Vers un marché unique numérique européen

Dans quelques semaines, la Commission Européenne présentera sa stratégie pour construire le « marché unique numérique européen ». Le Vice-Président de la Commission Européenne, Andrus Ansip, a été missionné par le Président Jean-Claude Juncker pour mettre en place ce projet.

Les objectifs du marché unique numérique

Les buts du marché unique numérique européen sont les suivants :

  • Permettre à l’Europe de devenir le leader mondial de l’information / communication.
  • Protéger les citoyens sur Internet, notamment vis-à-vis de la cybercriminalité.
  • Simplifier la législation du e-commerce.
  • Encourager l’investissement public et privé pour améliorer les infrastructures.
  • Promouvoir les initiatives liées à l’e-Gouvernement et à l’administration en ligne.
  • Soutenir l’industrie culturelle et créative.
  • Briser les barrières nationales liées à la réglementation des télécommunications, au droit d’auteur, à la protection des données personnelles et à la réglementation des ondes radio.

Hier, Andrus Ansip a tenu un discours à Bruxelles devant l’European Policy Centre, un think tank indépendant. L’occasion de rappeler quelques chiffres sur l’impact du numérique sur l’emploi européen et de présenter ses plans pour la mise en œuvre du marché unique numérique européen.

Promouvoir le développement du numérique en Europe

Andrus Ansip remarque que beaucoup de citoyens européens n’ont pas accès à Internet : 20% d’entre eux n’ont jamais surfé sur Internet et 40% de possèdent par les compétences nécessaires au travail connecté. De réelles disparités existent à ce sujet entre les pays de l’Union Européenne.

Si les consommateurs européens accédaient effectivement à l’ensemble des sites e-commerce européens lorsqu’ils effectuent un achat, ils économiseraient 11,7 milliards d’euros par an. Les barrières frontalières doivent donc être levées et les échanges entre les pays facilités.

On a tous été confronté à cette situation : vous accédez à une vidéo, quand soudain… « Cette vidéo n’est pas disponible dans votre pays ». Le géo-blocage doit être levé en Europe : une vidéo disponible dans l’un des 28 pays de l’Union Européenne devrait être accessible partout en Europe.

europe-web

L’impact du numérique sur l’emploi européen

L’impact du numérique sur les emplois est un sujet majeur : certains sont détruits, d’autres créés. Des professions apparaissent, d’autres disparaissent. Andrus Ansip cite notamment une étude de l’institut McKinsey, qui montre qu’en 15 ans en France, 500 000 emplois ont été détruits à cause d’Internet… alors qu’1,2 million d’emploi ont été créés grâce à Internet. Au niveau mondial, une autre étude a montré que pour 1 emploi détruit dans les PME à cause des nouvelles technologies, 2,6 emplois étaient créés en parallèle. La balance est positive, bien que les emplois créés soient différents des emplois détruits – il ne faut pas l’oublier.

Les start-ups et les jeunes entreprises génèrent 50% des créations de postes. Aider les start-ups à se développer doit faire partie des 1ères priorités de l’Europe (si vous êtes une jeune entreprise et que vous recrutez, sachez que vous pouvez publier vos annonces gratuitement sur RegionsJob).

Jusqu’à présent, la digitalisation des entreprises européennes a été trop lente, les nouveaux moyens d’analyse et de communication sont encore trop peu utilisés (l’étude de la Commission Européenne sur les avancées numériques des pays européens est disponible ici).

Andrus Ansip pointe également du doigt un problème majeur : la pénurie des talents. On estime qu’en Europe, le secteur des TIC crée 120 000 nouveaux emplois par an. Mais pour occuper ces postes, il devrait manquer 800 000 professionnel(le)s qualifié(e)s d’ici 2020.

Une meilleure gestion des  données, entre protection et analyse

Enfin, la protection des données et leur bonne utilisation par les entreprises est l’un des sujets majeurs des prochaines années selon Andrus Ansip. Ceci implique 2 choses : la formation des professionnels directement concernés (data miners, scientists) et indirectement concernés. Mais aussi la nécessaire mise en place d’un cadre réglementaire pour protéger les données des internautes et des adeptes des objets connectés, qui sont de plus en plus nombreux. Si le Big Data n’est toujours pas une réalité en Europe (50% des grandes entreprises européennes disent qu’elles ne sont pas prêtes pour l’analyse de de nombreuses données), le secteur croît énormément : 40% par an. Ceux qui conçoivent et développement des applications seront également très recherchés dans les prochaines années. Ils représentent 1,8 million d’emploi en 2015, ils seront 4,8 millions en 2018.

De belles perspectives pour les professionnels dans le numérique ! Mais le secteur devra être accompagné scrupuleusement pour pleinement favoriser l’emploi : formations de qualité, cadre législatif réfléchi et infrastructures suffisamment performantes pour permettre aux données de circuler… librement.

Speech: Turning Europe digital, preparing for future growth

OFFRES D'EMPLOI WEB

Concepteur Développeur H/F

CMRE Logiciel, Société de Services du Numérique depuis plus de 40 ans, a 3 établissements situés respectivement à Ceyzériat dans l'Ain (15km de Bourg en Bresse), Arbent (01) et Saint ...

Développeur IOS – Android H/F

Acteur de l'ingénierie informatique depuis 2005, Philaë Technologies répond aux exigences de qualité et de performance des systèmes d'information et de communication autour de 4 pôles d'innovation : AMOA / ...

Alternant Développeur Web H/F

Le CESI recrute, pour le compte d'un de ses clients, un Développeur Web H/F en alternance. Vous intégrerez en alternance la formation diplômante de responsable en ingénierie des logiciels permettant ...

Commentaires

Laisser un commentaire

Il est possible d’utiliser ces balises HTML :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar