Le média des professionnels du digital
Le média des professionnels du digital

Instagram se donne le droit de vendre vos photos

Flavien Chantrel, le 18 décembre 2012

Cela fait déjà quelques mois que Facebook a racheté Instagram, au grand dam de Twitter qui aurait proposé à l’époque 525 millions de dollars pour le réseau social de photos. Si la situation s’est depuis dégradée entre ces différents sites (Twitter proposant depuis lui aussi des filtres photos et Instagram refusant d’afficher les siennes sur le réseau de micro-blogging), l’attention devrait vite se recentrer sur les utilisateurs. Instagram a en effet annoncé hier mettre en place une nouvelle politique de confidentialité à partir du 16 janvier prochain. Trois changements majeurs vont voir le jour, ce qui pourrait bien empêcher les photographes amateurs d’immortaliser leurs déjeuners en paix.

Un partage de données entre Instagram et Facebook

Si Facebook a mis autant d’argent sur la table pour acquérir une application qui ne rapporte rien, ce n’est pas pour l’amour du sport. Avec plus de 100 millions d’utilisateurs, le site recueille des informations qui peuvent se révéler précieuses. Cookies, données de localisation, appareils utilisés… Toutes les informations disponibles seront désormais mises en commun avec Facebook. De quoi personnaliser encore plus les publicités affichées, même si Instagram met l’accent sur la lutte contre le spam et l’amélioration des fonctionnalités proposées.

Instagram peut vendre vos photos

Instagram s’en défendait dans son annonce officielle : « Nothing has changed about your photos’ ownership or who can see them« . Rien n’a changé à propos de la propriété de vos photos ou de qui peut les voir. C’est confirmé dans les Conditions d’utilisation du service : « Instagram does not claim ownership of any Content that you post on or through the Service« . Autrement dit, Instagram ne se dit pas propriétaire des contenus que vous postez. Sauf que quelques lignes plus tard, on retrouve cette mention : « you hereby grant to Instagram a non-exclusive, fully paid and royalty-free, transferable, sub-licensable, worldwide license to use the Content that you post on or through the Service« . Instagram a donc le droit d’utiliser et de vendre vos photos sans vous reverser le moindre dollar. On comprend mieux la valorisation du service à l’époque de son rachat. Quelle différence par rapport à avant ? Les termes étaient alors les suivants : « you hereby grant to Instagram a non-exclusive, fully paid and royalty-free, worldwide, limited license to use, modify, delete from, add to, publicly perform, publicly display, reproduce and translate such Content« . Deux mots ont donc été ajoutés : « transferable, sub-licensable« . Deux mots qui changent beaucoup de choses. Alors que l’autorisation se faisait auparavant sur l’utilisation, elle se fait désormais sur la vente.

La propriété des données a toujours été un débat très animé. Facebook, à une époque, a du se défendre sur ce même thème à propos des contenus hébergés par ses membres. On attend la réaction d’Instagram, car il y a cette fois une vraie problématique de monétisation : Instagram a tout à gagner à obtenir le droit de vendre les photos qu’il héberge. Mais cela risque d’être compliqué à défendre auprès des utilisateurs…

L’arrivée de la publicité

Il fallait s’y attendre, Instagram va monétiser son service. Logique, il était temps que le site commence à rentrer de l’argent. « Some of the Instagram Services are supported by advertising revenue and may display advertisements and promotions, and you hereby agree that Instagram may place such advertising and promotions on the Instagram Services or on, about, or in conjunction with your Content. » C’est dit, cela devrait arriver bientôt.

Joujou surcoté pour certains, véritable révolution dans la manière dont se propage l’information pour d’autres, Instagram arrive dans tous les cas à un tournant de son histoire. Et nous rappelle cette difficulté générale des réseaux sociaux à réussir à gagner de l’argent sans déclencher des polémiques sur la manière dont ils utilisent nos données personnelles. Et ce n’est pas prêt de s’arrêter…

Recevez nos meilleurs articles
Commentaires
  1. FmR dit :

    Bon ben je crois que c’est le moment de passer à autre chose…

  2. kg dit :

    @FmR : Je plussoie

  3. Wilbird dit :

    Après le rachat par Facebook, ce n’était qu’une question de temps !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *