Enquête RegionsJob : identité numérique et recherche d’emploi
identite-numerique-recherche-emploi
Quiz : maîtrisez-vous vraiment votre identité numérique ?
identite-numerique
Identité numérique

5 pratiques à éviter sur les réseaux sociaux professionnels

Aujourd’hui, deux réseaux sociaux professionnels se partagent le gâteau : LinkedIn et Viadeo. Dans le monde, LinkedIn domine globalement son sujet : 238 millions d’utilisateurs contre 55 millions de membres pour Viadeo, selon les derniers chiffres des réseaux sociaux. Mais en France, les deux réseaux sont assez proches, et les Français sont souvent membres des deux services. Dans tous les cas, les réseaux sociaux professionnels vous permettent d’améliorer votre identité numérique, à condition de respecter certaines règles ! Voici cinq pratiques que nous vous conseillons d’éviter sur les réseaux sociaux professionnels pour maximiser votre employabilité.

Un profil incomplet, obsolète ou non-référencé

Sur les réseaux sociaux professionnel, il est important de bien remplir son profil. Présentez-vous brièvement, ajoutez une photo adaptée (évitez les photos prises en soirée…), renseignez votre parcours universitaire et professionnel, ainsi que vos compétences. Ces données permettent aux recruteurs potentiels de vous cerner en quelques minutes. Compléter son profil peut prendre du temps, mais c’est important ! Pensez également à le mettre à jour régulièrement : les informations renseignées seront plus crédibles aux yeux des utilisateurs.

Si vous faites partie d’un réseau social professionnel, c’est généralement pour être facilement trouvé. Si tel est votre cas, il sera dommage de ne pas être référencé ! Rendez-vous dans les paramètres de confidentialité de Viadeo pour régler la visibilité de votre profil. Vous devez accéder à la personnalisation de votre profil public LinkedIn pour choisir les éléments accessibles au public.

Le mass-following

Malheureusement, le mass-following n’est pas à réservé à Twitter. Cette pratique est à éviter partout sur Internet, mais certains la pratiquent encore. Pour revenir aux bases, rappelons ce qu’est un réseau social professionnel : il s’agit d’une représentation numérique de votre réseau professionnel. Vous pouvez contacter plus facilement les membres de votre réseau professionnel, voire entrer en contact avec des personnes proches de votre réseau. Bref, nous ne sommes pas sur Meetic, accueillir 39 540 contacts n’a pas de sens, sauf pour votre égo.

Pensez donc à n’inviter que les personnes avec qui vous travaillez vraiment, ou avez qui vous avez déjà travaillé. Vous serez plus crédibles, vos relations auront une importance plus grande que si vous possédez des milliers de contacts professionnels, surtout en début de carrière.

Le spam massif par message privé

Ceci est une révolution. Qui n’a jamais reçu un message de ce type sur les réseaux sociaux ? Bien souvent, il ne s’agit pas vraiment d’une révolution, mais d’un nouveau produit que votre contact souhaite vendre au plus grand nombre… Les messages privés sur les réseaux sociaux professionnels ne sont pas à blâmer pour autant. Ils peuvent être utiles, mais tout dépend du contenu et de l’interlocuteur. Soyez pertinents et n’espérez pas transformer systématiquement vos contacts en prospects !

Le partage de contenu non-maîtrisé

Content is king. Sur les réseaux sociaux professionnels, le contenu prend de plus en plus en d’importance, et la tendance ne devrait pas s’essouffler dans les prochaines années. Le rachat de Pulse par LinkedIn (en avril dernier) n’est pas un hasard ! Sur ce réseau et sur Viadeo, vous pouvez donc partager du contenu. Et nous ne pouvons que vous conseiller de le faire !

Attention cependant : s’il est toujours apprécié de partager du contenu, spammer ou flooder vos contacts est inutile. Évitez donc d’automatiser ce partage d’information, et personnalisez-le. Préférez la qualité à la quantité.

Dans la même veine, les réseaux sociaux professionnels permettent de participer à des groupes. Là aussi, lorsque vous partagez une information, soyez pertinent, et pensez à l’audience que vous touchez. Si vous postez trop, ou exclusivement vos propres contenus, vous pourriez très vite être rangé dans la catégorie des spammeurs par les autres utilisateurs.

La synchronisation des réseaux sociaux

Les réseaux sociaux professionnels permettent de synchroniser divers comptes sur les réseaux sociaux. Le but ? Informer vos followers de la mise à jour de votre profil Viadeo (par exemple). L’intérêt est proche du néant, vous risquez surtout d’ennuyer les personnes qui vous suivent ! Pensez-y avant de synchroniser vos différents comptes : l’automatisation a parfois du bon, mais pas dans tous les cas.

Si vous souhaitez partager à vos followers une information importante concernant votre carrière, faites-le plutôt manuellement, au cas par cas. Et là aussi, personnalisez votre message. Celui-ci aura un impact beaucoup plus important qu’un partage automatisé de la moindre action sur LinkedIn et Viadeo.

Crédit photo

Commentaires

  1. antoine
    8 octobre 2013 - 15h30

    Dslé mais pas d’accord avec le point 2. « Pensez donc à n’inviter que les personnes avec qui vous travaillez vraiment, ou avez qui vous avez déjà travaillé. »

    A quoi sert un réseau pro si ce n’est pour inviter que des collègues ou des gens avec qui vous avez travaillé ? L’objectif ici est de tisser un réseau professionnel, à savoir un ensemble de contacts qualifiés. Cela peut être des clients, des recruteurs, des fournisseurs ou même certaines pointures de votre domaine qui vous aideront à toucher d’autres profils qualifiés à leur tour (principe des degrés de séparation).

    Qui plus est, nous ne pouvons vraiment parler de Mass Following comme sur Twitter car là c’est une relation bilatérale, il faut qu’il y ait acceptation de la part de l’autre, c’est complètement différent :(

    Au final, il faut voir ces réseaux comme la virtualisation de pratiques déjà existantes : lorsque vous allez dans des séminaires vous donnez bien votre carte de visite à des gens qui vous semblent pertinents, vous ne la donnez pas uniquement à vos collègues ou à vos anciens collègues ?

  2. Thomas Coëffé
    8 octobre 2013 - 15h49

    Hello Antoine,

    Globalement, je pense que nous sommes d’accord à ce sujet : l’objectif est de tisser un réseau pro et comme vous le dîtes à la fin de votre commentaire : on ne donne pas sa carte de visite à ses anciens collègues lors d’un séminaire.

    Je l’indique aussi, entrer en contact avec des personnes proches de son réseau peut avoir un sens. Mais ça ne doit pas se transformer en demandes massives de contact, dès lors qu’untel ou untel a tel mot clef dans sa description. On croise parfois des profils sur ces réseaux, en contact avec des dizaines de milliers de personnes… Je m’interroge un peu sur l’intérêt de ces relations, à part montrer au monde entier : hello, j’ai un gros réseau. Je souhaitais surtout dénoncer ces excès.

    À bientôt,

  3. Brigitte N-D
    8 octobre 2013 - 16h44

    Effectivement, je suis toujours perplexe lorsque je suis invitée par quelqu’un que je ne connait pas et qui a déjà des milliers contacts sur Linked in ou viadeo, cela décridibilise la mise en relation et je ne m’attends à rien de bon, à part le spam.

    Il faut que la proposition de mise en relation ai du sens, que l’on ai ou pas déjà travaillé ensemble.

  4. Simon Tripnaux
    8 octobre 2013 - 16h48

    Pour ce qui est du point sur la messagerie, il me semble que les urls ne sont pas cliquables directement (ni dans les notifications email ni dans l’interface). Il est clair que l’on doit s’en servir uniquement pour un dialogue normal, ou pour laisser un numéro de téléphone.

  5. Real del Sarte
    9 octobre 2013 - 22h52

    Bonsoir Thomas,

    Votre article est intéressant, toutefois je ne l’envoie pas sur l’ensemble de mes espaces, ayant ces fameux 39 540 contacts sur Viadéo auquel vous faîtes référence parmi mes 450 000 contacts directs sur l’ensemble des réseaux, vous l’avez compris je ne partage pas vos conclusions.

    Vous avez l’avantage de la jeunesse, trois ans de travail derrière vous, rassurez-vous je devrai rejoindre l’orient éternel avant vous. Je prends ma plume pour vous encourager à revoir votre position, vous avez déjà 103 contacts de qualités sur Viadéo non protégés que j’ai en partie sollicité pour mes statistiques, j’en ai ‘légèrement’ plus mais cela devrait être somme toute logique après trente années de travail de commercial sur différents secteurs.

    A mon humble avis, se rendre sur Viadéo pour réaliser une réplique exacte de son carnet d’adresse n’a pas de sens. Un Community Manager comme vous avec tout l’avenir devant lui pourrait comprendre que le réservoir d’écoute est une planche de salut. Sans public, un espace en ligne est un coup d’épée dans l’eau lors de publications. Une entreprise sera plus encline à vous confier sa stratégie digitale si vos muscles sont plus forts que les siens. Un large réservoir d’écoute devrait être votre objectif premier et la ligne éditoriale centrée sur vos aspirations.

    Les 250 millions de contacts sur Linkedin et 55 millions sur Viadéo dont 8 en France, je me permets au passage de vous donner les derniers chiffres qu’ils me communiquent, n’ont aucun obligation de rester en contact avec vous et de subir vos articles quotidiens, à moins que selon cette règle marketing des 1/9/90 qui semblent se confirmer, ils ne soient friands de vos publications les partageant et générant ainsi ces 70 nouvelles demandes de contacts quotidiennes, le cercle vertueux ! Des clients qui arrivent tout seul….
    Ce qu’il convient de souligner: l’intérêt des hébergeurs aujourd’hui ne coïncide plus avec l’intérêt des utilisateurs, sinon pourquoi limiter votre carnet d’adresse et vos contacts naturellement proposés. Ils se sont rendu compte qu’un carnet d’adresse est un capital dont il aimerait tirer profit. C’est la, raison du 500+ en 2005 sur Linkedin (Leading International Open Networker) pour empêcher d’attraper les plus gros dans son portefeuille.

    J’espère sincèrement que nous aurons l’occasion d’en discuter de vive voix et passer du virtuel au réel.

    Bon courage pour la suite,
    Bien respectueusement
    Louis-Serge

  6. Thomas Coëffé
    10 octobre 2013 - 18h22

    Bonjour Louis-Serge,

    À vous lire, je peux confirmer que nous n’avons pas la même vision des médias « sociaux ». Mon article, comme toute prise de parole, est subjectif ; il reflète mes idées, tout comme votre commentaire reflète les vôtres. Je ne dis pas qu’un point de vue est meilleur qu’un autre évidemment, mais je pense qu’une chose est sûre : les nôtres sont diamétralement opposés. Je ne pense pas que cette différence soit liée à l’expérience ou à l’écart entre nos deux générations, je pense simplement que chacun est libre d’avoir sa vision des médias sociaux et que nos deux points de vue, à terme, ne devraient pas converger. Mes contacts sur Viadeo n’atteindront jamais de tels sommets, car à mon sens ceci n’a pas beaucoup de sens. Je n’ai pas grand chose à ajouter si ce n’est que je respecte votre point de vue, en tout point éloigné du mien. Mais les outils sont neutres par nature, libre à vous de les utiliser comme bon vous semble.

    Bon courage pour la suite,
    Thomas.

  7. Julien D.
    11 octobre 2013 - 16h45

    Bonjour,

    Merci pour cet article intéressant !
    En revanche les chiffres Viadeo ne sont pas à jour : Désormais 55M de membres dans le monde !
    http://corporate.viadeo.com/en/about-us/group-facts/

  8. Thomas Coëffé
    11 octobre 2013 - 17h32

    Merci beaucoup pour les chiffres Julien, l’article est corrigé.

    Bon weekend.

  9. Julien D.
    11 octobre 2013 - 18h02

    Merci pour vos corrections !

    Pour le nombre de contact, je pense que cela reste surtout une question d’objectifs !

    Différentes raisons nous poussent à utiliser les réseaux sociaux pro : maîtriser sa e-réputation, être visible des recruteurs, garder le contact avec ses relations professionnelles, développement commercial, veille sectorielle, promotion/diffusion d’informations, etc.
    Autant d’objectifs pour autant de pratiques !

    Personnellement, je préfère connecter uniquement les personnes avec lesquelles je travaille pour utiliser au maximum le « levier » réseau.
    Maintenant, je connecte aussi des personnes que je ne connais pas, tout simplement parce qu’elles me permettent d’obtenir des informations utiles sur les réseaux sociaux (Louis-Serge fait d’ailleurs partie de mes contacts :) ou qu’elles travaillent dans mon secteur.
    Cela reste une question de choix mais lorsqu’on ne maîtrise pas complètement les réseaux sociaux, je pense qu’il est préférable de rester mesurer sur son nombre de contacts !

    Bon we

  10. Pandi
    11 janvier 2014 - 21h02

    Un point sans réelle importance certes mais cela me titille :

    – le faÎte de l’arbre (circonflexe sur le i)
    – ne faItes pas cela (sans circonflexe)

    Merci d’avance..

  11. patricia@voyage
    13 mai 2014 - 18h43

    Personnellement, j’utilise souvent les réseaux sociaux (Linkdin, Viadeo) dans mon travail, ça m’aider beaucoup à trouver des nouvelles opportunités.
    Merci pour ce billet

Laisser un commentaire

Il est possible d’utiliser ces balises HTML :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar