Facebook en bourse : un point sur les infos disponibles

facebook-like-hand Edit : Facebook a donc bel et bien déposé son dossier d’introduction en bourse à la SEC, la commission américaine chargée du contrôle des marchés financiers. On en sait donc un peu plus sur cette future opération, aux chiffres démesurés. Facebook entend donc réunir pas moins de 5 milliards de dollars. S’il réussit, cela le placerait sur la liste des plus grosses introductions en bourse d’entreprises hig-tech de tous les temps. Sa valorisation serait ensuite estimée entre 75 et 100 milliards de dollars. Le réseau social annonce dans son dossier qu’il compte désormais 845 millions de membres, soit une augmentation de 39% par rapport à l’année précédente, et que les bénéfices générés en 2011 ont été d’un milliard de dollars, pour un chiffre d’affaires de 3,71 milliards. 85% de ces revenus proviennent de la publicité.

Pour accompagner ce dossier, Mark Zuckerberg a joint une lettre aux futurs investisseurs, pour expliquer les valeurs de son entreprise (l’ouverture, l’échange, le partage…) et son attachement à la culture hacker. Vous pouvez en lire la traduction française chez Zdnet.

Le 4 février 2004, Mark Zuckerberg lance son réseau social, TheFacebook. Puis en juillet, il hésite à vendre son bijou, pour se concentrer sur un programme d’échange de fichiers. Il conserve finalement sa société et l’ouvre au monde entier en 2006 ; le plus grand réseau social numérique du monde dépasse aujourd’hui les 800 millions de membres, et va prochainement entrer en bourse. Plusieurs indices vont effectivement dans le sens d’une prochaine introduction en bourse, même si aucune date n’est prévue pour le moment. Concrètement, un dossier devrait être déposé en ce sens dans les tous prochains jours, voire aujourd’hui. Comment Facebook a-t-il préparé son introduction, et quelles seront les prochaines étapes avant de pouvoir effectivement s’échanger des actions du réseau social ?

Aux Etats-Unis, les règles concernant les introductions en bourse sont légèrement différentes de celles applicables en France. Les conditions d’entrée sont assez strictes, même si celles-ci sont plus souples pour le NASDAQ (place de marché des valeurs technologiques américaines) que pour le New York Stock Exchange. Afin de préparer son entrée en bourse, Facebook a créé ce qu’on appelle un véhicule d’investissements spéciaux : concrètement, ce sont des banques qui soutiennent principalement cette introduction, Morgan Stanley en chef de file. Ce mécanisme permet au réseau social de s’appuyer sur des partenaires puissants… et donc moins d’actionnaires. Aux Etats-Unis, une entreprise possédant moins de 500 actionnaires n’a pas à divulguer un certain nombre de résultats financiers, ce qui convient très bien à Facebook. Depuis 2007, le groupe a pris des mesures pour limite son nombre d’actionnaires : les salariés ne peuvent pas vendre leurs stock-options. En 2004, rappelons que Google avait accéléré son entrée en bourse car l’entreprise allait dépasser cette barre fatidique des 500 actionnaires.

Seulement, les autorités américaines n’aiment pas beaucoup ce mécanisme. En effet, lorsque Goldman Sachs investit 500 millions de dollars, cela compte comme un seul actionnaire, même si cela regroupe tous ses clients. La SEC (Securities and Exchange Commission, le gendarme des bourses américaines) peut demander à Facebook de suspendre les négociations préalables sur le marché secondaire, et c’est apparemment ce que vient de faire le réseau social durant plusieurs jours.

facebook-profiles-money

Ce type de mesure intervient en général lorsqu’une entreprise ou l’autorité souhaite s’assurer du nombre d’actionnaires, selon Barry Silbert, le dirigeant de SecondMarket Inc (il s’agit d’une place de marché grise des entreprises américaines, qui regroupe les grandes sociétés non-cotées en bourse, outre-Atlantique. La future action Facebook est notamment négociée sur cette plateforme). Pour autant, doit-on s’attendre à une entrée en bourse imminente de Facebook ? Pas forcément, mais cette suspension de transactions va dans le sens d’un rapprochement de la date d’introduction.

Pour être plus précis, le réseau social est sans doute proche de la date de dépôt : avant d’être disponible en bourse, une entreprise doit déposer un dossier d’introduction en bourse à la SEC. Celle-ci l’examine, puis accepte ou rejette le contenu du prospectus (il contient un descriptif des activités de l’entreprise, ainsi qu’un portrait objectif des opportunités et risques de la société). Si la Securities and Exchange Commission accepte le dossier, Facebook pourra ensuite détailler au grand public le contenu de l’introduction, notamment le nombre d’actions mises en vente et la prévision de prix. Celui-ci se doit d’être en adéquation avec la valeur estimée de l’entreprise, si celle-ci souhaite réussir son introduction en bourse.

SharesPost est une autre place de marché alternative. Elle permet d’ores-et-déjà d’obtenir une approximation de la valorisation de Facebook : actuellement, celle-ci est évaluée à 89 milliards de dollars. Introduire l’entreprise en bourse devrait élever de 5 à 10 milliards de dollars la valorisation de l’entreprise, pour s’approcher des 90 à 100 milliards. Selon les dernières rumeurs, Facebook devrait plutôt soulever 5 milliards de dollars, afin de créer un sentiment de rareté, faire monter les enchères… et dépasser les 100 milliards le jour-même de son introduction ? Le mécanisme est controversé, mais a déjà été utilisé par Groupon par exemple. Dans tous les cas, nous devrions avoir plus d’informations rapidement, si le dépôt de dossier à la SEC est confirmé. Pour finir, retrouvez en une infographie les principaux chiffres avant l’entrée en bourse de Facebook.

facebook-chiffres-avant-IPO

L’action Facebook sur SecondMarket Inc et SharesPost
Source de l’infographie : Statista via Accessoweb
Crédits photos : owenwbrown et Mashable Source : Buzzom

OFFRES D'EMPLOI WEB

Responsable Marketing CRM H/F

En collaboration étroite avec la Direction, vous accompagnez la Caisse Régionale dans son développement commercial et prenez la responsabilité de l'équipe CRM composée de 4 personnes. En lien avec le Pôle ...

Concepteur Développeur JAVA H/F

Geser-Best : société de service et d'ingénierie (300 personnes / 10 agences) accompagne ses clients depuis 1990 en proposant une offre de services étendue en France et à l'International allant ...

Concepteur Développeur J2EE H/F

Geser-Best : société de service et d'ingénierie (300 personnes / 10 agences) accompagne ses clients depuis 1990 en proposant une offre de services étendue en France et à l'international allant ...

Commentaires

  1. Nozay
    3 février 2012 - 9h32

    Toujours plus riche, toujours plus d’argent, toujours plus de client … Où s’arrêtera le mastodonte du réseau sociale … Qu’on aime ou pas Facebook, c’est quand même une belle réussite du point de vue entreprise =D

Laisser un commentaire

Il est possible d’utiliser ces balises HTML :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar