Recruteurs et name googling : interview de Christophe Blazquez

christopheChristophe Blazquez est un des recruteurs les plus actifs sur le web. Blogueur depuis 2005, il est également présent sur Twitter, Facebook, Second Life, Viadéo, LinkedIn et projette même de lancer son propre réseau social. Il avait abordé sur Mode(s) d’emploi le thème du blog emploi il y a déjà deux ans. Dans le cadre de notre semaine spéciale, il pose son regard de recruteur sur l’importance de l’identité numérique professionnelle. Quelle est son importance ? A quelles retombées (positives ou négatives) s’expose-t-on ? Quel est l’avenir du CV ? Autant de questions auxquelles il répond dans cette interview. Bonne lecture !

  • Les recruteurs semblent être nombreux à « googler » les candidats lors d’un processus de recrutement. Peux-tu nous confirmer cette tendance ?

Je peux le confirmer à mon niveau. Je le pratique depuis 2005. Le réflexe Google ou name googling (faire une requête sur le nom/prénom d’un candidat) se pratique aux Etats-Unis depuis au moins 2004. Ils ont découvert les outils de web 2.0 avant nous. Selon les chiffres qui circulent, ce serait plus d’un recruteur sur deux qui s’adonnerait à cette pratique outre-atlantique. Je ne pense pas qu’on en soit là en France. Cela se pratique sans doute plus au niveau des petites structures et des chefs d’entreprises locaux. Et pas seulement sur le recrutement ! C’est une habitude prise lors de recherches d’informations sur la fiabilité d’un fournisseur ou d’un nouveau client. Il est nécessaire de la faire avec un certain recul, pour éliminer les traces non pertinentes (homonymes,…) et affiner les recherches. Je n’ai pas le temps de le faire pour tous les candidats lors de mes processus de recrutement. En moyenne, je présente trois dossiers à un client. C’est sur cette short-list que cette recherche est faite. L’intérêt est de trouver la cohérence entre l’identité papier et l’identité numérique. C’est donc de la vérification de parcours. C’est également un bon moyen de trouver des éléments qu’on ne retrouve pas forcément sur le CV, comme les e-portfolios.

  • Quels types de traces peuvent être négatives, ou au contraire positives ?

La première étape consiste à vérifier l’existence d’une vie numérique professionnelle du candidat. Le blog emploi fait partie des outils qui permettent de se démarquer, à condition qu’il soit bien utilisé. Les blogueurs de votre plateforme l’ont d’ailleurs bien intégré ! Les outils les plus puissants pour se constituer une identité numérique professionnelle rapidement sont donc à mon sens le blog et les réseaux sociaux. Ils permettent de profiter de la puissance des plateformes et de bénéficier d’une bonne visibilité sur les moteurs de recherche. Par contre, si le contenu n’est pas travaillé ou médiocre et que la stratégie est inexistante, cela va produire l’effet inverse. La presse s’intéresse beaucoup à ces retombées négatives. Personnellement je ne suis encore jamais tombé sur ce genre de cas, peut-être parce que je fais principalement du recrutement de cadres. Je fais généralement mes recherches de manière positive, pour trouver des compléments intéressants. Dans la plupart des cas, les candidats n’existent pas sur le web. Je ne leur en tiens pas rigueur, ce n’est pas rédhibitoire. Par contre, aux Etats-Unis, un cadre qui n’a pas d’existence numérique devient suspect. Ce n’est pas valorisant car cela signifie qu’il n’intègre pas le web dans ses démarches. Du point de vue déontologique, je n’ai pas le droit de m’intéresser à la vie personnelle des candidats, cela doit rester privé, ce n’est pas en rapport avec le recrutement. Mais plus le temps passe et plus on risque de voir des personnes non retenues à cause de leur présence en ligne (comme cette personne qui s’est vue présenter une photo de son postérieur lors d’un entretien de recrutement). Il ne faut pas non plus tomber dans la paranoïa, la vie numérique n’est pas plus dangereuse que la vie réelle. Le problème est que parfois les gens y sont moins prudents.

name googling

  • Quels conseils donnerais-tu à quelqu’un qui souhaites bénéficier d’une bonne visibilité en ligne ?

L’identité numérique professionnelle concerne exclusivement les données en rapport avec sa carrière. Cela peut se faire avec les blogs emploi (ou expert selon les dénominations), les forums professionnels et le micro-blogging. Il s’agit de ce que l’on exprime, mais aussi ce que l’on fait et de comment l’on se comporte sur les réseaux professionnels. Je dissocie donc les outils personnels et les professionnels. Le blog est un bon outil de départ pour valoriser ses compétences et ses talents. Le réseau social me parait également indispensable pour être visible rapidement et se constituer un réseau. Dans les deux cas, l’avantage pour le recruteur est de pouvoir accéder rapidement à des informations complémentaires importantes. Le CV devient moins discriminant, car il est possible de trouver des sources d’informations ailleurs.

  • Les moteurs de recherche de personnes sont de plus en plus nombreux… Peuvent-ils être des outils intéressants pour les recruteurs ?

Les moteurs de recherches de personnes, à première vue, ne sont pas très pertinents. Ils font des amalgames, notamment au niveau des homonymes. Les photos extraites sont hors-contexte et n’ont pas forcément de rapport avec la personne. Du point de vue personnel, j’ai découvert le service en googlant mon nom, j’ai été déçu par les résultats. Des recherches via Google ou Yahoo sont plus efficaces car elles permettent de croiser des données. Reste à voir leur évolution…

  • L’identité numérique peut-elle concerner les plus jeunes ?

Certains parlent d’enseigner l’identité numérique dans les écoles. Je suis pour. Quand on est enfant ou adolescent, on n’a pas la même maturité qu’un adulte. On est dans la spontanéité, mais les traces vont rester plus tard et certains recruteurs dans 10 ou 15 ans ne feront pas la part des choses. Il est important de sensibiliser les jeunes, d’avoir un rôle pédagogique et éducatif. Internet est un vaste océan, on peut se noyer dedans si on ne sait pas nager. On a tous un capital identité numérique, certains partent donc avec un handicap… Cela peut causer un jour du tort.

ikodz

  • La multiplication des références en ligne mène-t-elle vers la fin du CV ?

Depuis deux ans, je reçois par mail des candidatures spontanées avec uniquement un lieu vers un profil sur un réseau social. Cela peut être une solution. Certains sites comme ikodz permettent de centraliser ses différents profils. Selon moi, c’est l’avenir ! Concernant la fin du CV c’est difficile de donner une date, mais on y viendra. En France, il y a une forte « diplômite » : les diplômes restent primordiaux là où dans d’autres pays les compétences sont centrales. Les recrutements s’y font beaucoup plus souvent sans CV. Il y a des domaines où les CVs traditionnels ont bien vécus : graphistes, webdesigners,… Les formats traditionnels ne sont pas forcément adaptés à ce type de postes, là où une présence en ligne en dit beaucoup. Quelqu’un qui n’a pas d’existence numérique aujourd’hui, surtout s’il est cadre, doit commencer à sérieusement y réfléchir.

  • Pour finir, abordons tes activités sur le web. Quelles ont été les retombées ?

Je me suis d’abord inscrit sur LinkedIn en 2004. Le blog est arrivé en 2005. Je m’y suis intéressé dans le cadre de l’accompagnement que je faisais auprès de cadres en recherche d’emploi. On commençait alors à parler du blog, j’ai voulu tester l’outil avant le conseiller. En 2006, ce fut au tour de Viadéo. J’ai été un des tous premiers recruteurs sur Second Life dès 2007. Ajoutons enfin Twitter en 2008. Le prochain projet est de lancer mon propre réseau sous Ning afin de rassembler mon lectorat et de proposer une plateforme d’échanges plus personnelle. Tout cela m’a apporté beaucoup de visibilité. Le bénéfice principal a été le développement du réseau professionnel en France et à l’étranger dans les pays francophones. Mes contacts étaient auparavant localisés dans ma région, cette frontière n’existe plus. Cela m’a également permis de rentrer en contact avec des experts : journalistes, consultants, conférenciers, rencontrés par rapport à des centres d’intérêts communs. Dans le cadre d’une recherche d’emploi, le réseau a toujours été important. En cette période de crise économique il l’est encore plus. Le web peut être aussi un bon moyen de se démarquer, il est important de ne pas l’oublier.

Le blog de Christophe Blazquez

OFFRES D'EMPLOI WEB

Chef de Projet Monétisation H/F

Cdiscount, qui sommes-nous ? Pionnier du e-commerce en France, nous n'avons eu de cesse d'évoluer pour nous adapter et anticiper les besoins et aspirations des consommateurs. En nous engageant à démocratiser ...

Concepteur Développeur C# Dot Net H/F

APSIDE, 1ère ESN indépendante de France (+2000 salariés sur + 20 agences en France et à l'international) développe son activité en 1998 sur Rennes, qui regroupe aujourd'hui près de 100 ...

Chargé de Communication H/F

Promoteur Immobilier National recrute en CDI un Chargé de Communication H/F.Au sein d'une équipe de 5 personnes et sous la responsabilité directe de la responsable marketing et communication, vous serez ...

Commentaires

  1. Lilian Mahoukou
    24 mars 2009 - 11h29

    Merci beaucoup pour cet interview très riche !! La fin du CV sera-t-elle suffisante pour soigner la diplomite ?

  2. Véronique
    24 mars 2009 - 13h02

    Des conseils et une attitude constante d’accompagnement, merci encore. Je ne manquerai pas de suivre lorsque vous mettrez en place ce projet.

  3. Tony
    24 mars 2009 - 13h32

    Auriez vous des conseils apres avoir visité mon blog

  4. BJC
    26 mars 2009 - 21h42

    Que de bons billets sur cette Identité Numérique qui finalement tous dans le même sens. merci !
    J’ai lu sur Twitter aujourd’hui mm que le sujet était désormais étudié par les écoliers anglais, ça rejoint l’avis de Christophe !
    Allez, je file sur le billet suivant 😉

  5. christophe blazquez
    28 mars 2009 - 14h56

    Merci pour cette information sur les écoliers anglais 🙂

  6. patriciakazes
    7 mai 2009 - 11h31

    Quelques bons conseils par rapport à l’importance de l’identité numérique, comme par exemple la bonne visibilité en ligne par rapport au recruteur. Pour ma part mettre ses références en ligne que ce soit personnel ou professionnel est à double tranchant mais bon, c’est l’avenir !

  7. patriciakazes
    7 mai 2009 - 11h31

    Quelques bons conseils par rapport à l’importance de l’identité numérique, comme par exemple la bonne visibilité en ligne par rapport au recruteur. Pour ma part mettre ses références en ligne que ce soit personnel ou professionnel est à double tranchant mais bon, c’est l’avenir !

Laisser un commentaire

Il est possible d’utiliser ces balises HTML :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar