Le média des professionnels du digital
Le média des professionnels du digital

Interview : comment optimiser une candidature spontanée

Flavien Chantrel, le 20 février 2008

regionsjob_2 Dans le cadre de notre Débat du mois, je vous propose d’approfondir les différences entre une candidature spontanée et une candidature classique. Pour l’occasion, je vous propose de découvrir l’interview de Liselotte Huguenin, chargée du recrutement et des ressources humaines au sein de RegionsJob. Elle nous dévoile l’œil du recruteur face à une candidature spontanée, ses conseils pour l’optimiser ou encore les pièges à éviter. Si chaque recruteur est différent, avoir l’avis d’un professionnel vous permettra de vous placer de l’autre côté de la barrière et de mieux comprendre comment ce type de candidature peut être plus efficace. N’hésitez pas lui faire vos retours en commentaires. Bonne lecture !

L’œil du recruteur est-il le même quand il étudie une candidature spontanée et une réponse à une annonce ?

Il va généralement être aussi ouvert. Personnellement, je traite immédiatement les candidatures spontanées. Ce ne sera pas forcément le cas dans le cadre d’une réponse à une annonce, que je mettrais dans mes dossiers avant de les traiter de manière globale. Je regarde tout de suite le CV et la lettre de motivation pour voir si je n’ai pas une ouverture à proposer au candidat, un besoin en recrutement qui correspondrait au profil. Si ce n’est pas le cas, je réponds pour indiquer à la personne que j’ai bien reçu sa candidature et que je reprendrais contact avec elle si un poste s’ouvre plus tard.

Si la candidature ne correspond pas à un besoin immédiat, le CV est-il archivé pour un besoin ultérieur ?

Dans mon cas, oui. Je les place dans un dossier « candidatures spontanées ». Cela représente un vivier de candidats qui peut être utile. Le but est de pouvoir les retrouver facilement et rapidement si un poste s’ouvre.

Faut-il relancer une candidature spontanée de la même manière qu’une candidature classique ?

S’il n’y a pas de réponse, oui. Mais personnellement, j’essaie de toujours donner une réponse dans la journée ou dans la semaine. Si j’ai un poste, je recontacte tout de suite la personne, si ce n’est pas le cas je le lui indique rapidement.

Est-il utile d’envoyer une deuxième candidature spontanée à une entreprise à plusieurs mois d’intervalle ?

Je conseille plutôt d’attendre. Si la personne suit vraiment la société en question, elle verra à un moment une annonce qui lui correspond. Si elle ne la suit pas, c’est que l’entreprise ne fait pas partie de ses priorités, et dans ce cas multiplier les candidatures spontanées n’est pas forcément utile. Auparavant, les entreprises conservaient généralement les dossiers un an, mais maintenant le format électronique permet de les stocker facilement, donc une trace subsiste. Toutefois, si une offre de cette même société paraît, il ne faut pas hésiter à y répondre même si une candidature spontanée a déjà été transmise.

Qu’est-ce qui peut distinguer une candidature spontanée d’une autre ?

Selon moi, la lettre de motivation, contrairement à une réponse à une annonce où je vais plus m’attarder sur le CV. La personne doit m’expliquer quel type de poste elle recherche, sa mobilité, ses motivations… On reçoit beaucoup de candidatures spontanées qui ne sont pas adaptées à l’activité de l’entreprise. Un responsable logistique qui postule auprès d’une entreprise Internet a par exemple aucune chance d’être rappelé. Dans ce cas, cela voudra dire que la personne ne s’est pas renseignée sur la nature de la société et ses besoins.

Quelle place faut-il accorder au savoir-être dans une candidature spontanée ?

Dans le cadre d’une annonce, le savoir-être va être approfondie ultérieurement, lors de l’entretien. Pour une candidature spontanée, cela va être important au premier abord, notamment pour comprendre ce que la personne veut faire, ce qu’elle veut apporter.

Que penses-tu des candidatures originales qui se multiplient ces derniers temps ?

Cela peut être un atout. Je reçois des candidatures classiques, de quelques lignes, et dans le même temps, j’en reçois des plus originales qui me marquent plus. Attention, cela peut être négatif. Il faut avant tout rester professionnel. C’est également lié au goût du recruteur. Les CV débordant de couleurs, de fioritures (par exemple avec des petits coeurs incrustés), peuvent plaire à certains, personnellement ce n’est pas mon cas. Je fais toutefois tout pour ne pas écarter ces candidatures pour ces raisons. Je les envoie tout de même en interne aux chefs de groupes, mais en enlevant les cœurs 😉 Dans tous les cas, je ne m’arrête pas à la forme, le plus important reste le contenu. Ce n’est peut-être pas le cas de tous les recruteurs, donc prudence.

Quels sont les éléments à mettre absolument dans sa candidature spontanée ?

Une lettre de motivation détaillée sur le(s) type(s) de poste(s) recherché(s), le lieu où on souhaite exercer le poste, ce que l’on peut apporter à l’entreprise. Il est important de bien la détailler pour nous permettre d’avoir une bonne vision de ce que la personne recherche.

Les recruteurs sont-ils plus ouvert à des profils de jeunes diplômés dans le cadre de candidatures spontanées ?

C’est possible. Je conseille aux jeunes diplômés de se tourner vers cette méthode, pas forcément en utilisant les formules classiques sur l’entreprise (chiffre d’affaire de la société, évolution…), mais en montrant qu’elle a compris ce que fait la société et en quoi elle peut lui apporter quelque chose. Le degré de personnalisation doit être d’autant plus élevé que le jeune diplômé n’aura pas un nombre important d’expériences à mettre sur son CV.

Certaines entreprises tiennent plus à cœur que d’autres. Certains candidats ont donc tendance à jouer la carte de l’attachement inconditionnel, quitte à postuler à tout poste vacant…

Si une personne en fait trop, je ne comprends pas ce qu’elle veut. Du coup çà ne m’aide pas ! Il est important de m’orienter, de m’expliquer pourquoi elle est attirée par l’entreprise, de me montrer pourquoi elle a choisi celle-là. Il est nécessaire d’avoir un poste précis en tête. Si la personne postule à deux types de poste (par exemple communication et commercial), il faut bien que la personne me montre en quoi elle peut travailler dans les deux domaines. Si la personne adore la société, tant mieux; mais ce n’est pas le seul critère !

Les pièges à éviter ?

Les introductions trop courtes du type « bonjour, vous trouverez ci-joint mon CV détaillé ». Dans ces cas là, je ne sais ni quoi, ni comment, ni pourquoi … Le but est de faire gagner du temps au recruteur, de lui permettre de comprendre très rapidement ce que l’on cherche. Il faut donc être à la fois précis, concis et clair.

Jusqu’où aller dans l’adaptation de son CV ?

Il faut rester dans la réalité et surtout ne pas mentir. Je conseille de faire un CV qui reprend tout ce qu’on a pu faire de manière détaillée dans sa carrière : chaque expérience, chaque compétence. A chaque candidature, il faut ensuite faire ressortir les points qui intéresseront l’entreprise et les mettre en valeur, et enlever ce qui n’a pas d’importance. Il faut chercher à comprendre ce qui intéressera le recruteur et lui donner de la visibilité.

RegionsJob recrute

Recevez nos meilleurs articles
Commentaires
  1. Véronique dit :

    Merci pour ces conseils précis.

  2. Carole dit :

    Oui, merci pour votre vision de la candidature spontanée.

  3. Emma dit :

    Merci également pour ces conseils, espérant que la plupart des recruteurs ont la même approche que vous !!!

  4. Patricia dit :

    Voilà un interview rassurant sur le devenir d’une candidature spontanée à RégionJob.

    J’ai toutefois quelques petites questions à vous poser sur le contenu de la lettre de motivation.
    Vous dites que si vous n’avez pas de poste à proposer lors de la réception de la candidature vous la stockez. Lors d’un plan de recrutement de votre société, vous consultez ces candidatures avant même de formuler l’annonce à l’ANPE ? Sont-elles prioritaires dans votre démarche de recrutement ?

    D’autre part, si une personne vous sollicite pour un candidat en particulier, sera-t-il privilégié ? Je ne parle pas de « piston » mais de contact lié à un réseau social ou lors d’une enquête de terrain.

    Si le temps vous le permet, j’apprécierai vos interventions sur mon forum de conseils en technique de recherche d’emploi que vous trouverez à l’adresse suivante cogilia.coolforum.info.

  5. Christian dit :

    Conseils précieux à retenir…
    Une réserve cependant concernant le responsable Logistique et la société Internet, en effet si il s’agit d’un site marchand, il y a indubitablement des flux physiques (marchandises) et le responsable logistique est un professionnel des flux qu’ils soient de nature physique, informatique ou autre…il y a donc un très grand intérêt pour ce type de société, à étudier la candidature d’un logisticien…

  6. FmR dit :

    Patricia, pour ses recrutements Regionsjob ne passe pas par l’Anpe, tu comprends pourquoi j’imagine 😉

  7. Patricia dit :

    @ FmR : Toute entreprise est obligée de passer une annonce auprès de l’ANPE. Elle peut étendre ensuite sa recherche sur d’autres supports tels que les journaux, les jobboards, etc. plus adaptés à sa recherche de profil. Si je ne me trompe pas.
    Cela dit j’adhère à ta remarque.

  8. mo dit :

    Merci pour ce billet m’sieur le Modérateur.
    La vision d’un chargé de recrutement est importante car on ne sait pas vraiment comment va être lu notre demande ou contact. En ce qui concerne la vision de Madame Liselotte Huguenin , celle-ci est motivante et donne de nombreux conseils pertinents à appliquer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *