Justin Bieber en prison ? Un projet de loi américain menace le streaming

L’adolescent bien propre sur lui aurait-il eu des ennuis judiciaires ? A en croire le site FreeBieber, l’idole canadienne des jeunes semble en effet en mauvaise posture. Pas de panique, c’est simplement un exercice d’anticipation auquel s’est livré le collectif Fight For the Future. Si l’idée fait un peu sourire, les raisons en sont nettement moins humoristiques.

Car si ce pauvre Justin peut se retrouver en prison pour 5 ans, c’est à cause de ce qui l’a fait accéder à la célébrité : ses vidéos postées sur Youtube. Pour qui n’est pas vraiment familier de ses oeuvres, Justin Bieber a en effet débuté sa carrière avec un simple compte Youtube, en postant des reprises de chansons de RnB, qui ont connu un succès quasi immédiat et l’ont très rapidement amené à connaître la gloire. Sans Youtube, pas de Justin.

Free Bieber

Alors, pourquoi la prison ? Le Commercial Felony Streaming Act, projet de loi défendu par 3 sénateurs et approuvé par la commission des lois en juin dernier, est en passe d’être examiné par le Sénat. Si S.978, son petit nom, est adopté, cela signifie que la diffusion en streaming d’oeuvres protégées par des droits d’auteur sera considérée comme un crime, passible d’une peine d’emprisonnement allant jusqu’à 5 ans. Le projet de loi concerne les oeuvres dont les intérêts financiers de diffusion sont estimés à plus de 2500 dollars. Jusqu’à présent, seul le peer-to-peer est défini comme un crime, le streaming représentant l’équivalent d’un délit, avec des peines moins lourdes à la clé.

Free Bieber

On imagine donc rapidement que toutes les reprises de chansons postées sur Youtube peuvent être concernées. Les instigateurs de la loi affirment que celle-ci viserait davantage les gros sites à but lucratif et non votre meilleur ami reprenant Lady Gaga à la guitare, mais elle reste tout de même bien floue à ce sujet. Le Commercial Felony Streaming Act inquiète, à juste titre, et certains citoyens commencent donc à se mobiliser. Le projet S.978 s’inscrit bien dans cette volonté de légiférer à tout va sur la Toile, bien qu’il semble difficilement applicable… et peu efficace.

D’où Justin Bieber en prison. Avec cette fiction, Fight For The Future entend faire prendre conscience à l’internaute des risques qui pèsent sur chacun avec cette loi. Effectivement, Justin Bieber et sa popularité acquise grâce à Internet est un symbole suffisamment fort pour qu’il marque les esprits. On passera sous silence les photomontages plus ou moins réussis, mais le scénario est bien vu.

L’histoire ne s’arrête pas là. Les avocats de Justin Bieber sont fidèles à leur politique de contrôle absolu de tout ce qui concerne le jeune chanteur sur Internet. Des petites choses assez anodines comme le raccourcisseur d’URL à son effigie ou la générateur de faux-tweets TweetForger, pour ne citer qu’eux, ont rapidement subi leur volonté de censure. Ils ne sont donc pas très contents avec FreeBieber, et menacent donc tout naturellement de le faire fermer.

On a un peu de mal à comprendre la logique de ceux qui protègent l’image de Justin Bieber. Créé par Internet, porté par des communautés de fans impressionnantes sur les réseaux sociaux, le jeune chanteur ne semble pas trop goûté aux plaisanteries qui circulent sur la Toile. D’autant plus qu’il s’agit ici d’un site qui ne le tourne pas en ridicule… Comme le fait justement remarquer Read Write Web, attention à l’effet Streisand !

Le site FreeBieber

OFFRES D'EMPLOI WEB

Rédacteur Web H/F

N#1 des services recrutement, emploi et carrière en France, Regionsjob imagine et développe depuis 16 ans des solutions RH à forte valeur ajoutée. Précurseur dans l'application des technologies web au ...

Chef de Projet Digital Commerce-Clients H/F

Le Groupe Pomona (3, 1 milliards d'Euros de CA, 10200 collaborateurs) est leader de la distribution livrée de produits alimentaires auprès des professionnels de la restauration et des commerces spécialisés ...

Chargé de Projet Web H/F

Acteur majeur de la prévention et de la maîtrise des risques, le groupe Socotec (5 000 collaborateurs) exerce ses métiers auprès des entreprises de tous secteurs : construction & immobilier, ...

Commentaires

  1. Priscilla
    28 octobre 2011 - 11h38

    Oh non, Justiiiiiiiiiiiiiiiiin, un délinquant ?! Un mythe s’effondre…

  2. Amadeu5
    28 octobre 2011 - 14h59

    Vous oubliez juste de préciser que la loi n’est pas rétroactive (en France au moins) donc du coup il ne risque rien.
    Retenons nos cris de joie, ce n’est pas demain qu’il cessera de nous souiller les oreilles…

Laisser un commentaire

Il est possible d’utiliser ces balises HTML :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar