Faux profils : 6 conseils pour ne pas être dupé sur les réseaux sociaux

starlettInternet, ce formidable espace de liberté d’expression. Entre anonymat et fausses identités, il est parfois difficile de savoir à qui on a vraiment affaire. Un sénateur a même tenté de faire passer une loi interdisant l’anonymat des blogueurs. Le problème est bien sûr beaucoup plus compliqué et surtout pas nouveau. Les hommes se faisant passer pour des femmes sur les tchats, faux profils sur les sites de rencontres, membres de forums cachés derrière des pseudos… Cela fait partie du jeu. Le problème peut survenir quand une identité fausse mais crédible est prise. Sans aborder le cas des scams, la multiplication des profils en ligne engendre forcément des fakes. Hommes politiques ou célébrités bien sûr, mais aussi des anonymes qui ne vous veulent pas que du bien. Car même si on prend le soin de bien protéger ses informations personnelles, le fait d’accepter des personnes qu’on ne connait pas dans son réseau peut également exposer votre vie privée.

robin sageDernier exemple marquant en date, celui de Robin Sage. En 28 jours, Thomas Ryan a donné vie à cette jeune fille avec succès. Photo de profil attirante, parcours sans tâche (MIT, …) et demandes ciblées lui ont permis d’être rapidement en contact avec plus de 300 experts en sécurité. Et pas n’importe qui ! Des personnes en poste à la NSA, des militaires, des employés de grands groupes… En à peine 4 semaines, Robin Sage a réussi à avoir accès aux informations bancaires d’un de ses contacts, à des informations militaires confidentielles et a même eu des propositions d’embauche et de participation à des conférences. Elle est pas belle la vie ?

Attention, il est évident qu’il ne faut pas tomber dans la paranoïa. Il y a peu de chances qu’une personne vous veuille du mal et tente par tous les moyens de vous pirater. Le cas décrit ci-dessus est bien particulier et cherchait à confondre des personnes bien précises. Mais il convient toutefois de respecter quelques règles essentielles pour ne pas tendre le bâton. Voici 5 conseils et bonnes pratiques pour éviter tout problème.

  • Ne pas accepter d’inconnus : cela s’adresse plus particulièrement à Facebook et autres réseaux sociaux à vocation privée. Bien réglé, votre profil reste confidentiel. Mais il ne l’est plus une fois le contact accepté. Si vos échanges sont privés ou personnels, pourquoi se mettre en contact avec des inconnus ?
  • Faire des recherches sur les personnes qui demandent à vous inclure à leur réseau : une personne vous demande comme ami mais vous ne savez pas qui c’est ? Si cela arrive sur un réseau pro ou un site qui n’est pas spécialement personnel, cela peut avoir du sens d’accepter. Mais une recherche ne coûte rien : qui est cette personne ? Est-elle présente ailleurs ? Avez-vous des amis en commun ? Travaille-t-elle dans le même secteur que vous ? Ayez le réflexe Google.
  • Créez plusieurs groupes d’amis: Facebook, entre autres, le propose. Si vous diffusez des informations vraiment personnelles, soyez sûrs que seulement vos amis les plus proches y aient accès. Et donnez le minimum aux autres !
  • Vérifier régulièrement la liste de vos contacts : sait-on jamais, quelques inconnus ont peu-être été ajoutés sans que vous y fassiez attention.
  • Gardez vos informations personnelles pour vous ! : le mieux est encore de faire preuve d’un minimum de discrétion. Cela n’est pas très utile d’étaler l’ensemble de votre vie privée, de vos goûts et de vos habitudes en ligne. Et c’est valable pour bien d’autres choses que les seuls contacts indésirables qui peuvent y avoir accès.
  • Contactez la personne : vous avez un doute ? Le mieux est encore de contacter directement la personne pour savoir pourquoi elle vous a ajouté.

Tout cela est bien sûr à mettre en relief avec votre activité réelle sur ces réseaux, avec vos buts recherchés et avec le type de réseaux. Il est évident que sur Twitter, vous avez généralement intérêt à ne pas fermer votre profil, toutes les informations que vous y laissez étant de toutes façons publiques (si votre compte est ouvert). Sur les réseaux pros, vous ne connaissez pas la majorité des personnes qui vous contactent, cela fait partie du jeu. Pensez tout de même à faire attention à vos contacts virtuels qui peuvent avoir accès à des informations bien réelles. Mais cela est une question de bon sens, le tout étant de faire preuve de discernement.

Crédit image

OFFRES D'EMPLOI WEB

Chef de Projet Monétisation H/F

Cdiscount, qui sommes-nous ? Pionnier du e-commerce en France, nous n'avons eu de cesse d'évoluer pour nous adapter et anticiper les besoins et aspirations des consommateurs. En nous engageant à démocratiser ...

Concepteur Développeur C# Dot Net H/F

APSIDE, 1ère ESN indépendante de France (+2000 salariés sur + 20 agences en France et à l'international) développe son activité en 1998 sur Rennes, qui regroupe aujourd'hui près de 100 ...

Chargé de Communication H/F

Promoteur Immobilier National recrute en CDI un Chargé de Communication H/F.Au sein d'une équipe de 5 personnes et sous la responsabilité directe de la responsable marketing et communication, vous serez ...

Commentaires

  1. Jean-Patrick
    26 juillet 2010 - 17h16

    « Vérifier régulièrement la liste de vos contacts : sait-on jamais, quelques inconnus ont peu-être été ajoutés sans que vous y fassiez attention. »
    Là ce n’est plus du faux profil, c’est carrément du piratage de compte voire de la schizophrénie. 😉

  2. M.Sébastien
    26 juillet 2010 - 18h14

    Quand je rencontre quelqu’un dans la rue, je ne lui transmet pas mes coordonnées bancaires mais je ne fais pas une enquête de voisinage non plus, ni n’embauche la google détective academy.

    Demander de la confiance est une attitude de défiance qui n’engendre que méfiance. La confiance se donne et se construit pas à pas. D’où l’intérêt de considérer les réseaux virtuels comme un premier pas de socialisation dans le monde réel. Aussi bien les particuliers que les professionnels organisent des apéro X, Y.

    Le modérateur devient parano….aurait-il perdu son bon sens ?

  3. Rémy Bigot
    26 juillet 2010 - 18h52

    Pour ma part, je préfère accepter tout le monde.
    Par contre, je fais attention à ce que je mets sur les réseaux, comme ça, Pas de problème ^^

  4. LouisSerge
    26 juillet 2010 - 18h56

    Le projet de loi de programmation et de prévention sur la sécurité intérieure (LOPPSI2) permettra de réprimer par un an de prison et 25 000 euros d’amendes les emprunts d’identité sur internet au travers des réseaux sociaux. Nul doute que cela en fera réfléchir plus d’un. L’emprunt d’identité ou la pure invention d’un profil agichant, c’est aujourd’hui malgré tout le meilleur moyen de tester la fidélité de son mari…; voire de son épouse 🙂 25% des cas de divorce aux Etats-Unis sont le fait de l’emergence des réseaux sociaux comme Facebook, Myspace et bien d’autres.
    Louis-Serge Real del Sarte, auteur du livre Les Réseaux Sociaux sur Internet aux éditions Alphée

  5. My Community Manager
    26 juillet 2010 - 19h23

    Et souvent ces faux profils n’ont souvent qu’une seule photo !!
    et sur leur mur on ne retrouve que des applications postées par d’autres internautes.

  6. Modérateur
    26 juillet 2010 - 20h20

    @Jean-Patrick : ou tout simplement un oubli passager 🙂

    @M. Sébastien : comme tu y vas. Quand je rencontre quelqu’un dans la rue qui veut devenir mon ami alors que je ne lui ai jamais parlé, je ne lui demande pas ses papiers mais je me méfie. Sur Internet c’est pareil. Comme je l’explique, je fais bien sûr la différence entre réseaux pros, réseaux persos et réseaux détente. Chacun gère sa présence comme il le souhaite, mais n’oublie pas que la majorité des utilisateurs ne font absolument pas attention à ce qu’ils laissent en ligne, encore moins sur des réseaux sensés être fermés. Je suis pour la liberté d’expression et de prise de parole sur le web, évidemment. Contre l’interdiction de l’anonymat et contre les lois liberticides. Mais il convient de s’intéresser aux usages et d’en tirer des bonnes pratiques. Donner sa confiance, oui, mais à quel moment ? Absolument pas avant de connaitre (même virtuellement) la personne suffisamment. Donc parano absolument pas, mais prudent bien sûr.

    @Rémy : oui, c’est ce qu’il y a de mieux à faire 🙂 Au moins comme çà pas de problème. Mais ce n’est malheureusement pas l’attitude de la majorité.

    @Louis Serge : ah oui c’est aussi une utilisation des faux profils ^^ Par contre la Loppsi, non… Statuer sur la diffamation ou les intentions malsaines oui, généraliser et tenter de légiférer de manière globale sur ce genre de sujet et sur le web souvent, c’est mission impossible et généralement peu adapté.

    @MyCM :par exemple.

  7. mazzarin6565
    26 juillet 2010 - 23h25

    @Jean-Patrick : Pas tant « faux profil » que ça, je fais régulièrement des vérifications de mes listes d’amis sur Facebook et récemment j’ai trouvé un ancien contact que je croyais avoir supprimé (un bug apparemment puisque je ne peux toujours pas le supprimer). Comme quoi mieux vaut toujours faire une petite vérification de temps en temps 😉

    @M.Sébastien : C’est du simple bon sens. Lorsqu’un inconnu (qui a priori ne nous connait pas et fait irruption dans notre vie privée) nous demande de l’ajouter, la moindre des choses est de le googliser. Ne serait-ce que pour savoir si ce n’est pas un fake. Par exemple quelqu’un qui dit s’appeler Maxime et a 45ans sous le pseudo PPPPP444 et qui, lorsque tu effectues une recherche, s’appelle sur un autre site Leslie et à 18 ans. Un tel cas m’est arrivé plus d’une fois. Ca ne coûte rien de faire un copier-coller du pseudo sur Google. Après je suis d’accord, s’il n’y a aucun fake apparent, pas besoin de faire le détective privé 😉 .

  8. Priscilla
    27 juillet 2010 - 9h11

    J’ai tout fait de ta liste, ouf…

Laisser un commentaire

Il est possible d’utiliser ces balises HTML :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar