Le média des professionnels du digital
Le média des professionnels du digital

La Piscine : portrait de groupe des acteurs de Twitter

Flavien Chantrel, le 3 novembre 2009

Avant-propos : ce billet a été rédigé par Véronique Rabuteau, productrice de documentaires et auteur; depuis 20 ans dans l’audiovisuel auto entrepreneur depuis peu (communication /rédaction) passionnée par l’observation et l’étude de cette ère numérique d’Internet et du web. Utilisatrice quotidienne et toujours apprenante. Blogueuse sur Télé d’antan et Outils d’aujourd’hui.

piscine Étant entre deux mondes, celui de l’audiovisuel et celui du Web, j’ai la possibilité d’échanger des deux côtés de l’écran – pour moi celui de l’ordinateur a supplanté celui de la télévision – et je souhaite profiter de cette tribune offerte par Flavien – que je remercie – en utilisant la fiction pour un petit portrait de groupe. A prendre au second degré (toute ressemblance avec des personnes existantes ou…).

Ceux qui utilisent quotidiennement des services comme Twitter connaissent ce flux qui défile, jusqu’à plus soif, venu de tous les coins et recoins du monde, tissé d’informations, de ressources, d’indignations ou de découvertes, d’entraide aussi, de rumeurs, de clameurs, partagées au gré de la subjectivité de chacun. Une sorte de documentaire en temps réel, coproduction internationale, façonné et mis en scène par des milliers de personnes. Ce sont ces points de vue qui sont intéressants. En arrivant dans le flux donc – comme on entre dans la danse – on peut bien sûr observer toutes sortes d’utilisateurs et de tactiques. Oui : tactiques. Qu’elles soient personnelles ou professionnelles, elles abondent. Je prends ici comme exemple une grande piscine publique, comme image de ce qui se passe sur les services en temps réel, pour permettre à ceux qui sont moins familiers de s’y retrouver. En voici donc un petit aperçu.

Dans le grand bassin, il y a ceux – assez rares – qui tracent leur route, version crawl, quasi sans regarder, sauf pour remercier de temps en temps. Ils utilisent un couloir – olympique -, ont des milliers de followers (ceux qui suivent ce qu’ils publient), font des allers et retours dans le bassin : ils tracent. Des vrais athlètes ! On ne peut que regarder et RT (entendez retweeter, c’est-à-dire reprendre ce qu’ils ont signalé en pointant vers eux). On guette leurs apparitions (dosées), on observe leur sillage impeccable. Dans le même genre de catégorie, on trouve également les maîtres nageurs. Certains sont beaux, athlétiques et condescendants (ou pas beaux, maigrichons et condescendants, mais, experts, et ça, ça vaut de l’or au bord de la piscine). D’autres sont tout simplement aidants : ils tendent des perches, gardent un œil, donnent un coup de pouce, mine de rien. Excellents nageurs – et pour cause ! – ils vous glissent en passant, ressources utiles, belles découvertes…

Dans le grand bassin – bien peuplé, il est vrai ! – il y a les groupes bien-sûr : ceux qui se connaissent, souvent parce qu’ils nagent à la même vitesse. On prend plaisir à se croiser, à se retrouver, à prendre des nouvelles (souvent en DM, les messages privés). On sait aussi d’eux qu’ils ne vous laisseront pas vous noyer (si d’aventure un petit plaisantin ou un ronchon viendrait à vous éclabousser). A propos des petits plaisantins et des ronchons : les premiers peuvent se contenter de taper dans l’eau, envoyer des ballons là où il ne faudrait pas, lancer des grandes gerbes d’eau. Ils sont parfois rappelés à l’ordre par les maîtres nageurs ! Les seconds, plus ou moins seuls dans leur coin du bassin – parfois en groupes – râlent pour un oui ou un non, vous jettent un regard noir si vous nagez trop prés, critiquent la façon dont cette piscine est tenue, la municipalité qui gère la piscine, l’ensemble des nageurs du monde, voir l’ensemble des générations de nageurs à venir !

piscine

Autres groupes : ceux qui sont assis sur les bords et regardent les autres nager – voir commentent entre eux. Ils ont des maillots dernier cri, fréquentent les même évènements – incontournables – et papotent. Parmi ceux là, quelques uns s’arrangent pour lancer à la cantonade des bribes de leur notoriété : « Bonjour @Untel, bienvenue à mon 800ème follower ! » ou « J’ai telle ou telle chose à partager avec mes 8000 followers, qui veut tenter sa chance ? ». D’autres bien-sûr sont tout autant suivis, mais n’en font pas état. Fréquentent des évènements incontournables et partagent ce qu’ils en ont retenu. Ni plus, ni moins. Ah ! Et sans parler de ceux qui sont (encore) dans le petit bassin, en train de barboter et de tenter d’engager la conversation avec les autres ! Quelqu’un peut-il m’apprendre à nager ?…

Et alors : qu’entend-t-on dans le brouhaha qui règne ici ? Comme partout, certains n’ont pas leur pareil pour vous délivrer les dernières nouvelles (celles du jour, de l’heure, de la minute), dans tous les domaines. D’autres semblent psalmodier des citations à longueur de journée, sorte d’almanach Vermot international, plus ou moins recherché ; il y en a pour toutes les circonstances. Ils semblent venir à votre rencontre, là, dans un coin de la piscine, et vous poser une main amicale sur l’épaule : allez, ça va aller, ne dit-on pas…. D’autres encore posent – quasi – sans arrêt des questions, plus ou moins existentielles : Vous avez des choses à dire sur cela ? Que pensez-vous de ceci ? La forme interrogative étant incitative. Dixit.

Il y a aussi les nageurs acrobatiques, qui tentent des figures – plus ou moins réussies, parfois superbes – testent de nouveaux usages, interpellent : une partie des nageurs se rassemble alors pour applaudir, avant que de retourner à ses occupations. Il y a les nageurs Geeks. Je les aime bien, on les voit de loin dans le bassin ! Ils arrivent à nager avec un attirail électronique waterproof, des bonnets de bain en forme de casque de Dark Vador, des lunettes (je ne vous dis pas ce qu’elles autorisent). Ils tweetent entre deux brasses, discutent avec les jolies filles, lancent des blagues, entament des discussions sans fin sur des sujets sans fond de fond, comme ça, accoudés au bord du bassin. Ah ! J’oubliais : il y a aussi ceux qui trainent dans les vestiaires des filles : ceux qui se nomment @xtyw56v12 !, sont des affreux – ce n’est pas un vrai nom, je précise – au cas où quelqu’un ait encore eu l’idée de s’appeler comme ça !

Bref, je pourrais encore citer d’autres typologies bien-sûr… Mais, je voudrais juste dire à ceux qui ne fréquentent pas cette piscine : vous le voyez, chacun y nage comme il veut, et c’est bien normal. Vous n’y serez pas plus éclaboussé qu’ailleurs, si vous souhaitez nager tranquillement. Vous pourrez même y nouer réseaux ou amitiés. Ne pas y venir trop souvent si vous n’en avez pas envie. Apprendre le dos crawlé ou faire la planche… C’est vous qui voyez. Ici il y a : une piscine et surtout, des nageurs, c’est-à-dire : des personnes.

Le blog de Véronique : Télé d’antan et Outils d’aujourd’hui
Crédit image : Jon Fravel »
Crédit image 2

Recevez nos meilleurs articles
Commentaires
  1. Kiwi dit :

    Aah il faut que j’aille y faire un tour dans cette piscine !! histoire de tester la température… @+

  2. Véronique dit :

    Mais oui, tu devrais, c’est intéressant 🙂

  3. Raydacteur dit :

    Très bonne image, j’aime bcp 🙂
    Je me permettrais de citer cet article en exemple aux jeunes arrivé(e)s sur Twitter !

  4. Véronique dit :

    Merci, ça me fait plaisir.

  5. cpolitic dit :

    Belle image

    twitter c’est aussi la démocratie a l’état pur. Un modèle pour une future assemblée nationale?

  6. DomitilleM dit :

    Belle métaphore ! J’aime particulièrement la fin de l’article, qui s’applique selon moi à tous les réseaux et/ou médias sociaux, quels qu’ils soient : chacun y nage comme il veut… Il y a autant d’usages possibles qu’il y a d’utilisateurs…

  7. Dominiue Rabeuf dit :

    Il y a aussi les plongeurs, ceux font des bombes en éclaboussant tout le monde, les maladroits qui n’arriveront jamais à entrer dans l’eau élégamment, ceux qui sautent du cinq-mètres sans se gêner au risque de se faire huer. Il y a les malpropres, certains font pipi dans l’eau, d’autres sont beurrés de crème pas pâtissière, certains passent leurs temps à bouffer des tas de trucs en laissant les papiers sur place. Enfin sur Twitter on a jamais retrouvé de cadavre dans les vestiaires ni au fond de l’eau. Sur Twitter la piscine n’est jamais fermée, il n’y a pas de problèmes sanitaires ni d’additif irritant.

  8. Véronique dit :

    @cpolitic: merci; tu veux dire: au sens expression de chacun? Sinon, la démocratie passe par les élus, non?
    @DomitilleM: merci également et, oui, entièrement d’accord (forcément); même s’il y a des codes.
    @Dominique Rabeuf: 🙂 pour les problèmes sanitaires et les additifs, cela reste à voir!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *