Instagram fait marche arrière : « Je vous ai compris »

Hier, l’annonce de certains changements dans les conditions d’utilisation du service Instagram a ému plus d’une personne. Instagram ajoute de la publicité à ses pages, et se donnerait le droit de vendre les photos de ses membres. On imaginait déjà des milliers de photos passées aux filtres vintage inonder les prospectus des commerçants, sans que leurs malheureux auteurs ne touchent la moindre rémunération. C’est du moins ce que nombre d’internautes ont compris en lisant les modifications de CGU annoncées par le réseau social désormais dans l’escarcelle de Facebook. Il est vrai que la phrase « you hereby grant to Instagram a non-exclusive, fully paid and royalty-free, transferable, sub-licensable, worldwide, limited license to use, modify, delete from, add to, publicly perform, publicly display, reproduce and translate such Content » semblait assez limpide : les membres garantissent à Instagram le droit d’utiliser, modifier, supprimer, augmenter, afficher, reproduire et traduire leur contenu, sans contrepartie financière.

Sur Twitter, notamment, d’aucuns se promettaient que sur Instagram, on ne les y prendrait plus. Des photos à caractère fortement désobligeant ont circulé sur Instagram, et des menaces (effectives ?) de fermeture de comptes ont émergé. Une sorte d’InstagramGate qui aurait pu profiter aux services concurrents, tel Flickr qui vient de refondre complètement son application mobile. Un peu partout sur les sites spécialisés, des articles ont été publiés pour trouver des alternatives à Instagram, migrer ses photos du service désormais honni vers Flickr… Le vénérable National Geographic indiquait même ne plus poster de nouveaux clichés sur Instagram à cause de ces nouvelles conditions d’utilisation.

Les choses auraient donc pu bien mal tourner pour le réseau social de la photographie. Mais hier, il a réalisé son mea culpa, d’abord sur Twitter, puis dans un billet intitulé sobrement « Thank you, we are listening« .

On y apprend plusieurs choses. Premièrement, l’équipe d’Instagram a écouté ce qu’il s’est dit sur les médias sociaux et un peu partout sur Internet. Et surtout, elle a tenu compte de ce qu’elle a lu, ce qui est assez rare. Le résultat : « As we review your feedback and stories in the press, we’re going to modify specific parts of the terms to make it more clear what will happen with your photos. » (« En regardant vos retours et les articles dans la presse, nous allons modifier des parties de nos CGU pour clarifier ce qu’il advient de vos photos. »)

Bien entendu, pour Instagram, ce sont les utilisateurs qui avaient bien mal compris ce qu’Instagram avait voulu dire, selon la ligne de défense adoptée par Facebook lors de son fameux faux-bug qui avait défrayé la chronique il y a quelques mois. Instagram va bien se lancer dans la publicité, mais cela ne veut pas dire qu’il va vendre les photos de ses membres. Non, il va tenter de monétiser son service en y apposant de la publicité. Dans le billet, Instagram indique également que les utilisateurs restent propriétaires de leurs contenus, « un point c’est tout« . C’est rassurant pour « les artistes créatifs et les amateurs passionnés » qui peuplent le réseau social !

Source de l'image

Commentaires

  1. @lauramparra
    19 décembre 2012 - 10h28

    C’est déjà une bonne chose que l’équipe d’Instagram écoute ses utilisateurs et surtout, soit capable de réagir si vite. Avec la mauvaise pub autour des paramètres de confidentialité de Facebook, j’espère qu’ils ne feront pas l’erreur une deuxième fois, parce qu’ils risquent d’énerver les mobinautes et les réseaux sociaux qui assurent la protection de la vie privée commencent à devenir des concurrents sérieux…

  2. Sharkeus
    19 décembre 2012 - 17h00

    C’est rassurant, mais… non merci. Une dérive « facebookienne » de trop…

  3. Keirn
    20 décembre 2012 - 7h23

    Trop tard ! Instagram a rejoint la corbeille du bureau et n’en ressortira pas. Quand on a cette idée, cela donne surtout une idée de la qualité de l’équipe qui gère tout cela.

Laisser un commentaire

Il est possible d’utiliser ces balises HTML :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar