Génération Y et usage des nouvelles technologies : interview de Benjamin Chaminade

benjamin chaminadeAprès une première interview consacrée à la vulgarisation du concept de génération Y, je vous propose la suite de mon entretien avec Benjamin Chaminade. Elle est consacrée aux relations qu’entretiennent les jeunes issus de la génération Y avec les NTIC (Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication). Le PC est devenu un équipement présent dans presque chaque foyer, Internet est un réflexe quotidien. Ces changements ont entrainé une modification des habitudes pour les personnes issues de la génération X. Au contraire, cet état de fait est naturel pour les plus jeunes (les digital natives). Cette interview étudie les impacts occasionnés lors de la recherche d’emploi et dans le cadre professionnel. Un grand merci à Benjamin pour s’être prêté au jeu. Bonne lecture !

  • L’avènement des nouvelles technologies a- t-il changé la donne pour la nouvelle génération ?

Le côté «connecté» est une partie de la définition de ce qu’est un Y. Pour un baby boomer, entrer en contact sur Facebook et parler avec des gens qu’on ne connait pas n’a pas de sens. Les Y, eux, répartissent leur attention sur beaucoup de centres d’intérêts. Ils sont au travail, mais vont un peu sur Facebook, MSN, Viadeo en même temps… C’est également valable dans les relations humaines : ils s’éparpillent. De plus en plus de gens vous contactent parce qu’ils ont quelque chose à vous demander. C’est l’effet «réseau social». C’est nouveau, on ne sait pas trop comment l’utiliser, donc ça part dans tous les sens.

  • De ce fait, peut-on dire que la génération X correspond à un Internet 1.0 et la génération Y au 2.0 ?

C’est la théorie du 1% : 1% des visiteurs sur un blog laissent un commentaire. Le taux de commentaires chez les moins de 25 ans est beaucoup plus élevé. C’est symptomatique. Pour les plus de 25 ans, le commentaire laissé reste dans les extrêmes : soit ils ont adoré, soit ils ont détesté. Les plus jeunes vont laisser un commentaire pour ne rien dire : «je suis d’accord » ou «cool». Au contraire, les membres de la génération X vont essayer de construire quelque chose et de développer. Cela a un impact au niveau professionnel. Par exemple, vous envoyez un mail à votre équipe. Certains X vont répondre en un seul mail condensé, les Y vont souvent vous envoyer plusieurs mails à chaque fois qu’ils ont une idée. Le mail devient un MSN. Cela rejoint le concept de Digital Natives.

  • Tout cela entraine-t-il une baisse de productivité au travail ?

A ce sujet, l’Angleterre a fait une étude, et a calculé le nombre d’heures qui sont perdues chaque mois sur Facebook ou d’autres sites du même type : 233 millions, soit 167 millions d’euros par jour ! C’est un problème, mais les X avaient le leur comme le démineur et les baby-boomers, la machine à café.

  • Quelle est la journée type d’un jeune de la génération Y ?

Il utilise un peu tous les outils du net. Il n’est pas prêt à passer une heure sur un site d’emploi. Il s’inscrit partout, sur tous les sites qu’il trouve, pour ne rien rater. Au bout d’un mois ou deux, il oublie où il s’est inscrit, il ne lit plus les mails reçus… Et il décroche. Il va se recentrer sur deux ou trois sites emploi qui sont les plus attractifs, qui offrent les meilleures annonces. Certains vont plus loin et vont utiliser Netvibes ou un autre agrégateur de flux pour gagner du temps et voir l’ensemble des annonces en coup d’œil. D’autres vont encore plus loin et ouvrent un blog pour leur recherche. Enfin, il y a les réseaux sociaux. On va essayer de communiquer sur Facebook, Linkedin, Viadeo, avec des gens de son secteur d’activité pour obtenir des conseils et des informations. Tout devient plus rapide. On ne se contente plus de lire et de poster un CV, mais on est beaucoup plus proactif du point de vue de la recherche et du relationnel. Le temps alloué à la recherche d’emploi a diminué, au profit de la vie personnelle.

  • Que peut apporter un blog dans ces nouveaux usages ?

Le blog peut être positif. Tout dépend ensuite de l’emploi que l’on tient à occuper, car les recruteurs n’ont pas forcément le temps de les lire. Cela peut être utile en phase numéro deux afin de pouvoir le présenter au client (en agence). Les chargés de recherche sont souvent jeunes, et donc plus à l’aise avec ces nouveaux modes de communication.

  • Les réseaux sociaux changent-ils le recrutement ?

On continue toujours bien sur à recruter à l’ancienne : je mets une annonce, j’attends les réponses, je fais une sélection et je la présente aux clients mais depuis quelques mois, les choses bougent. Le candidat ne devient plus seulement la personne que l’on place dans une société, mais aussi quelqu’un avec qui il faut avoir une conversation tout au long de sa carrière. La fidélisation devient un axe central. Les nouveaux outils peuvent être un bon vecteur.

Le blog Génération Y 2.0

OFFRES D'EMPLOI WEB

Responsable Marketing CRM H/F

En collaboration étroite avec la Direction, vous accompagnez la Caisse Régionale dans son développement commercial et prenez la responsabilité de l'équipe CRM composée de 4 personnes. En lien avec le Pôle ...

Concepteur Développeur JAVA H/F

Geser-Best : société de service et d'ingénierie (300 personnes / 10 agences) accompagne ses clients depuis 1990 en proposant une offre de services étendue en France et à l'International allant ...

Concepteur Développeur J2EE H/F

Geser-Best : société de service et d'ingénierie (300 personnes / 10 agences) accompagne ses clients depuis 1990 en proposant une offre de services étendue en France et à l'international allant ...

Commentaires

Laisser un commentaire

Il est possible d’utiliser ces balises HTML :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar