Le média des professionnels du digital
Le média des professionnels du digital

Le télétravail permet-il de concilier vie professionnelle et vie privée ? par Xavier de Mazenod

Anne-Laure Raffestin, le 24 octobre 2011

logo débat Notre débat du mois nous amène à nous intéresser aux nouvelles formes de travail. Aujourd’hui, Xavier de Mazenod nous parle du télétravail comme élément de conciliation entre la vie pro et la vie perso. Si le sujet vous intéresse, n’hésitez pas à visiter ZeVillage, excellent centre de ressources sur cette thématique !

Xavier de MazenodXavier de Mazenod est consultant-associé de la société Adverbe spécialisée dans la gestion de la e-réputation et co-fondateur du groupement d’entreprises Les Propulseurs. Il intervient ici comme spécialiste des nouvelles formes de travail dont il assure la promotion au travers de son site et réseau social, Zevillage.net. Zevillage organise un Barcamp, à Caen, le 8 novembre pour aborder ces thèmes.

Le télétravail isole, c’est un lieu commun connu. Il isole et serait aussi accusé de brouiller la frontière entre notre vie professionnelle et notre vie privée. La réalité est un peu plus subtile.

Précisons d’abord que nous parlerons ici du télétravail dans son acception juridique stricte de mode d’organisation pour les salariés. Les indépendants qui travaillent à distance ne sont pas assujettis à un employeur. Ils ne risquent donc pas de le voir empiéter sur leur vie privée ni de l’entendre au téléphone à des heures indues. Même si les clients peuvent parfois être au moins aussi tyranniques qu’un patron.

En revanche, les deux catégories de travailleurs à distance rencontrent le même problème d’organisation de leur journée de travail qu’on abordera plus loin.

Le télétravail n’est pas une malédiction

Quand le télétravail est mis en place dans une entreprise (ou une administration) avec soin, il apporte beaucoup de bénéfices. Concentrons-nous sur ceux qu’il apporte au télétravailleur.

Pour le salarié, le télétravail représente moins de déplacements domicile-travail et donc des économies de stress, de temps et d’argent gaspillés habituellement en trajets et en encombrements.

Il représente donc du temps personnel récupéré sur le temps consacré… à gagner sa vie. Imaginez tout ce que vous pouvez faire en gagnant 1 heure par jour télétravaillé. Travailler à distance permet aussi de reprendre la main sur la gestion de son temps de travail. Plus de liberté, à condition, encore une fois, que le projet soit correctement géré par l’entreprise et que le management par objectifs mis en place fasse l’objet de formations préalables du salarié et de son manager.

Le problème de la disparition de la frontière vie privée-vie professionnelle doit lui être abordé lors de la mise en place du télétravail, dans la négociation d’un avenant au contrat de travail ou d’un accord d’entreprise avec les partenaires sociaux. Quant au patron abusif qui vous appelle à 11h du soir pour parler des dossiers en cours, est-ce son mode de management qui pose problème ou bien le télétravail ?

Le télétravail, un symptôme de changement de société ?

Et si en fait la défense de cette frontière vie privée/vie professionnelle était un faux problème ? Juste la manifestation d’une peur d’un changement ? Ne sommes-nous pas en train d’assister sous couvert de télétravail et de travail en mobilité à la manifestation de nouvelles aspirations des salariés, à la fin de l’auto-boulot-dodo avec ses durées de travail fixes dans des bureaux fixes ?

La mise en place du télétravail implique au préalable le développement d’un climat de confiance : on ne peut pas manager à distance sans confiance. Elle implique aussi des formes de management responsabilisantes, par objectif. Tout bénéfice pour le salarié. D’ailleurs les salariés ne s’y trompent pas. Officiellement la France compte environ 10 % de salariés télétravailleurs mais 30% de salariés qui veulent télétravailler. Dans la réalité probablement plus car il est impossible de compter les télétravailleurs  » gris « , les occasionnels qui travaillent à distance sans cadre juridique.

La demande est forte et on le comprend. Je choisis de m’occuper de mes enfants pendant un après-midi ou d’aller au cinéma avec ma femme au lieu de travailler. Où est le problème si je m’organise pour quand même achever mon travail à temps et pour conserver un lien étroit avec mon collectif de travail ?

Hors de la méthode point de salut

Travailler à distance, télétravailler, c’est souvent à la maison. Et c’est à domicile que risque donc de se dérouler la bataille pour la défense de la frontière vie privée-vie professionnelle. On sait grâce à plusieurs études que le télétravailleur est plus productif que ses collègues restés au bureau. On sait aussi qu’il a tendance à plus travailler que la moyenne.

A l’inverse, c’est à la maison qu’il aura le plus de tentations pour procrastiner et ne pas se mettre au boulot. Sortir le chien, une vaisselle urgente, une petite sieste dans le canapé pour être plus efficace, un documentaire sur la poterie au Népal : tout peut être prétexte à distractions.

Le remède à ce trop ou à ce pas assez de travail est l’organisation, la méthode de travail. Astreignez vous à des horaires réguliers et sortez-vous de la tête que les soirées et les week-end sont vos tampons horaires de sécurité pour le travail non accompli pendant vos journées de travail. C’est une règle connue : vous occuperez tout le temps que vous vous allouez. Si vous prévoyez 4 heures pour un travail d’une heure… votre travail prendra les 4 heures.

De plus, si vous travaillez avec des collègues ou des clients, il vaut mieux travailler aux mêmes horaires qu’eux. Quand vous aurez bien assimilé vos règles de fonctionnement, et seulement à ce moment-là, vous pourrez les enfreindre.

Et si vous constatez avec le temps que vous avez du mal à travailler seul (ou plutôt avec les autres mais à distance) vous pouvez penser à la solution des tiers-lieux entre le bureau et la maison : les télécentres et espaces de coworking. Vous y retrouverez vos pairs, pas forcément tous les jours mais quand vous en éprouvez le besoin. Et, en prime, dans ces tiers-lieux vous trouverez de l’entraide, des idées et des partenaires. Le télétravail est une opportunité pour les salariés et pour les entreprises. Ni une manière de flemmarder à la maison, ni une menace pour la vie privée. A condition de bien le préparer, de former et d’accompagner les salariés et de savoir maintenir une relation de qualité, même à distance.

En savoir plus : ZeVillage
Sur Twitter : @ZeVillage

Recevez nos meilleurs articles
Commentaires
  1. FredericHx dit :

    Bonjour,

    Pour permettre de dissocier vie privée et vie professionnelle lorsque l’on est télé-travailleur, il est préconisé d’avoir des horaires de bureau. Travailler de chez soi ne signifiant pas être disponible 24 heures sur 24 pour ses clients ou pour son patron. Cela ne signifie pas non plus être disponible pour garder bébé ou faire le ménage, durant des heures convenues comme étant celles du bureau.
    Un (bon) télé-travailleur aura organisé son lieu de vie pour être dans une « bulle étanche » à tout « parasites » d’ordre personnel.
    Enfin, il est effectivement conseillé aux télé-travailleurs indépendants d’avoir une vie professionnelle en dehors de son bureau, mais comme pour tout (bon) entrepreneur individuel. Aux télé-travailleurs liés à une entreprise, de pouvoir se rendre à celle ci au minima 2 jours par semaine.

    Courtoisement.

  2. Baptiste dit :

    Très bon article de sensibilisation! rejoignez la communauté des télétravailleurs, et ensemble changeons le monde (du travail) 🙂

    En revanche, je comprends l’exclusion des indépendant dans la définition qui est faite, mais dans les faits, ils sont tout autant sujets à ces problèmes de coupure vie pro/vie perso et finalement c’est un peu à partir de leur expérience qu’est né le coworking, donc même si ils ne tombent pas sous la définition juridique, je les inclurais dans cette analyse – ça ne fait qu’en élargir la pertinence et le domaine d’application 🙂

    @frederic – bien d’accord avec toi, mais la bulle peut être plus ou moins étanche… Et il faut avoir la place (et les moyens) pour la construire et la maintenir efficacement 🙂 … Et ça ne remplace pas l’échange et l’ambiance de travail que l’on retrouve sur un tiers-lieu…

    >> mais la situation « idéale » est sans doute à définir par personne, un panache de solution entre un trio d’avenir: bureau / tiers-lieu / domicile.

  3. Sylve dit :

    Bonjour,
    Très bonne analyse… J’aurais aimé qu’elle parle également de nos administrations où le télétravail est encore trop peu développé (notamment dans la fonction publique hospitalière). C’est effectivement un gain de temps et de productivité conséquents et surtout une réduction des coûts non négligeables. A l’heure où nous parlons de pénibilité au travail, d’allongement de la durée du travail dans le temps, de souffrance au travail, de développement durable etc… Je suis persuadée que le télétravail est l’une des pistes à ne pas négliger !
    Cordialement à tous
    Sylviane

  4. actioncoaching dit :

    Bonjour,
    Le télétravail est une bonne méthode pour gagner du temps, même s’il est vrai qu’il devient difficile par après de distinguer clairement vie privée et vie professionnelle, ne trouvez-vous pas? C’est pourquoi, c’est l’entreprise elle-même qui devrait permettre de faire gagner du temps à ses employés en mettant en place des méthodes adaptées.

    Bien à vous,
    http://www.actioncoaching.be/blog/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *