Le média des professionnels du digital
Le média des professionnels du digital
Fermer

Comment le web recycle en permanence les idées qui fonctionnent

Flavien Chantrel, le 20 septembre 2011

Le problème avec le web et Internet en général, c’est la capacité de ses utilisateurs à recycler en permanence les idées qui fonctionnent. Il suffit qu’un service commence à décoller pour que tous les dérivés possibles et imaginables se lancent sur le marché. Au mieux cela se fait dans l’anonymat le plus total. Au pire, cela vous dégoûte d’un concept. Alexis prenait l’exemple de Chatroulette il y a peu. On en a tellement mangé que chaque service s’en approchant est désormais fuit comme la peste. Les développeurs n’ont plus qu’à se montrer inventifs pour éviter ce syndrome et éviter de tomber dans la facilité. Non pas que tous les recyclages soient une mauvaise idée, loin de là. Les meilleures idées ne sont pas forcément les plus compliquées, comme le montrait il y a peu College Humor et ses mathématiques des réseaux sociaux.

mathématique réseaux sociaux
Le principal problème dans ces mash-ups de mash-ups de mash-ups, c’est finalement qu’à force de tourner en rond, on se retrouve avec des services qui n’ont ni queue ni tête. Ou alors avec des coquilles vides avec des concepts agréables mais sans aucun public. Le choix est tel que seuls les mastodontes peuvent se permettre de réellement imposer un concept, quitte à le repomper ailleurs. Facebook est d’ailleurs un spécialiste en la matière, amenant sur son site tout ce qui est digne d’intérêt sur le web, pour rendre un maximum captif l’internaute. Ou comment assister à la naissance d’un web dans le web. Les plus forts cannibalisent les autres, qui ne sont plus que des faire-valoirs. Ils prennent donc la place laissée vacante : les marchés de niche ou les concepts trop décalés pour être grand public. Résultat ? On se retrouve avec des dizaines d’applications et de services totalement tirés par les cheveux, sans aucune utilité ou basés sur des concepts qui tiennent sur un ongle. Non, tout ne doit pas être développé…

Parmi les concepts qui cartonnent en ce moment, il y en a un qui se détache particulièrement : le couponing. Ce n’est pas pour rien que Google et Facebook s’y sont mis. C’est là que Poopons rentre en jeu. Sorti de l’esprit d’étudiant de la Miami Ad School de Brooklyn, Poopons est un concept de couponing totalement novateur. Pour inciter les propriétaires de chiens à ramasser les crottes abandonnées sur la voie publique, Poopons met à leur disposition des sacs plastique. Ces derniers contiennent un code-barre qui n’apparait qu’au contact de la chaleur provenant du… de la… Enfin vous voyez. En scannant ce code-barre, vous obtenez des points échangeables contre des réductions chez les commerçants de votre quartier.

La parodie n’est pas si éloignée de la vérité, ce genre d’application aurait très bien pu sortir. Mais comme beaucoup, elle demanderait un panel d’utilisateurs beaucoup trop important pour avoir un sens. Penser local en agissant globalement n’est malheureusement pas adapté et pas crédible quand on n’a pas la force de frappe nécessaire… Et cela même si la technique permet d’appliquer ses idées. Pensez usage, rien de plus !

Recevez nos meilleurs articles
Commentaires
  1. Ping : keylan's soup
  2. SEO Vietnam dit :

    Deux évolutions récentes dans le même style, Google qui lance Google+ pour faire concurrence à Facebook et Google Drive pour concurrencer dropbox.
    Visiblement Google+ a stimulé Facebook qui a lancé en peu de temps une multitude de fonctionalités nouvelles pour fidéliser ses utilisateurs. Sur ce plan là, on est gagnants mais effectivement on se trouve dans un environement « mashed  » and « rehashed », pas facile de savoir à quel saint ou plateforme se vouer.
    A voir si c’est vraiment une « séléction naturelle » qui décidera des gagnants et perdants ou si des positions dominantes donneront un coup de pouce aux imitations 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *