Le média des professionnels du digital
Le média des professionnels du digital
Fermer

Les 9 niveaux d’engagement des fans sur Facebook

Thomas Coëffé, le 6 mars 2012

infographie_engagement-facebook_lien_thumb L’engagement des fans d’une marque sur les réseaux sociaux est une notion sensible, car difficile à évaluer. Lorsqu’on affiche une page Facebook, le nombre de fans apparaît clairement ; même chose sur Twitter, où le nombre de followers est mis en avant. Seulement, cette seule donnée n’explique pas tout – surtout lorsqu’on sait que seuls 17% des fans voient les statuts des pages Facebook.

Certaines entreprises (ou agences) n’hésitent plus à acheter des fans ou des followers : aucun intérêt direct, si ce n’est de gonfler artificiellement son nombre de fans. Les utilisateurs des réseaux sociaux pensent que votre page vaut le coût d’être suivie et vos supérieurs (ou clients) peuvent penser que les résultats de vos actions sont clairement identifiables. Seulement, l’engagement de ces nouveaux suiveurs sera artificielle… Voire nulle, certains (ir)responsables n’hésitant plus à créer de faux-profils pour simuler de l’activité sur leurs espaces.

Récemment, Facebook a ajouté le notion de « personnes qui en parlent », en agrégeant les likes, commentaires, partages, check-ins, réponses et mentions. De quoi mieux évaluer le nombre de personnes qui interagissent avec la marque. Cette donnée, quantitative, ne fait aucune différence entre les types d’interactions, alors que toutes ne se valent pas : un like aura moins de portée qu’un partage agrémenté d’un avis positif par exemple. L’infographie ci-dessous va plus loin, et tente de mieux cerner les différents types de fans sur Facebook. Cette classification pourrait être élargie aux autres réseaux sociaux.

Concrètement, au dessus de la masse des utilisateurs Facebook qui ne vous connaissent pas et qu’il serait bon de capter, on retrouve les inactifs : après avoir cliqué sur j’aime, ils ne reviendront sans doute jamais sur votre page, et ne liront ni vos statuts, ni vos articles. Ils entrent dans les statistiques en faisant partie des fans, mais ils n’apportent pas grand chose à votre marque. C’est généralement la grande majorité des fans d’une marque. Ensuite, nous retrouvons ceux qui lisent vos contenus, qui les aiment, et les partagent : la viralité de la page concernée commence à être caractérisée ; seulement ces fans sont rares, et plus leur engagement est grand, plus ceux-ci sont précieux. Il est possible d’aller encore plus loin, en synthétisant les avis des utilisateurs qui donnent leur opinion sur vos produits et services, en faisant participer les utilisateurs ou en décelant les ambassadeurs de votre marque. Mais soyons toutefois réalistes, ces ambassadeurs (les vrais fans, au sens strict du terme) ne courent ni les rues, ni les réseaux sociaux. En une infographie, retrouvez les différents niveaux d’engagement des fans sur Facebook.

infographie_engagement-facebook_lien

Via Formateur consultant

Recevez nos meilleurs articles
Commentaires
  1. GildasPF dit :

    Et le niveau 0 est important aussi. Tous ceux qui n’ont pas encore compris qu’être sur Facebook sans interagir, c’est encore pire.

  2. Maxime dit :

    @GildasPF je ne suis pas tout à fait d’accord.

    Le problème des pages Facebook, et la plupart des marques, c’est qu’elle crée des pages sans réel but. Si on leur demande, mais pourquoi avoir crée une page Facebook, beaucoup seront incapable de vous répondre. Ou alors la réponse sera dépourvu d’intérêt en vous répondant juste : « Car maintenant c’est obligatoire, il faut être sur Facebook. »

    Pour que vos utilisateurs s’engage et s’investisse dans votre marque, et interagisse donc avec vous et votre marque, demandez vous : « Que fais-je bien pouvoir faire avec ma page Facebook ».
    Il ne s’agit pas de dupliquer son site avec une page corporate, mais bien de proposer quelques choses à vos clients, ou futurs clients.

    Je n’ai malheureusement pas le temps de m’étaler plus longtemps sur le sujet, mais je souhaitais réagir.

  3. GildasPF dit :

    @ Maxime, tu as mal lu ma phrase. C’est exactement ce que je disais. Être sur Facebook « sans interagir » vraiment, (sans stratégie) c’est encore pire. On est d’accord…

  4. Maxime dit :

    @GildasPF En effet nous sommes d’accord !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *