Le média des professionnels du digital
Le média des professionnels du digital

Interview : E-Réputation – Stratégies d’influence sur Internet

Anne-Laure Raffestin, le 8 février 2011

Edouard FilliasAlexandre VilleneuveEdouard Fillias et Alexandre Villeneuve, co-auteurs du blog e-reputation.org, ont publié récemment le livre E-réputation : Stratégies d’influence sur Internet aux éditions Ellipses. A la fois théorique et pratique, truffé de cas concrets, ce livre répondra à toutes vos questions sur l’e-réputation, et présente les stratégies à mettre en œuvre pour bien travailler son image sur Internet, sans en oublier les aspects juridiques. Que ce soit du côté des entreprises ou des particuliers, chacun y trouvera son compte. Les deux auteurs ont gentiment accepté de répondre à nos questions, notamment sur le passage de l’écriture blog à celle d’un livre. Bonne lecture !

Tout d’abord, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Alexandre : Je suis consultant, mon domaine de prédilection est la visibilité dans les moteurs de recherche (SEO). Je suis aussi président de l’association SEO Camp, qui organise des rencontres autour du référencement. En mars par exemple, nous préparons le SEO Campus : 2 jours de conférences où l’on accueillera notamment la discrète équipe  » Search Quality  » de Google. Mon compte Twitter : @referencement

Edouard : Je suis directeur associé chez Image & Stratégie, agence de conseil en communication. Ma spécialité est la communication d’influence digitale. Mon compte Twitter : @Edouard_Fillias

A quel public s’adresse l’ouvrage « E-Réputation – Stratégies d’influence sur Internet » : des gens déjà sensibilisés à la question, des professionnels ? Le néophyte pourra-t-il l’aborder sans difficultés ?

Alexandre : Il n’y a pas de jargon, ni de pré-requis particuliers dans le livre. Si votre grand-mère est habituée à surfer sur le web, elle pourra le lire. Néanmoins, c’est tout de même un livre de 300 pages, il faut être sérieusement intéressé par le sujet.

Edouard : C’est un livre pour tout public : nous avons voulu informer les professionnels, qui y trouveront des réponses techniques (droit, technologie, méthode), tout en aidant le grand public à cerner les enjeux. A chacun ses chapitres et son degré de lecture !

Vous animez déjà ensemble le blog e-reputation.org : c’est le blog qui a servi de point de départ à l’envie d’écrire un livre ?

Alexandre : En fait c’est l’inverse, l’idée initiale c’était d’écrire un livre, mais ne trouvant pas le temps, nous avons finalement reporté nos idées sur le blog. Le livre lui est resté conservé en carton pendant 3 ans.

Edouard : Finalement, le blog nous aura servi de galop d’essai ! C’est plutôt sain. On a beaucoup appris de nos lecteurs et des attentes de l’audience sur ses questions.

Comment vous êtes-vous partagé le travail, est-ce difficile d’écrire à deux ?

Alexandre : C’est effectivement plus difficile qu’on le pensait initialement, nos profils sont différents, il a fallu homogénéiser le style.

Edouard : Comme nous avons chacun une formation différente, nos connaissances se sont cependant bien complétées : le geek et le marketeur : )
Livre e-reputation

Comment se passe le passage du blog au livre ? Les méthodes d’écriture sont-elles différentes ?

Alexandre : Le blog et le livre, ce sont deux méthodes d’écritures très différentes. Lorsqu’on écrit un article sur un blog on a généralement une idée principale à développer. Pour un livre ce sont des centaines d’idées à organiser d’une manière cohérente. Nous avons donc souvent dû élaguer, et de nombreuses idées, parfois même rédigées, ont été supprimées.

Edouard : Écrire un livre est définitivement frustrant. D’ailleurs, la prochaine fois, on ouvrira plutôt un wiki ou on fera un ebook multimédia : un support plus évolutif, participatif et donc moins « définitif » qu’une impression.

L’e-réputation a été un sujet brûlant en 2009 puis 2010, pensez-vous qu’il le sera également au cours des prochains mois ? Comment voyez-vous l’évolution de la réflexion sur ce thème ?

Alexandre : Avec ce livre nous avons voulu créer un cadre de discussion autour de l’E-Réputation. Mais le débat continue et régulièrement de nouvelles problématiques apparaissent. Internet est de plus en plus présent, sur le mobile, sur la télévision, même sur certains frigos… Prochainement, la reconnaissance des formes via le mobile permettra d’obtenir rapidement les informations sur tout ce que l’on voit. Plus personne ne fera des choix de produits sans l’avoir « flashé » préalablement pour lire les avis des internautes. La réputation est un enjeu global à intégrer à toute la communication, il ne peut être cantonné au web. L’avenir de l’E-Réputation doit donc progressivement se détacher de son préfixe « e-« .

Edouard : Effectivement, « E-Réputation » est un mot intéressant car il exprime la prise de conscience soudaine de l’importance de l’identité numérique, de notre « projection » virtuelle, nous, entreprises, individus, courants d’idées… Mais au fond, les concepts d’influence, de réputation, de messages et de cibles restent au cœur de la réflexion. Derrière les outils et le buzz, de bien anciens questionnements pour un sujet qui ne demande qu’à murir.

Pour finir, auriez-vous un conseil à donner pour qui est soucieux de son e-réputation ?

Alexandre : Quiconque soucieux de son E-Réputation doit penser long terme, il ne faut pas chercher le buzz pour le buzz. Une réputation se créé avec le soutien de sa communauté, la créer est un travail de longue haleine. En cas de « bad buzz » par exemple, le soutien de sa communauté peut être très utile. On connaît la puissance de la communauté Apple, qui lors de l' »Antenna gate », défendait corps et âmes l’iPhone 4.

Edouard : Je ne dirai pas mieux. J’ajouterai qu’il faut, pour bien gérer sa réputation, être soi-même. Le décalage entre l’image « construite » et l’image perçue « IRL » (dans le monde réel) est en soi plus problématique que l’absence de gestion de la dite image. La sincérité reste la grande valeur de l’époque !

Recevez nos meilleurs articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *