Reporting : les 5 outils indispensables du community manager
sumall
Les 20 sites Internet les plus visités au bureau en 2013
20sites
Identité numérique

Etude : c’est confirmé, on ne lit pas les articles en entier sur le web

Cette anecdote parlera à beaucoup d’entre vous. Prenez un site au succès grandissant, avec un trafic qui progresse et de plus en plus de followers sur Twitter. Dès qu’un article est publié, celui-ci est retweeté et partagé en masse sur Twitter dès les premières secondes. Or, celui-ci fait plus de 5000 caractères. Comment est-ce possible ? Sont-ils tous des bots à la solde de la NSA ? Le monde n’est-il une projection mentale qu’une IA soumet à nos yeux ? Tant de questions pour une réponse très simple : les gens ne lisent pas les articles en entier sur le web. Un titre suffit souvent aux utilisateurs désireux de l’immense prestige qui va avec le partage avant-gardiste d’articles d’actualité.

Cette tendance, bien connue, avait été chiffrée en novembre dernier par HubSpot qui avait analysé le taux de clics sur les articles retweetés. Les résultats étaient sans surprise : les articles ont bien souvent plus de retweets que de clics, ce qui prouve que beaucoup de gens partagent des articles sans les lire.

Une autre étude appuie encore ce constat, cette fois par Slate, toujours aux États-Unis. Avec l’aide de Chartbeat, un cabinet d’étude statistique, les habitudes des utilisateurs ont été analysées. Ainsi, les statistiques de scroll de la page et de taux de rebond ont été corrélées avec le nombre de partages sur Twitter. On se rend alors vite compte que beaucoup de gens ne scrollent même pas la page avant de la quitter et que la plupart des visiteurs partagent des articles en ayant lu seulement quelques lignes.

Il existe un pic à 100% pour les articles axés contenu visuel (photo, vidéo), ce qui incite les lecteurs à les parcourir jusqu’au bout. On pense notamment à BuzzFeed, qui doit avoir un taux de complétion de lecture assez élevé. L’étude propose aussi des heatmaps représentant les habitudes des lecteurs en terme de scroll de page. Cela dépend beaucoup des sites : pour Slate, 85% de l’engagement avec un article se fait en dessous de la ligne de flottaison, contre 65% pour les autres sites du réseau de Chartbeat. Cela permet de vérifier si les lecteurs s’intéressent au contenu de l’article ou à l’information qu’il délivre.

C’est une réalité, les gens lisent donc assez peu les articles, surtout si ceux-ci sont longs. Même quand ils sont relativement courts, il n’est pas toujours assuré qu’ils soient lus. Ainsi, qui sur les 750 personnes à l’avoir partagé a réellement lu notre article relayant un fake de manière assumée et explicitée dès la neuvième ligne (!) sur « Qui a vu mon profil Twitter ? » avant de s’offusquer ? Ou encore, qui sur les 1 200 partages a lu les 25 000 caractères de notre dossier sur la stratégie digitale de Game of Thrones ? Des outils comme Pocket peuvent leur donner une seconde vie par exemple. Ou des plateformes comme Medium axées sur le longform content, qui mettent en avant des articles plus long, une tendance qui commence à prendre chez quelques grands médias US (New York Times, The Atlantic, BuzzFeed). Mais sur les réseaux sociaux, on a tendance à vouloir briller par les articles que l’on partage, pas par ceux que l’on lit. Merci à ceux qui sont arrivés jusqu’à cette ligne !

Commentaires

  1. Kaes
    12 juin 2013 - 9h44

    De rien ;) Merci à vous !

  2. raphael
    12 juin 2013 - 12h09

    Excellent ! Pour le coup je l’ai lu entier cet article ! On est fainéant sur le web !

  3. lafage
    12 juin 2013 - 12h26

    félicitation. Je me sens moins complexé. Je n’arrive pas à suivre la production quotidienne de messages sous RSN et twitter quand d’autres semblent surfer sur le haut des vagues….

  4. Graphemeride
    12 juin 2013 - 12h36

    Même si le fait que les articles ne sont que partiellement lus sur le net n’est pas du tout surprenant, la confirmation chiffrée est intéressante.

    Par contre difficile de dire si il s’agit là de feneantise :), de desir de s’informer même de façon superficielle ou simplement de manifester en tweetant son activité sur le web.
    Merci dans tous les cas pour ces infos.

  5. Ted
    12 juin 2013 - 13h16

    Ouais, du coup je n’écris que des articles courts (environ 1000 caractères) avec au minimum une photo. Si vraiment je dois faire un article de fond, je le segmente en plusieurs pages.
    Quant à la lecture, je considère que si un article est trop long, c’est qu’il est mal fait, et j’évite de le lire (le web c’est pour la synthèse, pas pour l’analyse qu’on trouvera dans les livres).

  6. Arnaud
    12 juin 2013 - 14h00

    Moi je partage très peux d’articles à cause de cette course aux followers et l’exclusivité.

    Vous faites du beau boulot dans tous les cas.

  7. Frédéric
    12 juin 2013 - 14h33

    lu en entier ! ;)
    et c’est bien vrai ce phénomène :(

  8. jf2c
    12 juin 2013 - 15h35

    Je l’ai fait…Je suis allé jusqu’au bout ! Et maintenant je vais le partager ;p

  9. Maelle
    12 juin 2013 - 16h24

    Il est vrai que plus l’article est long moins on a envie de le lire. Surtout quand c’est juste une suite de caractères sans images ni sous titres.

    Après il se peut que l’info que l’on cherche se trouve dès les première lignes ^^

  10. Frédéric
    12 juin 2013 - 18h53

    D’où écrire pour le Web est très important que ce soit pour les moteurs de recherche mais surtout pour les lecteurs –> Titre, Sous-titre et Texte…
    Bonne soirée,
    Frédéric

  11. shapow
    12 juin 2013 - 21h21

    J’ai tout lu ! =) Et oui, je lis toujours les articles avant de me faire un avis. Surtout si je pense les publié ensuite. Malheureusement, Legorafi prouve que la plupart du temps les gens survolent l’information.

  12. JD
    13 juin 2013 - 8h43

    Intéressant l’article ;) il n’y a pas que la course aux followers… Les gens utilises de plus en plus les Smartphones, les tablettes du coup, une flemme apparaît et le contenu n’est plus adapté pour ces supports là.

    Il est essentiel d’utiliser des mots en gras pour attirer l’œil et d’utiliser des sous-titres pour segmenter le contenu afin de laisser le CHOIX au lecteur de sa lecture.

  13. Noémie
    13 juin 2013 - 10h00

    Avec un titre pareil on ne peut que lire l’article ! Manque de pot, la feignasse que je suis n’a lu que l’intro et regardé les graphiques :)

  14. Chris
    13 juin 2013 - 13h52

    Lu ! jusqu’à la dernière ligne !!!

  15. mcdoarnaud
    13 juin 2013 - 14h10

    Je l’ai lu en entier. (Bon élève)

  16. stéphane
    13 juin 2013 - 18h11

    Mais y’a pas de quoi !

    J’avoue humblement qu’en mode veille, je me me fie et au site source et au titre. Je lit l’extrait, si besoin, un rapide parcours du billet pour me décider en cas de doute.

    Il tout simplement impossible de tout lire…

  17. pluton
    14 juin 2013 - 9h02

    Ceci dit, tous les anglicismes (… heatmap…) du présent article n’aide pas à sa compréhension et peuvent entrainer un abandon prématuré de la lecture.

  18. Anthony
    14 juin 2013 - 10h35

    Je suis arrivé à la fin de cet article ! Mais il est vrai qu’il m’arrive parfois de couper court pour plusieurs raison : Le sujet traité m’est pas inconnu, mais intéressera mes abonnés, l’article parle d’un sujet qui ne m’intéresse pas personnellement, mais une ou plusieurs personnes de mon réseaux …

    Par contre, rarement des retweet sans avoir lu l’article ou alors c’est que je connais l’auteur, j’ai rapidement jeté un oeil puis partagé depuis le téléphone ou la tablette. Sur l’ordi je prend le temps d’approfondir.

  19. lemonnier
    14 juin 2013 - 10h53

    Il fallait le dire !

  20. Éric
    17 juin 2013 - 14h05

    J’en suis convaincu depuis longtemps, tous ceux qui éditent un blog le savent, il suffit en effet de comparer le taux de RT, like etc avec le nombre de lectures effectives. On le voit aussi dans un autre élément dont ne parle pas cet article : les commentaires. Avec un peu d’habitude il est facile d’identifier les commentaires dont les auteurs n’ont pas lu l’article qu’ils commentent. D’où la force du TITRE. Faudrait que je relance cette idée d’un média web fait exclusivement de titres ou un agrégateur de brèves :)

  21. Nancy
    17 juin 2013 - 14h11

    De rien ;) Article intéressant mais qui ne m’apprend rien bien souvent je fais mention d’un truc dans un article que quelqu’un à RT et on me fait « Tu as su ça où » ben dans ton article…..

  22. Simon Tripnaux
    19 juin 2013 - 15h34

    Super chouette cet article sur les bottes de la Nasa ! ;)

  23. Netlinker
    20 juin 2013 - 12h30

    Je ne suis pas surpris, et rassuré :)
    en meme temps il y a tellement de choses a lire…
    sur mon navigateur j’avais 50 onglets ouverts (sans mentir) jusqu’à il y a quelques jours..
    article trop long = article qui sera lu entier par peu de personnes

    a +

  24. Kepes
    21 juin 2013 - 8h36

    Bonjour,

    Cela ne m’étonne pas que les article tweetés puis retweetés ne soient pas vraiment lus. Il y a une frénésie du partage pour obtenir plus de visibilité et des résultats statistiques (de la viralité donc). Ce qui m’interroge sur deux points :
    - Faut-il relativiser les statistiques de partage sur les réseaux sociaux (on lit souvent qu’un bon article est partagé) ? Ne faudrait-il pas moins de partages, mais plus qualifiés et donc engagés ?
    - Et pourquoi le contenu serait-il au coeur de la stratégie de toute présence digitale s’il n’est pas lu ? Certes le contenu comprend des photos, vidéos, jeux, etc… Et s’il n’est pas nécessaire d’écrire long pour être engageant et sincère et donc être intéressant et lu, il faut pourtant parfois développer pour analyser et apporter une information pertinente.

    La vraie question est de connaître sa cible, son lectorat qui, lui, lira sûrement un peu plus que quelques lignes. Par ailleurs, je me méfie beaucoup de la tendance du court, de l’immédiat et buzz (qui a un réel intérêt en matière de publicité). Que ce soit pour la presse (off ou online) ou le web, le sens des mots aura toujours un intérêt et une valeur ajoutée. La preuve avec le succès de XXI pour le papier, et de certains blogs réputés et récompensés (le blog du communicant 2.0, par exemple).

    Finalement, un bon article ne serait-il pas celui qui a surtout beaucoup de commentaires ?

    Voilà. Aurais-je fait trop long ? En tout cas, j’aurai commenté un article que j’ai lu jusqu’au bout….

    Merci à vous.

  25. laurenceperchet
    21 juin 2013 - 11h21

    Oui, je suis arrivée jusqu’au bout de l’article, comme bien d’autres articles que je partage sur Twitter. Mais la lecture fait partie de mon métier et de mon éducation (on apprend à lire jeune !). En communication si on n’écoute pas et si on ne lit pas, en résumé si on ne s’intéresse pas, on ne dure pas, comme en politique. C’est ce que je reproche un peu aux réseaux sociaux d’aujourd’hui. Mais je suis une vieille routière de la com ‘

    Merci pour ce partage.

  26. sylvie Yelle
    24 juin 2013 - 18h20

    C est tellement vrai!J ai remarqué aussi dans mes propres contacts ce phénomène mais je n oserais le dire par contre. Comme les commentaires sur les blogs, Facebook etc. Beaucoup ne lisent pas les commentaires précédents et donc se répètent… Tout doit être rapide…

  27. FERRO
    22 août 2013 - 15h35

    Article lu en entier, comme tous les articles que je partage sur Facebook (je fais de la résistence). Il sera redocumentarisée ici : http://www.facebook.com/novantura.

    Merci à vous.

    Adrien FERRO

  28. Ferro
    27 août 2013 - 21h13

    Bonsoir,

    comme promis, j’ai redocumentarisé votre article ici :

    https://www.facebook.com/photo.php?fbid=560535907317686&set=a.171370486234232.28311.11079435895851

    Cordialement.

    Adrien Ferro

  29. Erwan
    11 septembre 2013 - 3h38

    Donc deux pistes pour remédier à ce phénomène :
    - faire plus court : mais c’est dommage de se censurer et l’article risque de moins peser dans les SERP.
    - agrémenter le texte de photo(s) et vidéo(s) ; la meilleure solution pour concilier qualité et lecture optimale.

    Par rapport à votre conclusion, je note que de plus en plus de Twittos mentionnent « je lis ce que je tweet » dans leur profil !

Laisser un commentaire

Il est possible d’utiliser ces balises HTML :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar