Interview de Fadhila Brahimi : « Faites de votre vie un Rézo des possibles »

fadhila Comme promis, voici la deuxième partie de l’interview de Fadhila Brahimi sur le réseau, son importance et la manière de l’optimiser. Elle nous livre son opinion sur le blog emploi comme outil à part entière, nous donne des conseils sur la manière de remobiliser un réseau laissé inactif ou encore nous éclaire sur la manière de construire un réseau solide. Le débat du mois reste plus que jamais ouvert, j’attend votre opinion sur le sujet ! Un grand merci à Fadhila pour sa contribution très intéressante sur ce sujet.

  • Quelles sont les questions à se poser dans sa quête de réseau ?

Tout d’abord, il est nécessaire de définir son projet, de préparer sa présentation. Je conseille, avant d’aller dans un « rendez-vous réseau » ou d’entrer en relation avec une personne sur le web de revisiter son propre objectif et de visualiser celui de son interlocuteur en regardant son profil. Puis d’identifier le mode de communication que vous souhaitez mettre en place et la manière dont vous voulez animer et développer votre réseau. Est-ce que vous vous sentez plus à l’aise sur des forums ou des blogs ? Pour être apporteur d’infos, de conseils ….et sur quels thèmes ? Est-ce que vous souhaitez communiquer en direct avec ses personnes ? Est-ce que vous entrez en relation pour réaliser des interviews, des enquêtes métiers ou pour avoir une recommandation, une info, un conseil… ? Quels modes de communication vous conviennent le plus : le téléphone, l’email, les rencontres en face à face….ou les deux. Certaines personnes n’ont ni la capacité ni l’envie de concilier le réel et le virtuel. Toutes ces questions pour dire que le développement réseau tout comme la recherche d’emploi est un travail qui nécessite un cadre ; non pas pour amoindrir la spontanéité de la relation mais pour trouver de l’efficacité. Ensuite il s’agit de pratiquer l’«interview». Ce qui revient à poser des questions et être à l’écoute pour identifier ; aller vers l’autre pour savoir : 1. Ce que vous retenez de la personne rencontrée en indiquant sur sa carte de visite et sur son profil web les mots clefs qui la qualifie 2. Ce que vous pouvez lui apporter e termes d’infos, de contacts.etc 3. Ce qu’elle peut vous apporter sans attendre un retour immédiat. Ce dernier interviendra peut-être demain, dans un mois, ou jamais. 4. Comment vous pouvez la présenter, la recommander ou suggérez des mises en relation. Savoir aussi présenter ses contacts et la nature de la relation est primordial car il en va de votre réputation.

  • Les blogs emploi peuvent-ils être considérés comme des réseaux à part entière ?

Aujourd’hui, je considère que mon activité dans les réseaux sociaux professionnels tels Viadéo, Xing ou LinkedIn, ont diminué au profit de la blogosphère. Le réseau que j’ai aujourd’hui via Twitter, Ziki ou Facebook est principalement composé de blogueurs. Ce que j’apprécie dans le blogging, c’est la possibilité de développer son réseau à travers des contenus et des messages. Ce n’est pas anodin de choisir des couleurs, des photos, un graphisme, une ligne éditoriale. Cela reflète l’univers et les valeurs d’une personne. Tout comme la carte de visite, le blog est un outil de marketing de soi ou personal branding qui en dit long sur la personnalité de son auteur. Bertrand Duperrin m’a dit un jour : « quand je rencontre un blogueur, je suis rarement déçu ». En effet, à force de les côtoyer en ligne, on finit par les connaître. De plus le blog est un outil de développement personnel : vous formalisez et structurez vos idées, vous vous enrichissez en recherchant des infos complémentaires et en lisant les blogs voisins et surtout vous prouvez par l’action ce que vous êtes capable de défendre et de promouvoir. Le blog emploi est un CV parlant et communiquant !

  • Remobiliser un réseau laissé inactif n’est pas facile… Comment faire ?

Le premier exercice peu évident à réaliser est de cartographier son réseau. Reprenez vos classeurs, notes, agendas…. rangés à droite et à gauche, listez et retrouvez les personnes rencontrées à l’école, au sport, dans les activités professionnelles et extra-professionnelles ou encore les amis que vous n’avez pas vu depuis longtemps …Vous trouverez des astuces sur la place des réseaux. Pour reprendre contact, je vous déconseille d’être trop direct en déclarant « je suis au chômage, je cherche un emploi, c’est pour cela que je vous appelle ». Il faut savoir être malin et utiliser les occasions : anniversaires, fêtes de fin d’année, fête des saints, une actualité… C’est toujours agréable et la personne sera ravie d’avoir de vos nouvelles. Il faut être tourné vers l’autre, pas vers soi. Si vous reprenez contact avec une personne perdue de vue depuis longtemps, ce n’est certainement pas pour leur demander un service ou vous plaindre mais pour demander conseil et être porteur de bonnes nouvelles, de joie… . Un chercheur d’emploi doit pouvoir exprimer du dynamisme et la bonne humeur dans ses recherches. Ce n’est pas forcément facile, mais personne n’a envie de voir quelqu’un d’abattu ou de triste. Par contre, des personnes qui ont envie de se battre, qui sont forces de propositions et dynamiques rencontreront du succès. Il est préférable de se confier sur ses problèmes auprès de son cercle d’amis proches ou de sa famille, se défouler dans le sport, la créativité ou autres moyens. Etre au chômage n’est pas une maladie, ni une honte… c’est un phénomène de notre société tout à fait commun !

  • Justement, comment sortir de cet isolement et de cette solitude qui peuvent s’installer ?

Quand on se retrouve au chômage, la spirale négative peut arriver très vite. Première chose, le réveil ne sonne plus. Si je peux donner un conseil à ce sujet, c’est d’avoir un rendez-vous tous les jours à 9h. Où çà ? Où vous voulez ! Chez le dentiste, à un salon ou chez le buraliste pour acheter votre journal, vous rendre à un salon, faire un jogging…etc. Dans tous les cas, il faut avoir quelque chose à faire tous les matins très tôt. Dans le cas contraire, vous risquez de vous renfermez dans votre bulle et ainsi le monde extérieur s’éloigne de vous. Il est donc important de maintenir un rythme égal au monde du travail et de considérer la recherche d’emploi comme un travail. La deuxième chose concerne votre apparence. Je rencontre souvent des personnes qui tendent avec le temps à se laisser aller physiquement. Continuez à prendre soin de votre tenue vestimentaire, de votre coiffure… Les indemnités ne permettent pas de faire des extras, certes, mais que cela ne vous entraîne pas dans la négligence. Prenez soin de vous, votre état d’esprit en sera meilleur et vos interlocuteurs apprécieront votre bien être. Il est essentiel d’être dans une attitude intérieure positive tant dans son allure que dans sa communication. Personne n’a envie d’écouter tous les jours quelqu’un qui se plaint. Par exemple, si vous avez un collègue au bureau qui râle tous les jours, vous aurez tendance à l’éviter mais vous ne pouvez l’ignorer tous le temps. Dans le quotidien une personne qui se plaint, semble être abattue, triste… vous l’évitez totalement. Il est donc important de vous mettre dans la position d’invité, et non d’évité en laissant une empreinte joyeuse et positive. Que ce soit dans le réel ou le virtuel, votre attitude laissera toujours une empreinte de votre personnalité et de ce qu’on serait capable de faire demain.

  • Au final, comment construire un réseau solide ?

Rappelons que le réseau, c’est une notion de temps. Aujourd’hui, on précipite tout le monde sur les réseaux en disant que c’est une solution miracle. Les Success Story éclair existent mais elles sont rares (exemple de Patricia). Activer son réseau en novembre et avoir un job à la fin du mois, ce n’est pas systématique. Le réseau doit se vivre dans le temps c’est-à-dire qu’il faut du temps pour se construire un réseau solide, du temps pour se construire une réputation et du temps pour avoir confiance. Les piliers du réseau sont la confiance et la réputation. Ils se construisent au fil du temps. Comment faire une recommandation sur une personne que l’on connaît peu ou mal Cela va plus loin qu’une liste d’amis sur un réseau. C’est dans la durée que l’on construit une relation de confiance. De plus, le réseau ne sert pas uniquement à décrocher un job, il permet surtout de gérer son employabilité et son univers relationnel. C’est toujours agréable de sortir et de pouvoir avec une personne qui peut apporter des idées de discussion ! Et c’est aussi une condition de notre société de se donner la possibilité de changer de métier un jour. Pour cela, le réseau est aussi source d’inspiration car il permet de fréquenter d’autres univers que le sien. Les personnes que j’ai vues le plus en difficulté dans leur recherche d’emploi sont celles qui ont passé toute leur carrière dans la même entreprise, dans le même service et qui n’avaient rien d’autre en dehors. Le jour où çà s’effondre, c’est leur vie qui s’écroule. Les personnes qui arrivent à s’en sortir, ce sont celles qui avaient déjà une activité, une vie en dehors. En fait, le réseau se constitue en permanence, dans notre vie de tous les jours (Lise Cardinal). Alors « Faîtes de votre vie un Rézo des possibles » !

Fadhila Brahimi, FB-Associés, RH Coach

OFFRES D'EMPLOI WEB

Chef de Projet Monétisation H/F

Cdiscount, qui sommes-nous ? Pionnier du e-commerce en France, nous n'avons eu de cesse d'évoluer pour nous adapter et anticiper les besoins et aspirations des consommateurs. En nous engageant à démocratiser ...

Concepteur Développeur C# Dot Net H/F

APSIDE, 1ère ESN indépendante de France (+2000 salariés sur + 20 agences en France et à l'international) développe son activité en 1998 sur Rennes, qui regroupe aujourd'hui près de 100 ...

Chargé de Communication H/F

Promoteur Immobilier National recrute en CDI un Chargé de Communication H/F.Au sein d'une équipe de 5 personnes et sous la responsabilité directe de la responsable marketing et communication, vous serez ...

Commentaires

  1. Sylvie Stiévenard
    4 décembre 2007 - 8h49

    Merci pour cette interview riche et constructive.

    Cependant, une remarque concernant le titre de la deuxième partie : il n’y a pas d’accent circonflexe sur le « i » de « Faites ». Ensuite, – peut-être suis-je mal réveillée ? – Faut-il y lire un jeu de mot ? « Rézo des possibles ». En interversissant les lettres, je lis « Zéro » : pas très positif tout ça si je considère « Zéro » comme un vide, une absence…. Je m’égare.

    Revenons au réseau, un outil de plus dans la recherche d’emploi. Construire un réseau s’avère très long, surtout après une longue absence sur le marché du travail. Ce temps long n’est pas toujours compatible avec la nécessité économique de travailler…

    Bien à vous,

    Sylvie Stiévenard

  2. fbrahimi
    6 décembre 2007 - 10h24

    Bonjour Sylvie, merci pour ce correctif et merci de manifester par écrit votre satisfaction. Le jeu de mots que vous voyez est une perception à laquelle j’adhère sur un point effectivement vous pouvez voir dans Rézo le mot Zéro. Ceci étant le vide n’est pas à mon sens négatif. Bien au contraire: la nature ayant horreur du vide elle remplace toujours le vide par qqchose. Ce qqchose peut être de l’ordre du possible ;-). Pourquoi ne voir que le vide plutôt que celui de la place de créer, d’initier, de produire et de réaliser.
    La construction d’un réseau est effectivement une activité dont les bénéfices sont à récolter à long terme. Il faut bien commencer un jour pour arriver à la concrétisation. Temps que l’on regrette de n’avoir pas dépensé en poste lorsque l’on recherche un emploi. Justement, le réseau ne se construit pas lorsque l’on recherche un poste mais bien avant. Activité tout à fait compatible avec une activité professionnelle en le faisant méthodiquement et raisonnablement.

Laisser un commentaire

Il est possible d’utiliser ces balises HTML :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar