Le média des professionnels du digital
Le média des professionnels du digital

La difficile conciliation entre vie personnelle et professionnelle, Gaëlle Picut

Anne-Laure Raffestin, le 3 octobre 2011

logo débatVoici la première contribution de notre débat du mois consacré à l’équilibre entre la vie personnelle et la vie professionnelle ! Il s’agit d’une interview de Gaëlle Picut, journaliste et blogueuse spécialisée dans l’emploi, que vous pouvez retrouver sur En aparté. Experte des questions de conciliation entre la vie pro et vie perso, elle témoigne ici des principales difficultés rencontrées par les salariés.

Gaëlle PicutGaëlle Picut, 38 ans, journaliste et blogueuse, avec 15 ans d’expérience professionnelle, 13 ans d’expérience maritale et 11 ans d’expérience parentale (x 3 !).Il y a 3 ans, elle a lancé En aparté, un blog consacré à la conciliation vie privée / vie professionnelle et aux valeurs autour du travail. Elle est actuellement journaliste pigiste, plus spécifiquement spécialisée dans les thématiques Emploi et Société.

  • Vous avez interviewé de nombreuses personnes sur le sujet conciliation vie privée/vie pro. Tout le monde est-il égal sur ce sujet ?

Non, absolument pas. Déjà, il existe de grandes différences entre les hommes et les femmes. Pour celles-ci, c’est une problématique souvent essentielle, à laquelle elles sont confrontées quasi-quotidiennement et pour laquelle elles se posent beaucoup de questions. Pour les hommes, cela l’est beaucoup moins. Pourtant, eux aussi concilient vie privée et vie professionnelle… mais en se posant moins de questions ! Bien sûr, je schématise et je généralise, mais disons que j’ai l’impression que cela concerne une majorité de femmes et une minorité d’hommes. Ensuite, cette conciliation est vécue différemment par les personnes selon leur âge, le nombre et l’âge de leurs enfants, leur statut (salarié d’une petite ou grande entreprise, indépendant, etc.), leur lieu de travail, leur hiérarchie, leur secteur d’activité (culture plus ou moins forte du présentéisme), leur personnalité, leur histoire personnelle et familiale, leur conjoint… Bref, un ensemble d’éléments à la fois objectifs et d’autres plus subjectifs, plus intimes.

  • Quelles sont les difficultés les plus couramment rencontrées ?

Le manque, principalement ! Manque d’un mode de garde pour leur enfant, de temps, de disponibilité, etc. Ce qui peut entraîner frustration, culpabilisation, fatigue, voire épuisement, burn out… Mais aussi entreprise ou supérieur hiérarchique peu compréhensif, horaires à rallonge, pression au travail. Indiquons également des difficultés plus spécifiques aux femmes, telles que celle de retrouver un emploi après une pause professionnelle, ou encore la possibilité d’une discrimination à l’embauche ou à la promotion en raison de leur statut de mère de famille (ou de potentielle mère de famille).

  • Quels sont d’après vous les meilleurs conseils que l’on peut donner pour arriver à réussir cette conciliation ?

Définir ses ambitions et ses priorités à la fois dans sa vie personnelle et professionnelle.
Faire des choix et les assumer le plus possible.
S’organiser pour alléger son esprit au maximum et pouvoir être la plus efficace possible.
Bien choisir, si possible, son entreprise et son employeur direct.
En parler régulièrement avec son conjoint.
Ne pas hésiter à faire évoluer cet équilibre et à accepter des déséquilibres temporaires.

  • Travailler plus pour gagner plus… Est-ce crédible en matière d’équilibre vie privée/vie pro ?

Je pense qu’à un certain niveau, cela devient difficile. Ou alors il faut que le conjoint accepte d’être plus disponible. A noter cependant que gagner plus permet également de déléguer de nombreuses tâches ménagères et contribue largement à pouvoir mettre en place une organisation confortable et solide par rapport à sa vie personnelle. Ce qui allège l’esprit et facilite la conciliation mais réduit en parallèle le temps et l’énergie que l’on peut consacrer à sa vie familiale.

  • D’une manière générale, quels salariés sont les plus touchés par des problèmes de conciliation entre la vie professionnelle et la vie personnelle ?

Je pense plus spécifiquement aux salariés à horaires flexibles ou décalés, aux salariés précaires, aux salariés monoparentaux.

  • Les cadres en souffrent-ils davantage ?

Je pense qu’être cadre est à la fois un avantage (plus de flexibilité et de souplesse dans l’emploi du temps, moyens financiers supérieurs pour se faire aider à la maison, possibilité d’une plus grande porosité vie privée / vie pro grâce aux outils tels que portable, travail épanouissant et valorisant, etc.) et un désavantage (horaires élastiques, demande d’une grande implication, responsabilités et stress parfois importants qui n’aident pas la personne à conserver du temps et de la disponibilité pour sa vie personnelle et familiale, frontières vie privée / vie professionnelle qui se brouillent, etc.).

  • L’ambiance est plutôt morose en matière d’emploi en ce moment. Doit-on s’attendre à une dégradation du rapport travail/vie perso ?

C’est une question difficile. Peut-être peut-on imaginer que le fossé va se creuser encore davantage entre les entreprises qui font des efforts pour prendre en compte l’équilibre vie perso/vie pro et la parentalité de leurs salariés car elles se rendent compte que bien-être et efficacité sont liées…et les autres. En revanche, il est sûr que lorsque l’on est en situation défavorable sur le marché de l’emploi, on n’est pas vraiment en position pour négocier un aménagement du temps de travail, une flexibilité horaire, etc.

  • Finalement, l’implication et la passion dans son travail ne sont-ils pas les plus grands ennemis de la vie personnelle ?

Oui et non ! Non, car le fait de s’impliquer et d’aimer son travail favorisent l’épanouissement de la personne et le sentiment de satisfaction. Ceux-ci rejaillissent positivement sur la vie personnelle. Les deux sphères étant étroitement imbriquées, si cela se passe bien au travail, cela contribuera à ce que la personne se sente bien à l’extérieur. Même si elle a moins de temps à consacrer à sa vie personnelle et familiale, il est tout à fait possible d’avoir de vrais moments de qualité, d’écoute et de partage. Oui, parce qu’effectivement une personne passionnée par son travail pourra à avoir du mal à s’arrêter, à faire une pause et les journées n’étant pas extensibles à l’infini, il y a un moment où le temps et l’énergie consacrés à la vie personnelle s’amenuisent. Le danger pour un (ou une) work-addict est d’oublier, voire de sacrifier sa vie privée et familiale.

Recevez nos meilleurs articles
Commentaires
  1. lunamath dit :

    Hello, moi dès que j’en ai l’occasion et quand le sujet m’intéresse biensûr je laisse une com…donc oui c’est clair c’est pas toujours facile de concilier vie pro et vie perso mais avec une bonne organisation c’est jouable!Moi je travaille à temps partiel donc un peu plus de temps pour ma ptite famille,c’est un choix volontaire.Mon fils de 6ans Matéo est entré en CP cette année et après mon travail je vais le chercher à l’école puis on s’atèle direct aux devoirs(déjà),goûter,détente(activitées,ballade à vélo…)tout dépend du temps et douche ou bain avant le dîner,histoire et dodo!!Ca c’est juste la partie Maman ensuite reste tous les à côtés qui font le quotidien de chacune la cuisine, le ménage, le linge, un pti chatt entre amis(ies) pour rester en contact avec les siens car c’est plutôt ça qui est difficile, garder du temps et organiser des moments avec ses bons amis qui ont eux aussi des emplois du temps bien chargés donc beaucoup plus durs de caser ces moments là du moins c’est mon avis.Voilà libre cours à vous…….Bises

    lunamath

  2. Régis dit :

    Mon métier de commercial est tres prenant et très stressant. Je fais toujours attention de laisser mon travail et le stress qui va avec à la maisn pour ne pas le communiqué à toute la famille. Ce n’est pas toujouyrs facile.
    Parfois, il faut également savoir parler…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *