Soit on lit le texte et on n’en a pas l’utilité, soit on ne lit que ce qui est en gras et ça n’a aucune signification. Ou alors ça m’échappe complètement.

  7. Modérateur dit :

    @schloren : toutes les remarques sont les bienvenues, je la prendrais en compte.

  8. frame dit :

    Ca renvoie encore et toujours à l’excellent article de Narvic sur le web de flux et le web de fond. Néanmoins, on voit bien comment certains blogueurs vont avoir recours à la logique du scoop pour stabiliser une audience qui ne durera que le temps de leur blog. Il faut aussi relativiser car le trafic issu du référencement naturel est très souvent plus qualifié que celui ramené par les médias sociaux (tout dépend du thème du blog et de l’article).
    Ca mène à la même conclusion, c’est l’agrégation de contenu qui va en prendre un coup, la création de contenu original est la meilleure solution (et dans certains cas la capacité à créer de la valeur ajoutée).

  9. seoman dit :

    Excellente analyse qui reflète bien l’état actuel de la blogosphère… Twitter n’aurait à mon sens que pointer un état de fait inéluctable 🙂

    @+

  10. teletravailleur dit :

    Encore un article avec le petit outil sympa Wordle 🙂

  11. Franck61 dit :

    Twitter, Facebook permettent certes les échanges mais ne les sécurisent pas pour autant…

  12. FmR dit :

    C’est vrai que l’information se propage de plus en plus vite, les buzz ont d’ailleurs une durée de vie bcp plus raccourcie, on le voit notamment sur les cv vidéos qui circulent très vite mais tombent tout aussi rapidement dans l’oubli. Le quart d’heure de célébrité n’a jamais aussi bien porté son nom.

  13. Thierry dit :

    effectivement le backlink semble obsolète, j’ai une chute important de backlink, je ne sais pas si c’est dû à twitter, mais je constate ce mouvement depuis 3 mois. Cela dit, j’ai également baissé mes émission de backlink peut être pour les même critères. D’ailleurs quelqu’un qui suis mon compte twitter en apprendre peut être plus que sur mon blog! Hummm!

  14. Modérateur dit :

    @Frame : la création de contenu est la meilleure solution c’est sûr, mais encore faut-il savoir le publiciser derrière… Sans Twitter ou Facebook, et avec un blog inconnu des gens « du milieu », ton article, aussi intéressant soit-il, passera la plupart du temps à la trappe. C’est bien le problème.

    @seoman : oui, cela n’a fait qu’accélérer le processus, et fragiliser une communauté qui n’était de toutes façons pas très solide !

    @Pierre Chappaz : oui, ce serait bien que le classement Wikio suive ces évolutions ! Mais çà a l’air prévu… Je vais lire ton billet de ce pas.

    @teletravailleur : rien ne t’échappes 🙂

    @franck61 : tout dépend ensuite du type d’échanges.

    @FmR : oui, il faut mettre cela en relation avec le « temps réel » qui accélère la date de péremption des infos…

    @Thierry : même constat, les backlinks deviennent de moins en moins importants…

  15. weetabix dit :

    Me vlà donc « inspirateur d’article ? »
    et encore sur twitter en 140 caractères, on s’est pas totalement exprimé avec Mr Xhark…

    sinon il est vrai que les BL apportent moins de trafic qu’avant mais qu’un billet twitté, RT fait augmenter l’audience d’un site .. même si c’est passager, celà permet à certains de se faire connaitre…

    Pour rebondir, oui les blogs High Tech ont longtemps cru qu’ils étaient les meilleurs et les plus représentatifs de la blogosphère … les alerter n’a rien changé pour beaucoup qui ont réagi trop tard avec les moyens qu’ils ont trouvé…dommage !

  16. abc moteur dit :

    Très bon article qui permet d’éclairer pas mal de point et qui est toujours valable aujoutrd’hui.

    Merci.

  17. Denis dit :

    Ce qui est impressionnant, c’est l’activité des fils Rss : plus d’un quart des pages consultées sur l’un de mes blogs ! Or les outils de mesure d’audience tels que Google Analytics ne permettent pas d’évaluer ce trafic et le nombre de visites qui lui sont associées. Je suis revenu au bon vieux Awstats. Là où sur la période observée, Piwik renvoie 132 visites uniques, Awstats en dénombre 412 !!!

    Le problème du trafic lié aux fils Rss, c’est qu’on est pas assuré de la lecture du contenu. Mesurer le trafic, c’est encore possible. Quant à l’audience réelle, là, c’est une toute autre histoire, non ?

    De là, à dire que la blogosphère est morte…

  18. Eléonora dit :

    Bonjour Flav…Ayant un blog culinaire, j’avais déjà remarqué depuis quelques mois des changements…d’ou mon dernier billet ou à la fin, je parle peut-être de la mort des blogs vu le comportement nouveau. Il est vrai que c’est un peu comme quand le cd pour détroné le disque est arrivé sur le marché..Au départ bof, bof bof et ensuite on a vu le résultat..Aujourd’hui c’est les réseaux qui ont pris le dessus, je le vois avec facebook…Par contre, je rejoins Denis, on ne voit plus trop sur Google Analytics le nombre de vrais visiteurs…j’ai eu 375 personnes sur un billet au vu de Feedburner et Google Analytics m’en compte 35…On verra à la rentrée ce que cela donnera vraiment…Bonne journée !

  19. Matth dit :

    Facebook constitue une alternative pour le blog de « monsieur tout le monde ». Il y a 4-5 ans, tout le monde ouvrait un blog alors qu’aujourd’hui cela n’a plus forcément d’intérêt.
    Mais pour les blogs les plus importants, je ne vois pas pourquoi les réseaux sociaux changeraient la donne.

  20. julien dit :

    Merci Flavien pour ce résumé et d’avoir souligné que le blog devient la plaque centrale de sa présence mais doit être complété par d’autres outils.
    @+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *