Le média des professionnels du digital
Le média des professionnels du digital
Fermer

Maxime Barbier : pourquoi TF1 devient actionnaire majoritaire de MinuteBuzz

Fabian Ropars, le 2 décembre 2016

Le pure player MinuteBuzz annonçait hier son rapprochement avec le géant de la télévision TF1. Le groupe média devient l’actionnaire majoritaire de la start-up particulièrement puissante sur la vidéo et les réseaux sociaux. Ce rapprochement entre un acteur jeune et agile (40 employés) est une illustration intéressante de la volonté des « vieux » médias de se digitaliser. Pour en savoir plus sur les raisons de ce rapprochement et les synergies à venir entre les 2 acteurs, nous avons pu échanger avec Maxime Barbier, fondateur du site.

minutebuzz-wall

Pourquoi ce rapprochement entre MinuteBuzz et TF1 ?

Le rapprochement avec TF1 part vraiment d’une belle histoire. On connaissait très bien Sylvia Tassan Toffola, DG de la régie pub de TF1. Elle nous a proposé de collaborer face à la forte demande de leurs annonceurs en termes de mécaniques sociales. Nous étions assez réticents au début, parce que la télé n’est pas notre univers, et parce que nous avions déjà de nombreuses opé à administrer de notre côté. Elle nous a proposé de rencontrer le top management de TF1 et de leur donner un feedback sur notre perception de leur stratégie digitale. Ces échanges ont duré 1 mois, et on a pensé à un rapprochement sur le modèle Buzzfeed / NBC entre la puissance d’une chaîne télé et l’agilité d’une start-up. On a ensuite travaillé le projet de rapprochement ensemble pendant 5 mois.

Concrètement comment va se passer ce rapprochement ? MinuteBuzz reste une entité indépendante ou intégrée ?

MinuteBuzz va rester indépendant, ce n’est pas un rachat par TF1, mais une prise de participation. Il reste 4 actionnaires dans la société : TF1, majoritaire, Laure Lefevre, les employés et moi. MinuteBuzz va donc continuer à faire ce qu’il sait faire. Nous allons continuer à grossir, lancer de nouvelles marques. Nous allons nous installer dans un nouveau studio de création vidéo notamment pour nous renforcer sur le live… On cherche aussi à travailler de plus en plus sur la réalité virtuelle, c’est un sujet qui nous intéresse beaucoup.

Quelles seront les synergies avec TF1 ?

On va en effet créer des synergies avec TF1, tant sur le plan éditorial que commercial. Commercialement il y aura un vrai pont entre la régie de TF1, très puissante, et la nôtre. Du côté éditorial, nous allons lancer une marque « News » en commun, avec l’image et les contenus de TF1, mais avec la façon de faire et l’identité MinuteBuzz.

Il y a quelques jours CNN annonçait un rachat de BeMe, l’app de Casey Neistat. Ces acquisitions externes, c’est un moyen pour les networks de recoller avec un public jeune ?

La télé doit se réinventer, leur cible vieillit, la nouvelle génération a beaucoup moins le réflexe de la télévision. Les acteurs comme MinuteBuzz, BuzzFeed, ou Casey Neistat permettent aux networks de s’adresser à une cible plus jeune, et de lui parler là où elle est : sur les plateformes.

Il n’y a rien de paradoxal pour MinuteBuzz à prôner une vision hors supports propriétaires et plateforme first à finalement se rapprocher d’un « vieux média » comme TF1 ?

Ce sont deux mondes qui s’opposent évidemment. TF1 a 40 ans, c’est un mastodonte, nous nous sommes une petite start-up de 40 personnes. Mais le rapprochement a vraiment du sens parce que nous gardons notre identité. Nous ne travaillerons pas sur MyTF1, et nous restons sur cette volonté de créer du contenu hors site.

Tu as fait le pari, audacieux, de te passer complètement de site web, 2 mois après, tu estimes que c’est un succès ?

Quand on a commencé à parler avec TF1 en juin, nous leur avions déjà dit que nous ferions ce pivot. Nous avions amorcé ce mouvement il y a déjà 1 an, et c’était un vrai choix stratégique. Ce pivot nous a permis de passer la barre de 2 milliards de vidéos vues cette année. Quitter les articles et devenir 100% native nous a vraiment permis d’exploser. Nous sommes passés de 1 million à 9,5 millions d’abonnés sur les plateformes. On a multiplié par 5 notre nombre de vidéos vues chaque mois.

En tant que fondateur, après 6 ans de travail, ça fait quoi de laisser la main ?

Techniquement mon rôle reste le même, des investisseurs partent et d’autres arrivent mais je garde la même part de capital. TF1 est majoritaire évidemment, mais nous restons indépendants. Ça peut sembler paradoxal, mais avoir ce nouvel actionnaire à nos côtés nous rend plus sereins et plus heureux. A la différence d’un fond d’investissement, nous avons un vrai projet commun, ce n’est pas un simple investissement purement financier. C’est aussi ce qu’on a dit à nos équipes, en leur précisant bien que nous étions là pour encore de nombreuses années ! Sceller ce rapprochement a en tout cas été une expérience intense et passionnante. J’espère que le marché et les acteurs de l’écosystème comprendront que ce n’est pas un rachat, nous devenons une équipe avec TF1, avec de vrais projets communs.

Recevez nos meilleurs articles

En vous abonnant, vous acceptez les CGU

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *