Le média des professionnels du digital
Le média des professionnels du digital
Fermer

Tout savoir sur le métier de brand content manager

Juliette Pignol, le 14 juin 2017

Ils travaillent dans l’édition, le journalisme ou la production audiovisuelle. Leur point commun ? Ils sont brand content managers au sein de grandes entreprises françaises. Poste inexistant et appellation méconnue il y a encore 5 ans, le brand content manager est aujourd’hui un métier véritablement identifié avec un rôle clé dans la stratégie de communication des entreprises et des marques. On peut même dire qu’il représente un pilier du marketing moderne, en agence comme chez l’annonceur. Dans le cadre de notre série sur les nouveaux métiers du web et pour mieux comprendre les spécificités de cette profession, nous avons réalisé des interviews croisées de plusieurs brand content managers. Quelles sont leurs missions ? Leurs principaux enjeux ? Leur quotidien et leurs revenus ? Entretiens.

Comment devient-on brand content manager ?

S’il faut avoir un minimum de culture média pour se glisser dans la peau d’un brand content manager, les personnes que nous avons interrogées ne sont issues d’aucune filière universitaire spécifique. La raison est simple : il y a encore quelques années, aucune école de communication ne proposait de cursus spécialisé. C’est pourquoi on observe des parcours aussi diversifiés qu’atypiques : Lucas Reverdy (émission « La Quotidienne » sur France 5) est titulaire d’une licence cinéma, tandis que Florence Picol qui occupe le poste de brand content manager chez Showroomprivé a fait ses études dans le milieu de l’édition. Sylvain Lefort qui occupe le même poste chez Kantar TNS (ex TNS Sofres) a suivi une formation de journaliste.

À quoi sert le brand content manager ?

Le rôle d’un brand content manager est multiple et transverse. Il est le garant de tous les contenus de communication (blog, réseaux sociaux, outils mailing et marketing automation, influenceurs et RP) d’une entreprise ou d’une marque. Il fait généralement partie de l’équipe marketing ou social media quand il y en a une. Il est amené à travailler en interne avec le pôle marketing, les RP, le community management, le service client, la production ainsi qu’en externe avec des agences de pub, Facebook/Twitter et tous les autres réseaux sociaux, des acteurs de leur marché…

Nicolas Hun, qui travaille chez ING Direct, nous explique qu’il est « le garant de l’e-reputation d’ING Direct en France et responsable de la stratégie de communication et des campagnes sponsorisées sur les réseaux sociaux ». Chez Showroomprivé, Florence Picol affirme qu’elle « veille au respect de la charte éditoriale » avant d’ajouter « en essayant de créer l’intérêt autour de nos actualités en adaptant au mieux nos contenus à notre cible ». Le travail de veille et de curation est également primordial pour observer le flux d’information qui circule sur une marque ou une entreprise ou sur le positionnement de la concurrence.

L’intérêt du métier de brand content manager, c’est la diversité de ses missions. En fonction de la société dans laquelle il exerce, de sa taille, de son cœur de métier, de sa stratégie de communication et de développement, il sera au cœur du rayonnement de l’entreprise et effectuera des tâches très diverses comme la création de contenus et le suivi de la ligne éditoriale des posts sociaux !

Un domaine en perpétuelle évolution

« Jusqu’à peu, il n’y avait aucun outil de mesure permettant d’établir un ROI issu des stratégies social media » raconte Nicolas Hun d’ING Direct. Mais aujourd’hui il existe des logiques d’acquisition concrètes permettant d’évaluer si l’objectif d’une campagne est atteint… ou pas.

Dans le souci d’être toujours plus engageant, le brand content manager doit être proactif et toujours à l’écoute des dernières innovations. « Dans 5 ans, les newsfeeds seront 100 % animés, 80 % du trafic internet grand public du monde sera composé de vidéos en 2019 selon Cisco » explique Geoffrey Hurth, freelance brand manager chez Happn aujourd’hui chez Hardi Paris. Mais il ne doit pas avoir peur de l’échec : l’édition de contenu n’étant pas une science exacte, il faut savoir être flexible, « avoir une approche test and learn ».

 

Curiosité, créativité, organisation sont de mise

Nos différents interlocuteurs ont tenté d’identifier les qualités indispensables pour endosser la casquette d’un brand content manager. Pour Florence Picol (Showroomprivé), il faut « avant tout être rigoureux, pour s’assurer que tout ce qui sort soit cohérent, pertinent mais aussi inspirant. Il faut avoir à la fois une bonne connaissance de son entreprise mais aussi un sens de la stratégie et du business. On ne décroche jamais totalement. Même quand je suis sur mon Instagram perso et que je vois une bonne photo, une bonne idée… je me la transfère. Et ça, n’importe où et n’importe quand. » Pour Sylvain Lefort ce sont « les compétences graphiques, visuelles et cinématographiques qui seront la clé au cours des prochaines années. »

Quant aux salaires, ils oscillent entre 30 et 60 000 euros par an selon les profils.

Recevez nos meilleurs articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *