Témoignages : ils ont été recrutés grâce à leur présence en ligne

On parle beaucoup de présence en ligne, d’identité numérique, d’e-réputation… comme facteurs pouvant faciliter la recherche d’emploi. Mais qu’en est-il exactement ? Nous avons posé des questions à plusieurs personnes ayant été contactées par des recruteurs suite à leur présence en ligne, dans le cadre de notre débat du mois sur l’identité numérique. L’occasion de voir comment, concrètement, son activité en ligne peut mener à une embauche. Nos interviewés ont également de très bons conseils à vous apporter, si vous souhaitez suivre leurs traces !

Un grand merci à toutes les personnes ayant gentiment accepté de témoigner !

Les secteurs et les outils concernés

Ce n’est pas un grand scoop : lorsque l’on recherche un travail dans la communication, particulièrement dans le Web, avoir une bonne présence en ligne se révèle efficace. Sans exception, les personnes qui ont répondu à nos questions sont community managers, chargés de communication, de webmarketing, de référencement… Nous avons lancé notre appel à témoignages sur Twitter, le support utilisé explique cette sur-représentation ! Mais lorsque l’on exerce un métier tel celui de community manager, trouver un poste grâce au médias sociaux, c’est « finalement assez logique« , rappelle J.

En ce sens, les diverses expériences de Thibaud sont intéressantes : il est parvenu à trouver différents stages et emplois grâce à sa présence en ligne, et les supports étaient différents selon les postes visés. Viadeo et LinkedIn lui ont ainsi permis d’être approché principalement par des PME, tandis que Twitter lui a apporté des contacts dans le domaine des médias sociaux, qu’il s’agisse d’agences ou d’annonceurs. Les personnes que nous avons interrogées ont d’ailleurs été contactées sur divers supports : Twitter, les réseaux sociaux professionnels, Doyoubuzz… Nils est allé plus loin dans sa démarche : « J’ai acheté mon nom de domaine – http://www.nilstalibart.fr – et mis en ligne un site de quelques pages avec mon CV et une courte description de mon expérience. Le référencement naturel étant mon domaine de prédilection, j’ai réussi à positionner correctement mon site sur quelques mots clés intéressants, et ce sans pour autant véritablement travailler l’acquisition de backlinks, mais avec un site a priori correctement optimisé et codé. Ma responsable m’a donc trouvé par une recherche sur Google. Elle m’a envoyé un mail pour me demander si la mission m’intéressait, puis j’ai passé un entretien et j’ai été pris. »

La présence en ligne : un allié pour la recherche d’emploi

  • Visibilité accrue et mise en relation simplifiée

Pour quelles raisons la présence en ligne de ces candidats leur a-t-elle permis de trouver un emploi ? Les personnes que nous avons interrogées relèvent plusieurs avantages. Tout d’abord, les médias sociaux sont, par nature, des supports sur lesquels « les mises en réseau et en relation sont facilitées auprès des annonceurs et des recruteurs », comme l’indique F. Nathalia surenchérit : ils ont été pour elle un « moyen de communication interpersonnel« . Candidats et recruteurs se trouvent davantage sur un pied d’égalité, ou, tout au moins, ils peuvent être en contact relativement facilement. De plus, la construction d’un réseau professionnel intéressant, qui est souvent le corollaire d’une présence en ligne réussie, joue beaucoup en la faveur de ces candidats, comme en témoigne L. : « Je faisais beaucoup de veille depuis près de 2 ans, échangeais beaucoup avec d’autres twittos. J’avais évoqué un jour que je cherchais à changer de boulot, je n’avais pas eu de retours. 2 mois plus tard, l’un de mes contacts m’a demandé si je cherchais toujours, puis tout s’est enchainé, l’entretien, ma démission, ma prise de poste. »

Non seulement les mises en relation sont simplifiées, le candidat étant rapidement contactable de manière plus informelle, mais une présence en ligne efficace rend celui-ci bien plus visible. C’est cette visibilité accrue qu’évoque Nils, qui a trouvé un stage grâce à son activité en ligne, avec un brin de provocation :  » Alors que mes camarades de promo envoyaient CV et lettres de motivation ou se pressaient sur les forums de recrutement, je n’ai rien eu de tout cela à faire : je ne suis pas allé directement vers les recruteurs, ce sont eux qui sont venus à moi. » Même son de cloche chez Catherine :  » J’ai été contactée directement, ma présence en ligne a véritablement travaillé pour moi. Les recruteurs venaient à moi car je me suis rendue extrêmement visible à cette période. » En outre, cela place le candidat dans une position plutôt agréable : « C’est assez étrange car les rôles s’inversent dans un premier temps : C’est le recruteur qui a dû me vendre les mérites de son entreprise et me convaincre de venir travailler dans son équipe. « , explique-t-elle.

  • La mise en avant de ses compétences

L’une des raisons pour laquelle il est intéressant de s’assurer une bonne activité en ligne, c’est la mise en avant de son expertise et de ses connaissances. Que ce soit au travers d’un blog professionnel bien alimenté, d’une veille efficace diffusée sur Twitter ou ailleurs, tous les moyens sont bons pour montrer sa curiosité et ses compétences. C’est ce qu’a expérimenté Paul : « J’ai développé un fil Twitter pour partager ma veille personnelle dans le domaine des transports et de la mobilité. Démarré de manière active en septembre 2010, j’ai établi de nombreux contacts dans ce milieu et rencontré de nombreux interlocuteurs IRL. Suite à une opportunité, j’ai intégré Gares & Connexions début juillet 2011« . Une mise en avant de connaissances pointues dans un domaine bien particulier, voilà qui est une bonne idée ! Et qui a permis à Paul de trouver un emploi dans un domaine qui le passionne.

Thibaud a également réussi à décrocher deux postes de cette façon, directement à la sortie de ses études: « La présence en ligne permet d’être beaucoup plus visible pour les entreprises et permet aussi un meilleur référencement sur des termes précis« . En travaillant le référencement de son CV sur l’une des ses passions, il est parvenu à être très visible sur un secteur précis : le poker ! Mais il a pris soin de bien optimiser ses présences : « La présence multi-supports sur les réseaux sociaux permet une meilleure visibilité sur internet pour un candidat. L’optimisation de ces profils en ligne a été aussi déterminante, tant sur les points du référencement, que sur les aspects différenciants de mon CV (compétences, thématiques abordés, réseaux, etc.Etre sur les réseaux sociaux ou sur des plateformes spécifiques ne suffit pas, il faut optimiser ces plateformes pour mettre mieux en valeur son profil et ses compétences« 

Réseaux sociaux

Quand l’emploi est l’heureuse conséquence de sa présence en ligne…

Cela peut être un peu surprenant : quasiment toutes les personnes que nous avons interrogées se sont vues proposées un poste alors que ce n’était pas le but premier de leur présence en ligne. Mention spéciale à Nathalia, dont l’histoire est tout simplement étonnante : « J’ai mis une annonce sur Viadeo pour la vente de mon appartement. Mon président actuel n’était finalement pas intéressé mais il est allé regarder ma fiche professionnelle et a vu le profil de poste que je recherchais, qui correspondait justement à ce qu’il recherchait« . Sans aller jusqu’à cet extrême, il est vrai que la plupart des témoignages concordent sur ce point : l’activité en ligne n’avait pas pour principal objectif la recherche d’emploi. Pour Catherine, contactée par des recruteurs à plusieurs reprises : « Ce n’était pas un but recherché la première fois. Je ne m’y attendais pas du tout. Mais du coup, après ça, je me suis vraiment préoccupée de mon « image » et ma présence en ligne. Je ne crois pas me tromper en disant qu’en gérant ma visibilité en ligne, une proposition sur trois a été initiée par le recruteur. »

Ils sont d’ailleurs nombreux à parler de conséquence heureuse, comme Paul « Ca a été une conséquence indirecte de mon implication. C’est un facteur intéressant mais ce n’est pas l’unique critère. » L. est un peu plus catégorique : « C’est une conséquence indirecte. Je ne pense pas que Twitter dans ce but fonctionne. » Pour F., il s’agit plutôt d »une conséquence indirecte car je n’étais pas en veille active à ce moment là. Je n’étudiais que les propositions « entrantes ».

Ce qui intéresse les recruteurs

Ici, comme dans bien d’autres domaines : le contenu est roi ! Pour beaucoup, leur veille a été un élément déterminant dans l’approche par les recruteurs. Même si cela ne colle pas tout à fait au secteur d’activité de l’entreprise, comme l’indique J : « Le fait d’avoir un contenu, une ligne éditoriale sur mon compte. Cela ne correspondait pas du tout à l’entreprise mais la personne a pu voir que j’avais une ligne directrice et que je m’y tenais.  » Cela va de pair avec la mise en avant de ses compétences. Même chose pour L. : ce qui a intéressé les recruteurs, c’est « ma curiosité, ma veille, ma façon d’échanger et d’être au courant de plein de trucs.« 

Le lien avec l’activité du secteur est primordiale. C’est ce que remarquent de nombreux recruteurs : le candidat s’exprime en ligne sur des sujets en rapport avec l’entreprise, c’est un bon signe ! C’est ainsi qu’a été repéré F., le recruteur a vu un « lien direct avec le secteur d’activité dans lequel j’évolue : internet, ecommerce, présence en ligne… et donc une connaissance de ces acteurs.  » Tout comme Catherine : son recruteur « recherchait quelqu’un qui savait écrire et s’y connaissait en web 2.0. et réseaux sociaux. S’étant renseigné sur moi sur la toile en amont, il avait vu que j’avais rédigé quelques articles et quelques communiqués de presse. » Ce que résume très bien Thibaud : « La présence en ligne passe par beaucoup de facteurs, mais la prise de parole et le partage de contenus sur une thématique connexe à l’emploi visé intéresse également l’entreprise lorsqu’elle choisie un candidat. Cela montre également une certaine expertise supplémentaire que le candidat peut avoir dans le domaine« 

La présence en ligne en elle-même est également un bon signe, si vous souhaitez travailler dans le web, c’est même l’inverse qui serait étonnant. C’est ce qu’explique Nils : « Ma responsable souhaitait trouver quelqu’un pour faire du référencement naturel : quoi de plus logique, donc, que de trouver cette personne par une simple recherche sur Google ! »

Des conseils pour optimiser sa présence en ligne

Vous souhaitez maximiser vos chances d’être visible et optimiser votre présence en ligne en vue de trouver le job de vos rêves ? N’hésitez pas à suivre les conseils de ceux qui ont réussi !

  • Etre cohérent

Inutile de vouloir être partout à la fois, au risque de finir par être vraiment présent nulle part… C’est ce que conseille F. : pour lui, il faut « choisir les réseaux sur lesquels on veut apparaître : à sélectionner en fonction de son secteur d’activité et de ses « cibles ». Ne pas s’éparpiller sur de nombreux réseaux : plus de temps à mettre à jour les profils, à conserver une cohérence quel que soit le support. Il vaut mieux publier peu de contenu mais de qualité plutôt que de vouloir en mettre beaucoup.  » J. ne dit pas autrement : « définissez un contenu, une ligne que vous suivrez sur ces comptes » La cohérence passe également par une bonne segmentation entre privée et pro, comme le rappelle justement Farah : « bien séparer sa vie personnelle (histoire d’amour, ses hobbies de passer tous les soirs dans une boite) mais ne pas être trop fermé et mettre en avant les intérets (association, voyages – créer un album photos sur flickr de ses séjours par exemple – musique, mettre en place ses créations sur soundhound pour montrer sa créativité..) » Les conseils de Thibaud vont dans le même sens : il faut « se focaliser sur le domaine et la thématique qui vous intéresse par rapport au poste visé. La différenciation est très importante de nos jours avec la concurrence des candidats. Il faut aussi faire très attention également à ce que vous pouvez dire sur le web, votre image est liée aux contenus et aux informations que vous partagez. Donnez des avis incohérents ou insulter des personnes clés va vraiment vous desservir pour la suite.« 

  • Échanger

Ne pas rester seul dans son coin, c’est l’une des clés de la réussite. Savoir s’appuyer sur sa communauté, c’est aussi savoir échanger, aider, partager… C’est le maître mot de L : « Echanger! Ne pas se contenter de diffuser des liens (surtout ceux de son propre blog), renvoyer l’ascenseur à ceux qui peuvent vous aider en ligne. » Et J. confirme : « N’hésitez pas à vous faire connaître grâce à certains blogs, communautés, et n’hésitez surtout pas à solliciter l’aide des internautes. La gentillesse de certains dans la recherche de mon emploi m’a fortement surpris« . Et pas forcément en ligne uniquement, rappelle Thibaud : « partager et de participer à des discussions, groupes, réunions, etc. pour développer son réseau et se faire connaitre online, mais aussi offline (car c’est principalement là que les liens les plus efficaces se créent).« 

  • Construire

S’assurer une visibilité efficace, cela prend du temps ! Il n’y a pas de recette miracle. Nils l’explique : « Être présent en ligne, cela prend du temps : il ne suffit pas de s’inscrire sur Viadeo ou LinkedIn puis d’espérer que les offres tombent. Il faut prendre soin de compléter entièrement son profil, de le mettre à jour régulièrement ensuite, mais également de bien choisir l’intitulé de ce profil afin de correspondre aux recherches /mots clés des recruteurs. Faire cela, c’est déjà une bonne première étape de franchie, mais il est ensuite possible de se démarquer et de se faire remarquer : avec un site ou un blog personnel, un compte Twitter actif, en participant aux hubs ou groupes sur les réseaux sociaux professionnels, etc. Bref, soigner son identité numérique, c’est un boulot à part entière !« 

La construction passe également par une optimisation du référencement. Catherine a ainsi procédé de cette façon : « Il faut « référencer » ses CV en ligne de la même façon qu’on le ferait pour un site internet. J’ai casé des tags et des mots-clés partout. . J’ai mis à jour mon CV et mes infos aussi souvent que possible pour améliorer mon « référencement » sur DoYou Buzz, Linkedin, et les autres. Aujourd’hui, j’invite même mes amis à créer leur blog. » Une optimisation qui va jusque dans les moindres détails : « Pour ce qui est du CV, présentation de soi en terme professionnel, je conseille aux gens de regarder d’abord les offres d’emploi qui les intéressent, de capter les mots clés dans « Profil recherché » et s’ils se reconnaissent, de les utiliser pour créer leur profil (linkedin, viadéo, doyoubuzz) et d’utiliser le même intitulé du poste pour le titre de son CV pour être mieux référencer par les recruteurs. Par exemple, ne pas mettre « intégratrice » mais « Intégrateur » même si on est une fille.« 

Conclusion

Etre recruté grâce à sa présence en ligne, c’est possible ! Cela nécessite de bien travailler ses prises de parole et son profil, sans pour autant négliger les manières traditionnelles de recherche d’emploi. Optimiser son identité numérique sera de toute façon positive à plus d’un titre : construction d’un réseau, mise en avant de ses compétences, veille régulière qui permet de continuer à apprendre… Et, pourquoi pas, trouver un travail. Comme l’a très bien compris Thibaud : « Pour terminer, je dirais qu’il faut être tout simplement visible, différent et innovant si vous en avez la possibilité. En bref, faciliter le travail des recruteurs des entreprises ou attirer le regard des personnes à responsabilités. »

Merci aux personnes qui ont participé :

Catherine BathieCatherine Bathie : chargée de communication pour un cabinet de conseil en management, Catherine est à présent responsable communication pour Channel Progress, entreprise proposant des cours en direct sur internet Son compte Twitter : @CatherineBathie

Farah BelkadiFarah Belkadi : Farah est webdeveloper chez Otys, logiciel de recrutement. Son compte Twitter : @f4r4b3l

Nils TalibartNils Talibart : fondateur et webmaster de Stade Rennais Online, bien connu des amateurs de foot, Nils a travaillé pour la start-up Wizbii, réseau social pour étudiants et jeunes diplômés. Son compte Twitter : @nilstalibart

Paul BilainePaul Bilaine : la passion de Paul et sa veille régulière sur l’actualité des transports lui ont permis d’être recruté au sein de Gares et connections, un business unit du groupe SNCF. Son compte Twitter : @pbpbpbpb

Thibaud BrunetThibaud Brunet : community manager RH/chef de projet pour Disneyland Paris, Thibaud a d’abord exercé ses compétences dans le secteur du poker en ligne. Son compte Twitter : @thibaudbrunet

Ainsi qu’aux personnes souhaitant rester anonymes : L., J., F. et Nathalia.

Crédit image : AslanMedia

OFFRES D'EMPLOI WEB

Directeur Associé H/F

Nous recherchons pour notre client, une agence spécialisée dans le digital, un(e) :

Directeur Associé H/F

Vous serez en charge du conseil en stratégie digitale et CRM des comptes ...

Assistant Chef de Produit H/F

C3 Alternance recrute pour l'une de ses entreprises partenaire un Assistant Chef de Produit H/F en alternanceN°1 de la communication digitale locale, propose des contenus digitaux, des solutions publicitaires et ...

Community Manager H/F

Le manager e-commerce, achats et logistique développe la stratégie du site e-commerce, en décidant des différents leviers webmarketing à activer pour accroître le trafic, la notoriété et fidéliser les internautes. C'est ...

Commentaires

  1. ThibaudBrunet
    13 février 2012 - 17h59

    Hello,

    Un très bon article et très bien synthétisé également, vu ce que l’on a dû surement te donner comme informations, x9 par les témoignages. C’est vraiment très clair et il y a également des conseils auxquels je n’avais pas non plus pensé sur le moment et qui ont été utilisés très efficacement par nos collègues.

    J’insisterai également sur un point important, étant maintenant dans le secteur du recrutement, qui est la prise de contact (Attention ! une « vrai » prise de contact avec une petite explication de votre projet, où vous expliquez ce que vous recherchez comme poste précisément et avec un suivi de partages d’informations par la suite si cela se développe) ou simplement la visibilité via linkedin/viadeo/xing/twitter avec les personnes à responsabilités ou les recruteurs des entreprises que vous visez. Bref, comme le disent Paul, L. et J., la visibilité et le partage sont les clés du succès.

    Et aussi, comme le soulignent Catherine et Nils, sur le référencement autour de son profil et plus spécifiquement Doyoubuzz qui est vraiment l’outil incontournable du candidat aujourd’hui. (Un conseil aussi pour le référencement, Google+ se lie de plus en plus à Google dans ses résultats de recherches, il est donc de plus en plus adapté d’y être également).

    Ps: le poker est bien une passion pour ma part, mais c’est plus pour l’expérience du secteur et du métier que j’avais été contacté, il ne faut pas non plus trop rêver… Quoi que? Je pense que faire de sa passion son métier est aussi tout à fait possible aujourd’hui si on s’en donne les moyens ;).

    Merci Flavien pour le gros boulot effectué en tout cas, j’espère que le résultat va pouvoir aider maintenant d’autres personnes. J’espère que d’autres contribueront également en commentaires avec leurs idées et conseils, car je pense que nous sommes encore bien loin de tout le potentiel utilisable du web 2.0 sur ce sujet.

    Thibaud

  2. guena
    13 février 2012 - 19h36

    Super article qui résume tout à fait ce qui m’est arrivé. J’ai été recrutée par la société Balloon via twitter. Le plus étonnant c’était que c’était sur un compte kikoolol que je n’ utilisais que tous les samedis pour lancer des commentaires sur l’émission de Ruquier.
    J’ai plusieurs comptes twitter et celui là ne me servait absolument pas à chercher un emploi, c’était vraiment pour me défouler avec d’autres personnes qui voulaient en faire autant sur des sujets d’actualité ( et un peu pour s
    envoyer des vannes…)

    Et bien un jour Balloon m’a suivie et curieuse, j’ai regardé leur site web et c’est là que j’ai vu qu’ils recrutaient avec la mention  » vous n’entrez dans aucune case mais vous avez du talent, venez nous en parler »

    Je leur ai dit sur twitter:

    Alors comme çà vous recrutez?

    Balloon: Qu’est-ce qui t’intéresse?

    Moi: Community manager ou commerciale ou la catégorie  » je ne rentre dans aucune case mais j’ai de nombreux talents » comme j’ai un profil un peu mosaïque.

    Balloon : Et bien envoies-nous ton CV et ta lettre de motivation.

    Quelques jours plus tard, je suis en entretien et je leur parle de mon parcours personnel et professionnel, de mes différents blogs et de mes identités virtuelles. Le courant passe et voilà!!!

    Quand j’en parle autour de moi, les gens sont médusés. Comment est-ce possible? C’est un fake? lol

    (^-^)

  3. Bernard Martinez
    14 février 2012 - 18h41

    Bonjour,

    C’est très bien de lire partout des conseils sur les réseaux sociaux professionnels, ce qu’il faut faire ou ne pas faire, mais c’est encore mieux d’avoir des témoignages de recrutement. Bravo pour tous ces exemples.
    Comme vous le soulignez très bien, une présence en ligne cela se pense et se travaille : un vrai boulot de com et de marketing.

    Je vous propose 2 autres témoignages de mon blog Emploi 2.0 :
    http://ow.ly/94bMw : Comment Anne à trouvé un boulot dans les assurances sur Linkedin
    et
    http://ow.ly/94cWL : le cas de Léo graphiste,

    J’espère qu’ils vous éclaireront sur votre propre présence sur les réseaux sociaux.

    Cordialement,
    Bernard,

Laisser un commentaire

Il est possible d’utiliser ces balises HTML :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar