Les limites de Twitter en matière de recrutement

twitter_logos.jpgAlors que la deuxième édition de l’ebook consacré à Twitter est toujours en préparation, nous vous proposons aujourd’hui un deuxième aperçu. Après 10 solutions pour soigner votre tweet-addiction écrit par Jean-Paul Oury, voici un billet sur les limites de Twitter en matière de recrutement, écrit par moi-même. Bonne lecture ! L’ebook complet, écrit par une trentaine de contributeurs, sera disponible courant novembre.

Les réseaux sociaux ont pris une ampleur considérable en quelques années seulement. Cette généralisation des usages a été trop rapide pour être assimilée correctement par les entreprises. Cela se ressent à plusieurs niveaux. Notamment au niveau du recrutement. Les réseaux sociaux sont vendus par certains comme étant le futur du recrutement, un outil dont les recruteurs ne peuvent se passer. La réalité est différente, notamment sur Twitter.

Un outil chronophage

clock Première limite de Twitter en matière de recrutement, le temps. C’est une des principales problématiques des RH. Twitter est un outil chronophage par excellence. La première étape consistera à se créer un réseau suffisamment étoffé pour faire en sorte que ses informations ne passent pas inaperçues. Cela n’est pas forcément simple, même pour une entreprise déjà bien implantée. Une maîtrise de l’outil, de ses particularités et de ses codes est nécessaire. Une participation active également. Cela sous-entend construire une présence pérenne et des échanges réguliers, n’intervenant pas uniquement quand l’entreprise a besoin de faire passer un message. Un compte publi-rédactionnel n’aura que peu d’intérêt et bénéficiera de très peu de retours. L’effet d’expérience est important sur Twitter, il faut donc se placer sur une stratégie à moyen-terme et sur une présence régulière pour obtenir des résultats. Encore faut-il en avoir le temps.

Et ce n’est que la partie émergée de l’iceberg… Ouvrir un compte Twitter est une chose, l’alimenter en est une autre. Pour réellement être présent, il est important de dialoguer avec les autres utilisateurs, de partager des liens intéressants, de répondre aux questions… Votre présence doit être quotidienne ou presque. Twitter est un média en temps réel qui nécessite de la réactivité. Difficile d’imaginer répondre à une question 3 jours après sa mise en ligne. Installer un client Twitter vous permettant d’être connecté toute la journée sur votre ordinateur de travail sera logiquement nécessaire. Mais c’est un premier pas vers la rituelle vérification des nouveaux tweets, l’addiction et donc la procrastination. Attention à ne pas perdre trop de temps sur un outil qui n’aura que des intérêts secondaires, surtout si votre travail n’est pas d’occuper l’espace sur les réseaux sociaux.

Partons du principe que votre présence est établie. La première partie du travail a été faite, il vous restera à trier les candidatures reçues par ce biais. Vous n’en êtes donc qu’au début du processus, sans garantie de retour quantificatif ou qualitatif suffisant pour recruter.

Des profils limités

Vous avez du temps disponible et vous êtes prêt à investir les réseaux sociaux de manière durable ? Très bien. Reste à savoir si les profils que vous recherchez sont présents sur Twitter. Le nombre d’inscrits sur Twitter en France est très faible, aux alentours de 200 000 selon les dernières estimations. En sachant que les utilisateurs ne sont pas forcément actifs et qu’il n’est pas sûr que vous puissiez les atteindre avec votre réseau. Twitter fonctionnant en temps réel, votre offre aura une durée de vie limitée. Dans le meilleur des cas, quelques milliers de personnes y auront eu accès. Mais combien ont le profil pour y répondre ?

Les profils rencontrés sur Twitter sont assez peu variés. On y trouve beaucoup de blogueurs, de journalistes, d’entreprises ou de profils orientés web. Si vous cherchez un Community manager, nul doute que Twitter sera le meilleur endroit pour chercher. Si vous cherchez un commercial, bon courage. Twitter n’est pas grand public, vous risquez d’avoir beaucoup de mal à attirer des profils autres que informatique/web. Beaucoup d’efforts pour peu de résultats donc.

Il est également possible de sourcer des candidats potentiels en utilisant divers moteurs de recherche avancés : recherche dans les bios, dans les statuts… Cela sera plus rapide, mais reste la question de la pertinence des résultats. Difficile d’évaluer un profil uniquement sur son compte Twitter. Vous devrez donc faire des recherches complémentaires, vous renseigner sur le candidat, sans garantie qu’il soit ouvert aux opportunités ou géographiquement proche du lieu de travail. Le sourcing sur Twitter, à part sur certains postes précis, risque d’être compliqué.

Marque employeur ou réel recrutement ?

La présence du service RH d’une entreprise sur Twitter relève finalement plus du domaine de la marque employeur que du réel recrutement. Vous participez de cette manière à la construction d’une présence en ligne en étant présent là où les candidats le sont. Cela passe par Twitter mais aussi par d’autres sites. Les avantages en la matière peuvent être plus nombreux : dialogue direct avec des éditeurs de sites et des journalistes, relai des contenus proposés par l’entreprise, de ses actualités… Et bien sûr information aux candidats, permettant de rendre l’entreprise plus attractive et les candidatures plus qualifiées.

careers socgen Une des chances de Twitter est également de permettre à une entreprise de devenir référente sur un sujet. La démarche de la Société Générale en est un excellent exemple. Les différents comptes Twitter ne cherchent pas à recruter directement mais à travailler l’image et la présence de la banque. Cette dernière est régulièrement prise en exemple, bénéficiant de l’excellent travail de fond de Franck Lapinta et Julie Le Vacon. Le compte Twitter sert dans ce cas à proposer des actualités sectorielles, mettre en avant des conseils mais aussi relayer l’actualité et les initiatives de la Société Générale. En fonctionnant de cette manière, c’est l’attractivité naturelle de l’entreprise qui est visée et non des bénéfices à court terme. L’idée est de construire de manière pérenne une relation avec les candidats potentiels, et non de booster temporairement le nombre de candidatures reçues.

En conclusion, Twitter pour le recrutement, c’est inutile ? Pas exactement. Cela peut très bien fonctionner sur des profils web. Le bouche-à-oreilles peut également être parfois efficace sur d’autres types d’annonces. Et surtout, les résultats concerneront votre marque employeur. Construire une identité en ligne peut passer par Twitter. Mais dans ce cas, il faut être présent sur d’autres supports, notamment via un site recrutement ou un blog RH. L’outil est à prendre dans un contexte global et à ne pas isoler.

Crédit photo 1, photo 2

OFFRES D'EMPLOI WEB

Responsable Marketing CRM H/F

En collaboration étroite avec la Direction, vous accompagnez la Caisse Régionale dans son développement commercial et prenez la responsabilité de l'équipe CRM composée de 4 personnes. En lien avec le Pôle ...

Concepteur Développeur JAVA H/F

Geser-Best : société de service et d'ingénierie (300 personnes / 10 agences) accompagne ses clients depuis 1990 en proposant une offre de services étendue en France et à l'International allant ...

Concepteur Développeur J2EE H/F

Geser-Best : société de service et d'ingénierie (300 personnes / 10 agences) accompagne ses clients depuis 1990 en proposant une offre de services étendue en France et à l'international allant ...

Commentaires

Laisser un commentaire

Il est possible d’utiliser ces balises HTML :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar